La fête continue

La fête continue au Festival Radio France Occitanie Montpellier (voir Que la fête commence !) malgré les nouvelles mesures sanitaires, ou grâce à elles !

Je n’entrerai pas dans ce débat, nous ferons le bilan une fois l’édition 2021 terminée, mais je constate que l’enthousiasme des spectateurs ne faiblit pas, au contraire !

Menu extrêmement copieux au programme de ces derniers jours. Témoignages en images, et comme tous les concerts du soir ont été diffusés en direct sur France Musique, ils peuvent tous être (ré)écoutés sur francemusique.fr

Avec Alexander Gurning
Après le concert de l’Orchestre philharmonique de Radio France : debout derrière une partie de l’état-major de la direction de la musique de Radio France, de gauche à droite JPR, Adriana Gonzalez, Santtu-Matias Rouvali, Jean-Marc Bador, Thibaut Garcia, Alex Gurning
Après la masterclass de Michel Dalberto
Le 20 juillet Bertrand Chamayou jouait Les Djinns et les Variations symphoniques de César Franck avec l’Orchestre national de France dirigé par Cristian Macelaru
Le maire de Montpellier Michael Delafosse et la coprésidente du festival et PDG de Radio France Sibyle Veil assistent au concert de l’ONF
Début de la masterclass de Françoise Pollet
Le trio Métral joue Beethoven
Un quintette de choc et de chic : Jordan Victoria, Thomas Enhco, Félicien Brut, Thibaut Garcia, Édouard Macarez pour un hommage survolté à Piazzolla
Le phénomène Yoav Levanon, comme une réincarnation de Liszt
L’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée dirigé par Duncan Ward avec la mezzo Anna Stephany

Politesse ?

Une remarque qui n’engage que moi : que penser d’une ministre venue tout spécialement à Montpellier pour une visite du musée Fabre… et d’un nouvel hôtel de luxe certes situé dans un bâtiment historique magnifiquement restauré, qui n’a pas jugé utile de rencontrer les responsables des trois festivals (théâtre, danse, musique) qui font la fierté et la renommée de Montpellier la culturelle, ni à fortiori de rendre visite au festival qui s’y déroule actuellement ?

Que penser d’invités à un concert – parmi eux des responsables importants – qui ne prennent pas soin de prévenir – et de s’excuser – de leur absence ? Est-ce parce que le cocktail d’après-concert a été annulé ? On n’ose le croire…

Italie 2020 (IX) : Parme, Toscanini, Verdi, hommages

Je l’évoquais (voir Modène, Luciano et Mirella), je n’ai pu faire qu’une courte visite à pied de la ville de Parmepour cause de handicap pédestre !

IMG_2711Pas de visite de l’imposant Palazzo della Pilotta (ci-dessus) qui vous saisit dès la sortie du parking.

IMG_2710

Une rapide traversée du pont Verdi qui enjambe la rivière

IMG_2661

IMG_2667

IMG_2666le temps d’apercevoir les grands jardins du Parco Ducale.

IMG_2665

Direction la Cathédrale de Parmel’un des chefs-d’oeuvre d’architecture religieuse d’une région qui n’en est pas avare !

IMG_2706

IMG_2674

IMG_2675Le contraste entre la splendide simplicité extérieure et la foisonnante décoration intérieure de l’édifice est spectaculaire.

IMG_2708

IMG_2682

IMG_2683

IMG_2685

IMG_2691

IMG_2689

IMG_2697

IMG_2698

Le Baptistère Saint-Jean qui jouxte la cathédrale, étant en travaux, n’était malheureusement pas visitable.

800px-Battistero

IMG_2709

IMG_2700

Verdi, Toscanini et quelques autres

Plusieurs noms de la musique sont liés à Parme. C’est la ville natale d’Arturo Toscanini, né à Parme le 25 mars 1867, mort à New York le 16 janvier 1957.

D’honorables compositeurs y naissent, comme Ferdinand Paër, ou y meurent, comme Giovanni Bottesini, le virtuose de la contrebasse. D’autres, comme Paganini, y jouent un rôle important – on y reviendra dans un prochain article.

Mais c’est évidemment Verdi (lire Livres d’été : Verdi et Rossini), la célébrité du duché de Parme, puisqu’il naît à une trentaine de kilomètres de Parme, à Roncole – sous domination française ! – le 10 octobre 1813, et qu’il fait sa formation et occupe ses premières fonctions à Busseto.

71GDymvSshL

Hommages

L’actualité de ces derniers jours a été marquée par deux disparitions qui m’ont touché.

Dominique Ogermort à 73 ans des suites d’une maladie foudroyante, était le type même du mécène amoureux de la musique et des musiciens. Homme d’affaires avisé, il mettait sa fortune au service de cette passion. C’est chez lui à Paris qu’avec quelques amis et musiciens, on avait fêté le 60ème anniversaire de Michel Dalberto en juin 2015

img_2858(Déchiffrage à six mains! Michel Dalberto, Ismaël Margain et Thomas Enhco)

Quant à Micheline Banzet-Lawton ,disparue à 97 ans, on a évidemment plus évoqué le duo qu’elle forma auprès de Maïté dans la Cuisine des mousquetaires de 1983 à 1997, que sa carrière de musicienne, de femme de radio – les débuts de France Musique et d’organisatrice de concerts.

600x337_gettyimages-543919424

J’ai eu la chance de rencontrer à deux ou trois reprises Micheline Banzet. J’en conserve un souvenir ému, celui d’une personnalité rayonnante, cultivée, chaleureuse.

Renaud Machart en a dressé un juste portrait dans Le Monde du 26 août 2020.

« Si, pour le grand public, la notoriété de Micheline Banzet reste liée principalement à cette émission de télévision devenue légendaire, elle avait auparavant connu une tout autre carrière, celle d’une brillante étudiante en musique au Conservatoire de Paris (où elle obtient plusieurs prix dans les classes de violon et d’écriture) devenue violoniste professionnelle, puis productrice d’émissions de radio….

A la Radiodiffusion française, Micheline Banzet collabore au Groupe de musique concrète de Pierre Schaeffer (1910-1995), puis au Club d’essai de Jean Tardieu (1903-1995) et au Programme spécial en modulation de fréquence, lancé en 1954 par le même Jean Tardieu, qui prendra pour nom, en 1963, France Musique.

Grâce à son fameux programme « Trois jours avec… » (quelque 1 200 émissions), elle mènera des entretiens radiophoniques avec de grands noms de la musique, dont Maria Callas (1923-1977) et Herbert von Karajan (1908-1989) (les deux ont été reportés sur CD dans les collections INA/Radio France et INA, « Mémoire vive », en 2007 et 2008). Contrairement à ce qui est souvent répété depuis l’annonce de la mort de Micheline Banzet, les propos de Maria Callas n’ont jamais été publiés en livre : « Elle m’avait fait promettre que ces entretiens ne paraîtraient jamais sous forme écrite. Je lui ai donné ma parole », devait-elle confier en 2007.

Micheline Banzet se remarie au négociant de vin Hugues Lawton (1926-1999), cesse ses activités radiophoniques en 1970 et s’installe à Bordeaux, où son vaste réseau de connaissances parmi les vedettes de la musique classique profitera aux manifestations de la région (Mai musical de Bordeaux, Musiques en Côte basque), qu’elle contribuera à fonder ou à accompagner de son expertise »

512x20VQ-xL._SX425_

416uFC47NuL._SX425_

Moins connus que ses entretiens avec Maria Callas, ceux que Micheline Banzet a eus avec Karajan en 1964 sont au moins aussi passionnants… Karajan s’y exprime en français notamment sur les symphonies de Brahms !

.

 

 

 

Une journée particulière

Un jeudi d’une intensité particulière, un concentré d’émotions singulières, ce 5 octobre a été une journée rare.

Beaucoup de rendez-vous professionnels, en plusieurs lieux familiers de la capitale : projets, souvenirs, marques d’amitié. A l’heure du déjeuner, j’avais choisi Le BalzarIl n’est pas rare d’y côtoyer des habitués, intellectuels, écrivains – on est à côté de la Sorbonne ! –

Hier mes voisins de table avaient nom Roland Dumas portant encore beau malgré ses 95 ans (lire Roland Dumas, l’amoraliste), à ses côtés l’incontournable spécialiste de Napoléon et… du cinéma Jean Tulard, et contre la fenêtre Costa GavrasPas vraiment un rassemblement de la jeunesse branchée !

Et c’est pendant ce déjeuner au Balzar qu’on apprenait la disparition, à 70 ans, de l’héroïne du dernier film de Michel Hazanavicius, Le Redoutable (lire L’insupportable Jean-Luc G.)  Anne Wiazemsky.

Extrait de ce que j’écrivais ici le 29 août 2015

Rappel enfin de trois livres qui ont parcouru mon été et qui, pour le dernier, a pour cadre les lieux mêmes où Barthes officiait et a trouvé la mort, la rue des Ecoles, le Collège de France, la brasserie Balzar, la Sorbonne… Qualité d’écriture, finesse du récit, évocation tendre et aimante du mitan des années 60 et des figures de Robert Bresson, Jean-Luc Godard, du grand-père François Mauriac, Mai 68. Anne Wiazemsky sait écrire !

51Iix-OuGBL._SX302_BO1,204,203,200_510q1SXiYpL41Vv+3riT0L._SX340_BO1,204,203,200_

Le soir j’avais rendez-vous avec une légende. Une légende bien vivante. Il y a très exactement trente ans, à l’automne 1987,  j’avais eu la chance incroyable de pouvoir la suivre dans une tournée de cinq semaines au Japon et en Californie, de l’Orchestre de la Suisse romande dirigé par Armin Jordan.

14440685_10153971486352602_5438441581969375668_n(En décembre 2001, comme un lointain écho de leur tournée japonaise de 1987, j’avais réuni à Liège Martha Argerich et Armin Jordan. Louis Langrée était venu assister à l’un des concerts et partager un déjeuner mémorable)14484592_10153971486337602_5094929010995098265_n

Martha Argerich (lire La reine dans ses oeuvrescomme il y a trente ans, jouait le Concerto en sol de Ravel avec l’Orchestre National de France dirigé par Emmanuel Krivine. Et ce fut un pur moment de musique, de grâce absolue, comme si celle qu’on a affectueusement surnommée ‘la lionne » n’avait plus besoin de montrer ses griffes. Ce concerto dont la pianiste argentine connaît tous les coins et recoins, sonnait, hier soir dans le grand auditorium de Radio France, comme du Mozart. L’extrême virtuosité, l’aisance stupéfiante du jeu de Martha Argerich s’abandonnant à la tendresse émue – sublime mouvement lent – se fondant dans les timbres de l’orchestre ravélien – un Orchestre National en osmose avec son chef et la soliste – .

Merci à France Musique de nous permettre de réécouter ce concert de légende : Martha Argerich et Emmanuel Krivine

IMG_2329

22195438_10155727330123194_9190919422882271522_n

En bis, la pianiste se faisait d’abord accompagnatrice de la merveilleuse Sarah Nemtanu dans Schön Rosmarin de Kreisler, et finissait par céder à la frénésie d’une salle archi-comble en lui donnant « sa » sonate de Scarlatti fétiche, la K.141

et, à la différence de cette version de 2008, tout dans la douceur, presque le murmure, dans la continuité de son Ravel. Un rêve…

Mais il serait très injuste de réduire la soirée d’hier à ces retrouvailles avec Martha et Ravel. Emmanuel Krivine démontre concert après concert avec l’Orchestre National de France (La fête de l’orchestrequ’une ère nouvelle s’est ouverte à Radio France. Quelque chose a changé, et cela s’entend. Dans les variations Paganini virtuoses, un rien datées, de Boris Blacher données en ouverture – Krivine semble affectionner ces entrées de concert qui mettent les musiciens en état maximal de concentration – et surtout dans une somptueuse Shéhérazade de Rimski-Korsakov, incroyablement libre, chorégraphique et poétique. L’alchimie des timbres de l’orchestre, la souplesse des phrasés, sont à mille lieues d’un exotisme de pacotille ou d’une rutilance bruyante.

Un concert de légende assurément.

Une famille formidable

10472314lpw-10472313-article-jpg_4585123

C’est un peu notre grand-mère à tous qui s’en est allée cette nuit. La doyenne des comédiens français (et des Comédiens-Français !), Gisèle Casadesus est morte à l’âge de 103 ans, nous l’aimions bien cette délicieuse vieille dame à l’élégance si naturelle.

Je ne l’ai pas connue directement, mais je connais bien plusieurs membres de cette immense famille, au patronyme renommé depuis des générations, les Casadesus.

Commençons par les descendants directs de la défunte :

nee-en-14_article_landscape_pm_v8(Photo de famille prise à l’occasion du centième anniversaire de Gisèle Casadesus)

Le plus célèbre des quatre enfants de Gisèle est – à droite sur la photo – Jean-Claude Casadesus, l’âme et le patron incontesté de l’Orchestre National de Lille durant quarante ans.

Quelques souvenirs récents avec cet éternel jeune homme, un beau concert à Montpellier en juillet 2014 (Inextinguible); quelques mois plus tard à mon invitation il dirigeait l’Orchestre National de France pour le Grand Echiquier spécial d’hommage à Jacques Chancel en janvier 2015. Et encore à des concerts d’autres orchestres et d’autres chefs, où je le vois parfois accompagné par son jeune frère compositeur Dominique Probst (à gauche sur la photo de famille)

Je n’oublie pas l’inauguration en janvier 2013 de la toute nouvelle salle du Nouveau Siècle à Lille, un projet porté à bout de bras par J.C. Casadesus, et un programme qui donnait à entendre La Voix humaine de Poulenc, interprétée – on restait en famille – par la fille du chef, Caroline Casadesus ! Qui, elle-même, a été mariée avec le violoniste de jazz Didier Lockwood.

Comme par hasard, les deux fils de Caroline sont aussi musiciens, tombés dès leur plus jeune âge dans le bain du jazz (influence du beau-père Didier Lockwood ?) et du classique. Je me rappelle très bien le choc éprouvé un dimanche matin dans Thé ou caféil y a une petite dizaine d’années, à découvrir Thomas et David Enhco, l’un au piano, l’autre à la trompette. Depuis, nos chemins n’ont cessé de se croiser, et ils font honneur à la dynastie familiale (lire Musique sans protection).

D’une autre branche des Casadesus, on connaît bien sûr les pianistes Robert, Gaby (sa femme), et Jean (leur fils). J’ai raconté comment j’avais eu l’honneur de connaître Gaby Casadesus (Tout sur Robert). Le legs discographique de ces pianistes magnifiques est heureusement réédité (même si ce coffret n’est pas exhaustif)

61mlfe1tuol

Autres figures musicales illustres de la famille : Marius, fils du patriarche Luis, et oncle de Gisèle et Robert, génial faussaire, qui a fini par avouer, en 1977, être le véritable auteur d’un concerto pour violon attribué à …Mozart, qu’il disait avoir redécouvert en 1931.

Marius a eu un fils, Gréco Casadesus, avec qui j’ai été en contact dans une circonstance bien particulière.

Pour célébrer les 50 ans de la fondation officielle en 1960 de l’Orchestre de Liège – devenu Orchestre philharmonique royal de Liège – j’avais imaginé, avec la complicité de l’éditeur Cypresde rééditer en 2010 la totalité des enregistrements commerciaux réalisés par l’orchestre des années 60 à 2009. Un coffret de 50 CD (vendu 50 €). Il fallait évidemment l’accord des interprètes eux-mêmes, des différents labels, et de leurs directeurs artistiques. Il se trouve que les premiers disques commerciaux de l’Orchestre furent enregistrés sous la baguette de Paul Straussen 1972/73, pour EMI/Pathé-Marconi qui cherchait à se développer en dehors de l’Hexagone : le directeur artistique qui réalisait là ses tout premiers enregistrements était un jeune homme de 22 ans, Gréco Casadesus, avec qui j’ai correspondu et qui, pour le livret du coffret-anniversaire, avait bien voulu livrer quelques souvenirs émouvants.

71Me0-9f8gL._SL1200_

 

On n’a pas fini de fréquenter cette grande famille d’artistes, qu’on salue affectueusement au moment où leur doyenne les quitte…

Musique sans protection

L’an dernier, je titrais Fête ou défaite de la musique ? Extrait : « …la dimension festive de la musique…tient justement à ce qu’on la découvre, l’entend, l’aime dans la réalité des sons produits, dans la ferveur et la joie de ses interprètes amateurs ou non. Pas dans la déformation artificielle d’un son saturé »

Sur Facebook hier j’écrivais ceci, qui n’a pas laissé sans réaction :

La Fête de la Musique ça rend sourd ?
J’ai mauvais esprit, c’est évident, mais comment prendre cet avertissement dans un document vantant la Fête de la Musique à Montpellier : « la Fête de la Musique est l’occasion de s’amuser et de faire la fête. C’est pourquoi il est important de se protéger à l’aide de protections auditives (sic) ». Et on rajoute : » La musique doit être un plaisir durable et ne pas détériorer notre audition« . On allait le dire !
Question bête : pourquoi ne pas réduire (un peu, un peu plus même) le nombre de décibels envoyés dans les tympans des pauvres auditeurs (et de tous les autres alentour d’ailleurs) ?

J’en conviens, tout cela fait un peu vieux ronchon rabat-joie, mais ce n’est pas d’hier que je refuse la dictature des décibels, qui est tout sauf musique ! Quand on en est à distribuer des protections auditives, qu’on m’explique où est le plaisir du partage, d’une vibration en commun ?

Ma fête de la Musique, je l’ai vécue en deux épisodes, sans protection d’aucune sorte, jouissant pleinement des sonorités des instruments joués devant moi.

Samedi, dans le cadre du Festival d’Auvers-sur-Oise,

IMG_9820

c’était l’improbable mariage entre un grand piano de concert et un marimba

IMG_9821

et l’extraordinaire duo formé par le pianiste français Thomas Enhco et la percussionniste bulgare Vassilena Serafimova.

IMG_9825

81Rq32-JAUL._SL1400_

Lundi soir, cruel dilemme : des amis chers se produisant, au même moment, dans deux lieux différents. Tedi Papavrami et Nelson Goerner au théâtre des Bouffes du Nord

51O9qxvquaL

et Michel Dalberto à la Salle Gaveau. J’avais promis à ce dernier d’y être, et je n’ai pas regretté, comme des centaines d’autres, d’avoir affronté la canicule naissante pour assister à un récital magnifiquement construit… et réalisé.

IMG_9843En ouverture la sonate « Clair de lune » de Beethoven, suivie du Prélude, choral et fugue de Franck – une rumeur insistante annonce un enregistrement prochain du piano de Franck par Michel Dalberto dans un lieu qui m’est très familier -, puis après l’entracte la Ballade (sans orchestre) et le 6ème Nocturne de Fauré.

19366180_1696984207265215_8638496100173791751_n

71ku0m9UEkL._SL1200_

Après une Appassionata souveraine, fiévreuse, extrême, Michel Dalberto refermait cette magistrale leçon de grand piano avec sa transcription de Morgen de Richard Strauss.

Dans la salle, nombre d’amis du pianiste, son collègue Philippe Cassard, deux de ses plus brillants élèves, Jean-Paul Gasparian et Ismael Margain.  Ils seront tous les trois du Festival Radio France (#FestivalRF17qui s’ouvre le 10 juillet prochain !

Après l’élection

La nuit avait commencé à la résidence de l’ambassadeur des Etats-Unis, Jane Hartleyrue du faubourg Saint-Honoré, à quelques mètres de l’Elysée. Dispositif de sécurité impressionnant à l’extérieur… et assez peu discret à l’intérieur malgré la batterie de contrôles à l’entrée.img_6712

La foule n’est pas au rendez-vous, quelques têtes connues de la haute magistrature, un seul ministre en exercice, plusieurs ex, l’ancien conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy, le PDG de Radio France, un célèbre compositeur de musique de films récemment « oscarisé », des parlementaires, la mère de la première victime de Mohammed Merah, et une ambiance générale plus grave que joyeuse. Au détour des conversations le pressentiment que le résultat sera serré, très serré.

img_6721

Et ce mercredi matin, les premières réactions sur les réseaux sociaux. Toutes catastrophées à des degrés variables. Au fil de la matinée, des avis s’expriment, plus réfléchis, nuancés, argumentés. Je les partage ci-dessous, ils ont d’autant plus de sens, à mes yeux, que plusieurs émanent de musiciens, d’artistes.

14947973_329170437459659_4883226618812431348_n

On réagit comme à l’annonce d’un attentat terroriste ou d’une catastrophe naturelle… Mais les gens ont CHOISI ça, en majorité [rectification : pas en majorité puisqu’Hillary a remporté un peu plus de voix individuelles]. C’est fou qu’on soit si déconnectés de cette réalité, au point de ne pas y croire. Comment faire pour remettre l’éducation au cœur de la vie ? (Thomas E.)

Tout cela montre à quel point nous vivons dans de petits cercles, entre bien-pensants d’accord avec nos propres opinions, dans un confort aveugle, certains que notre microscopique vérité est forcément celle des autres. Sur FB ou autres réseaux sociaux, on s’auto-like avec des gens qui pensent comme nous. On lit la presse qui dit ce qu’on veut entendre et ça nous conforte dans notre cécité. Je ne connais personnellement AUCUNE personne qui ait voté pour le Brexit ou pour Trump…. alors, il est facile d’imaginer que c’est FORCÉMENT comme ça partout!!! Après le Brexit, c’est peut-être une occasion de regarder le monde différemment, d’avoir une vision plus réaliste du monde qui nous entoure. Ça fait forcément un peu peur…. (Cédric T.)

D’une amie franco-américaine, qui vit à Cincinnati :

Réveil 6 AM ce matin j’ai conduit les enfants l’école …Petit déjeuner au goût moche, tétanisé, plein de révolte mais surtout de questions. Comment leur dire que ce n’est pas la fin des belles choses, que oui le monde change et de façon spectaculaire, que c’est à leur génération dorénavant avec nous de veiller, de s’éveiller, de se réveiller encore davantage, à devenir plus clairvoyants, plus éduqués et éduquants, que ce pays n’est pas tout « bon à jeter avec l’eau du bain », qu’il fallait quand même avaler une tartine, qu’il y avait contrôle de chimie en première heure, on a même revu les fiches le ventre noué, comment leur expliquer qu’ils ont raison de se sentir abandonnés dans leurs idéaux, des idéaux de leurs ancêtres, perdus, inquiets mais qu’ils ont maintenant 14 ans, 17 ans, le devoir de devenir acteurs de tout cela…. qu’il va falloir digérer, comprendre et accepter le raz de marée du peuple. comment leur dire que oui c’est l’election de la vulgarité et de la brutalité. de la consternation autour d’un homme affligeant en tous points. Qu’il faut vivre avec et qu’il faut faire que ca change, que ce pays, comme nous tous, comme la psyché humaine renferme le pire et le meilleur. je suis aussi une enfant de l’Amérique des années 70, je ne sais pas comment les préserver, mais je ne renoncerai pas à faire d’eux des citoyens de leur monde… Je suis profondément blessée. pas de doute, faut leur dire et on trouvera les mots. My darlings I love you. restons groupés. 7 AM j’ai conduit les enfants à l’école, en revenant j’avais les larmes aux yeux.  (Aimée C.L)

D’un ami belge :

Sans se rallier au choix électoral posé aux USA, voudrait rappeler ceci :
1) cette élection était démocratique. Elle doit donc être respectée.
2) boycotter les USA serait inutile et ridicule. Le souci de cohérence inviterait par ailleurs à boycotter dès lors aussi la Turquie, la Russie, les pays du Golfe, la Chine, la Hongrie,….
3) insulter les électeurs américains est déplacé. Qui comprend leurs réalités ? Quel est l’espoir d’un étudiant qui doit, ses études finies, d’abord consacrer 25 ans de sa vie à rembourser lesdites études? Le vote des citoyens désenchantés se tourne toujours (en France aussi), vers des solutions simples
4) le système institutionnel américain comporte de forts garde-fous. Un ancien acteur de westerns a occupé la Maison Blanche durant 8 ans, encadré par la Constitution, le Congrès et la Cour suprême.
(Grégory J.)

Et cette réaction – toujours sur Facebook du journaliste et chroniqueur Laurent Kupfermann :

Depuis le référendum de 2005, un fossé s’est installé entre le peuple et ses représentants. La crise économique majeure qui secoue le monde depuis bientôt 10 ans, a rajouté de la crise à la crise, creusant plus encore le fossé entre les insiders-ceux qui sont inclus dans un système- et les outsiders- qui en sont durablement exclus. Des signaux politiques ont été envoyés par les électeurs. Le 21 avril, la crise politique et financière en Grèce qui n’est toujours pas terminée, le Brexit , la crise lors de la signature du CETA en Wallonie, et maintenant l’élection de Donald Trump qui marque d’une trace indélébile la défiance des électeurs envers la capacité de toutes les classes politiques à peser sur le destin des femmes et des hommes.

Chacun ira de son explication, bonne ou mauvaise, mais il serait illusoire de nier qu’il s’agit d’autre chose que d’un puissant mouvement de fond. À l’heure où les fossés s’élargissent de manière historique entre ceux qui ont tout, et ceux qui n’ont rien, même plus l’espoir, il est temps d’aborder d’un regard neuf, réaliste et volontaire l’avenir. Nos institutions, tant nationales qu’européennes sont-elles à la hauteur du défi démocratique qui est le nôtre ?

Le repli, l’isolationnisme, tentations pernicieuses , ne sont pas raisonnables dans un monde multipolaire. La France, seule contre le monde entier, c’est la France fragilisée, attaquée et la France finalement mise à genoux.

C’est donc bien un échelon supérieur que nous devons bâtir de manière urgente. Mais il faut être lucide :la défiance des citoyennes et des citoyens envers le projet européen tel qu’il existe aujourd’hui est profonde et réelle. La crise en Wallonnie et le Brexit en sont de réelles illustrations.
Pour autant le rejet de l’Union Européenne n’est pas le signe que les peuples ne veulent plus d’Europe mais qu’ils veulent une autre Europe. Une Europe démocratique fière de son histoire, de sa diversité et des valeurs chèrement acquises à la suite des terribles conflits mondiaux du XXème siècle.
Une Europe qui agit pour affirmer des politiques de solidarité, dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la formation, de la protection contre les accidents de la vie, qui sont les piliers de l’émancipation citoyenne.
Une Europe qui garantit la liberté, l’égalité en droit pour l’ensemble de ses citoyens et de ses citoyennes au delà de leurs origines, de leurs opinions philosophiques et / ou religieuse, ou de leur orientation sexuelle.

Si le communisme a perdu le combat idéologique et éthique, la victoire de l’ultra-libéralisme, du « laissez-faire économique » est une fausse victoire, dont on voit aujourd’hui la dangereuse limite qui menace nos démocraties. Le pouvoir que donne la souveraineté politique issue du peuple, est là pour défendre l’intérêt général, dans un dialogue constructif avec le monde économique, qui doit accepter qu’il n’est pas hors-sol.

Ces idéologies du XIX e siècle, qui agitent toujours nos pensées politiques nous n’en voulons plus.

Face un monde qui ne glorifie que la compétitivité économique devenue folle, celle qui accroit la richesse mais en accroissant les différences, sans profiter à toutes et tous, tout en portant atteinte aux règles élémentaires de protections de notre environnement, nous avons besoin d’une Europe forte et nouvelle qui protège ses citoyennes et ses citoyens. C’est cette identité européenne citoyenne qu’il nous faut bâtir.
Laissons les débats sur les portions de frites, ou les pains au chocolats dans les oubliettes, et agissons maintenant, sans oublier qu’un pacte social, pour être stable se doit de rechercher toujours cet indispensable point d’équilibre entre le réel, l’idéal et l’éthique.

Le président élu ne devrait pas oublier que le peuple américain c’est aussi et surtout cela :

Du bon usage des anniversaires

Les anniversaires me rasent en dehors du cadre strictement privé. Dans le domaine public, ils font office de politique – les sorties de livres, disques, films sont désormais rythmées par les commémorations et anniversaires en tous genres. Le reste du temps, morne plaine ou presque.

Mais l’amitié commande parfois qu’on se plie au rituel, et de bonne grâce lorsque la musique est au rendez-vous. Ce fut le cas à deux reprises ces derniers jours, et pour un anniversaire « rond » : deux nouveaux jeunes sexagénaires.

IMG_2858

Michel Dalberto, sur qui les ans semblent n’avoir aucune prise, se et nous surprenait à improviser avec ses jeunes compères (Ismaël Margain et Thomas Enhco sur la photo) et bien d’autres musiciens invités par Dominique O. dans la chaleur d’un beau soir d’été. Depuis son succès au concours Clara Haskil en 1975, Michel tient une place éminente et singulière dans un univers musical qui n’aime rien tant qu’étiqueter et classer. Une demande, une supplique à Warner : pourquoi ne pas justement saisir l’opportunité de cet anniversaire pour rééditer ces merveilleux Mozart, Schubert, Schumann parus sous label Erato ? (https://jeanpierrerousseaublog.com/2015/04/11/grand-piano/)

51gy5+ZoQaL

L’autre jeune sexagénaire est Pascal Dusapin : ses 60 ans sont abondamment fêtés dans toute l’Europe (https://jeanpierrerousseaublog.com/2015/04/04/premieres/). Mais la soirée d’hier, il ne l’avait pas prévue : ses amis compositeurs, artistes, musiciens, son éditeur, la SACEM, s’étaient donné le mot en grand secret. Ce 22 juin, nous devions tous nous retrouver au théâtre des Bouffes du Nord et faire la surprise à Pascal.

1512327_10152992066167602_4251658169417333879_n

C’est peu dire qu’il fut submergé par l’émotion, après avoir vu défiler compagnons et amis de longue date : Geoffrey Carey, Karen Vourc’h, Paul Meyer, Diego Tosi, François Girard, Christophe Manien, Vanessa Wagner, Juliette Hurel, Olivier Cadiot, Françoise Kubler, Armand Angster, Alain Planès, Nicolas Hodges, Georg Nigl, et last but non least, Lambert Wilson et la nouvelle Madame Dusapin à la ville, Florence Darel, dans un extrait de Fin de partie de Becket, et surtout le formidable Anssi Karttunen offrant sur son violoncelle 60 notes pour Pascal Dusapin, une « suite » commandée à une dizaine de compositeurs, dont la plupart étaient présents (Eric Tanguy, Alexandre Desplat, Kaja Saariaho, George Benjamin, Philippe Schoeller, Magnus Lindberg, Michael Jarrell, etc.).

Ce fut comme on aime, très peu officiel, surtout pas mondain, simplement amical.

Voyant Michel Orier, aujourd’hui directeur général de la Création artistique au Ministère de la Culture, à l’époque directeur de la Maison de la Culture MC2 Grenoble, et Laurent Bayle, patron de la Philharmonie, alors directeur de la Cité de la Musique de Paris, je ne pouvais manquer de me rappeler le pari fou qu’ils avaient fait l’un et l’autre de proposer en concert l’intégrale des 7 Solos d’orchestre de Pascal Dusapin avec l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège et Pascal Rophé. C’était les 27 et 28 mars 2009 (http://www.concertonet.com/scripts/review.php?ID_review=5477) quelques semaines avant la sortie d’un double CD dont le compositeur avait été le directeur artistique aussi attentif qu’exigeant.

51S2U8UdzOL

Beaucoup plus personnel, ce 23 juin c’est un double souvenir : il y a trois ans, au matin du jour du mariage de mon fils aîné, j’apprenais le décès d’une autre amie de longue date, Brigitte Engerer