Au violon

En ces temps d’actualité politico-judiciaire chargée, un peu d’histoire ne saurait nuire.

Comme par exemple l’origine et le sens de l’expression aller au violon ?

Les candidats empêtrés dans les affaires peuvent être suspectés de pisser dans un violonOn ne leur souhaite pas pour autant de finir au violon !

De violon, l’instrument, il est question dans deux coffrets reçus ces dernières semaines, via la filiale italienne d’Universal. Deux violonistes, deux générations, deux trajectoires bien différentes : Henryk Szeryng (1918-1988), Shlomo Mintz (né en 1957).

61uffo-7ll61wuwohytxl

Je me rappelle – c’était dans Disques en Lice, la plus ancienne émission de critique de disques ininterrompue depuis sa création fin 1987 * – un des invités, violoniste de son état, ne parvenant pas à identifier l’une des versions comparées d’un concerto pour violon, affirmant tout à trac : « Quand c’est du violon très bien joué, et qu’on n’arrive pas à le reconnaître, c’est sûrement Szeryng ! »

Au-delà de la boutade, il y a une réalité. Autant on peut immédiatement reconnaître, à l’aveugle, le style, la sonorité, la technique des Heifetz, Menuhin, Oistrakh, Milstein, Ferras, Grumiaux – tous contemporains du violoniste mexicain – autant Szeryng se tient dans une sorte de perfection un peu neutre. Mais il y a des amateurs pour cet art !

81xgqzz16jl-_sl1500_81jz1tyywjl-_sl1221_

Si Szeryng est la glace, Shlomo Mintz est le feu. Particulièrement dans ses toutes premières gravures que nous restitue ce coffret miraculeux. Pris sous l’aile de Sinopoli, Abbado, Levine, Mehta – excusez du peu ! – les grands concertos de Beethoven, Brahms, Sibelius, Dvorak, Mendelssohn, Bruch, Prokofiev gagnent, sous l’archet du jeune Mintz, une intensité, une fièvre, une lumière admirables. Le violon seul de Bach ou Paganini rayonne de la même chaleur et la musique de chambre n’est pas en reste.

 

*La critique est une école de l’humilité. J’en ai fait l’expérience grâce à la première émission de critiques de disques qui a reposé sur le principe de l’écoute à l’aveugle, Disques en lice, lancée fin 1987 sur Espace 2, la chaîne culturelle de la Radio suisse romande, par François Hudry. Pendant six ans, jusqu’à mon départ pour France Musique, semaine après semaine, nous avons exploré tous les répertoires, entendu, comparé des centaines de versions et appris la modestie. Tel(le) pianiste présenté(e) comme une référence absolue ne passait jamais l’épreuve de la première écoute, tel orchestre au son typiquement américain s’avérait être plus français que français, tel(le) chanteur/euse  si reconnaissable était un(e) illustre inconnu(e). (Le difficile art de la critique)

 

 

Les mots interdits

Parmi les causes sinon du dépérissement du moins de l’appauvrissement du débat public (La politique du radio-crochet) au profit d’un politiquement correct insipide et insignifiant, il y a cette incapacité des gens de pouvoir, de parole ou de plume, à mettre les mots sur les êtres et les choses.

Je veux dire l’incapacité à parler comme tout le monde avec des mots que tout le monde comprend.

Quand l’équipe de France de foot a gagné le Mondial en 1998, je ne sais plus qui avait éloquemment décrit cette équipe victorieuse : black, blanc, beur. Et tout le monde avait compris, non ? Aujourd’hui on eût écrit : une équipe qui se distingue par la mixité de ses membres pour beaucoup issus de la diversité ! En voilà un beau concept : la diversité ! Vous êtes né en Martinique ou à la Réunion ? Votre père est camerounais et votre mère norvégienne ? Vous en avez de la chance, vous êtes « issu de la diversité »…. Mais ça ne marche pas pour tout le monde : tenez moi par exemple, mon père était vendéen (enfin presque, sa mère était originaire de la région parisienne), ma mère est née et a grandi au beau milieu de la Suisse alémanique (celle qui parle le Schwyzerdütsch!), ils se sont rencontrés à Londres, mais je ne suis pas « issu de la diversité »…

Certes  l’usage de périphrases n’est pas d’hier. Longue maladie pour cancer, technicien de surface pour homme ou femme de ménage, hôte(sse) de caisse pour caissier(e), etc. Mais, à l’occasion des Jeux paralympiques de Rio, on ne parle plus de handicapés, mais, selon les cas, de personnes en situation de handicap ou de personnes à mobilité réduite (avec l’acronyme qui va avec, les PMR !). Tout comme on ne dit plus aveugle ou sourd, mais malvoyant ou déficient auditif !

Le monde de l’éducation, à commencer par la ministre, n’est pas le dernier à imposer une novlangue hermétique. Les réseaux sociaux s’emparent régulièrement des textes et circulaires que pond la haute administration du ministère de la rue de Grenelle. Pour cette rentrée, on ne parle plus de ZEP (zone d’éducation prioritaire), mais de quartiers sensibles ou, mieux, de populations fragiles.

Le comble de l’hypocrisie lexicale a été atteint avec le terme de migrants ! Nettement moins engageant que réfugiés, déplacés, émigrés, et malheureusement rien de neuf depuis la la chanson de Pierre Perret :

On la trouvait plutôt jolie, Lily
Elle arrivait des Somalies Lily
Dans un bateau plein d´émigrés
Qui venaient tous de leur plein gré
Vider les poubelles à Paris….

Nettement moins grave, mais tout aussi agaçant, cette manière qu’ont tous les politiques – toutes tendances confondues -, tous les décideurs, de mettre le mot sujet à la place de question ou problème. « Les migrants, c’est vraiment un sujet » !

Et si rien n’était joué ?

Je m’apprêtais à commenter l’actualité politique de ce week-end, notamment la première de l’émission « Questions politiques » sur France Inter et franceinfo :

Et je suis tombé – merci Facebook ! – sur cet article du blog de Bernard Sananès, compagnon de militantisme de nos jeunes années. Je ne suis pas étonné de partager en tous points son analyse, que je reproduis intégralement ici.

Et si cette fois le système ne gagnait pas ?

« A la fin c’est comme l’Allemagne au foot, le système gagne toujours. »

« Lecanuet, les Rénovateurs, Bayrou, personne n’a réussi »

« Le FN a un plafond de verre »

« Le 3ème homme, ça fait les unes des médias mais ça ne dure jamais très longtemps »

« En entrant dans l’isoloir, les Français reprennent leurs habitudes et votent pour ceux qu’ils connaissent, depuis longtemps »

« Sans parti structuré, on n’y arrive pas »

« Les Français voudront savoir avec qui leur Président gouvernera »

« Les députés vont penser à leurs investitures »

« De toute façon pour 2017, celui qui gagnera la primaire de la droite, sera Président »

Bien sûr tous ces arguments sont justes. Bien sûr l’histoire politique est pleine de tentatives hors-parti, anti-système, qui n’ont jamais dépassé les unes des médias, quelques vagues de sondages, ou ont buté sur le premier tour de la présidentielle. Bien sûr Macron n’est pas au second tour, et Le Pen n’est pas donnée gagnante des sondages. Evidemment, les anti-système qu’ils soient du côté de Le Pen, du centre Macron/Bayrou, de la gauche de la gauche Mélenchon/Montebourg  ne partagent rien, et n’ont aucune convergence tactique ou politique. Bien sûr l’élection de 2017 qui aura lieu sous la menace terroriste n’est pas, contrairement à 2007, une campagne d’optimisme et d’espérance, un terreau propice pour le saut dans l’inconnu. Il y a donc peu de chances pour que 2017 échappe aux canons traditionnels de notre vie politique.

Et pourtant ?

Rarement à 8 mois du scrutin, une élection présidentielle n’aura semblé aussi incertaine, jamais l’offre politique n’aura semblé si fragmentée et aussi éloignée des attentes d’une majorité de nos concitoyens. Jamais le rejet de la politique traditionnelle n’aura été aussi élevé : les sans préférence partisane représentant désormais près d’un tiers des électeurs soit plus que l’addition des sympathisants LR et PS réunis.

Et pourtant la perspective de la revanche Hollande-Sarkozy est l’affiche qui laisse le plus d’espace à Marine le Pen.

Et pourtant Montebourg &Co peuvent faire chanceler le président sortant au soir de la primaire.

Et pourtant Jean-Luc Mélenchon pourrait, si Montebourg n’y parvenait pas pendant la primaire, structurer une gauche alternative qui talonnerait – ou dépasserait ?- un Hollande affaibli par un mandat sans soutien, et une primaire sans élan.

Et pourtant le favori toutes catégories des sondages, Alain Juppé, apparaît moins invincible et ne soulève pas l’enthousiasme.

Et pourtant François Bayrou, après avoir connu enfer et purgatoire, est toujours là.

Et pourtant qui peut dire que les primaires, mêmes réussies, enfermeraient à gauche comme à droite les électeurs des vaincus dans le vote pour le candidat investi ?

Et pourtant l’entrée en campagne d’Emmanuel Macron fait osciller les courbes, comme une petite secousse sismique que le paysage politique n’a pas connu depuis longtemps.

Et pourtant dans tous les scrutins depuis 2012, le FN n’a cessé de progresser entre les deux tours, laissant possible un score de second tour frôlant à minima les 40 % si elle vire en tête au premier.

Mais on le sait à la fin le système l’emporte toujours…

Cette fois-ci, en sommes-nous sûrs, vraiment ?    (Bernard SANANES)

La vérité, comme le rappelle le grand professionnel qu’est Bernard Sananès, c’est qu’en effet les repères traditionnels de la vie politique sont en train d’éclater, parce que le système lui-même est à bout de souffle.

La Vème République est épuisée. Son agonie a commencé avec l’instauration du quinquennat (je reviendrai sur le sujet plus en détail dans un prochain billet) et s’achève dans le ridicule des « primaires ».

À neuf mois de l’élection présidentielle, tous les scénarios sont envisageables, y compris le pire – que ne mentionne pas B.Sananès – celui de la violence.

L’arrivée d’Emmanuel Macron dans le paysage politique n’est pas anodine. Sa participation à la première de la nouvelle émission dominicale de France Inter et franceinfo: était légitimement attendue :

Comme auditeur/téléspectateur, j’attendais avec intérêt les déclarations de l’ex-ministre, mais peut-être surtout un ton nouveau, un autre format pour cette nouvelle émission politique. Quand on parle d’un « système » périmé, usé jusqu’à la corde, on en a malheureusement eu la triste illustration ce dimanche : des journalistes, à commencer par le sieur Demorand, agressifs, décidés à ne pas laisser leur invité en placer une, le coupant sans arrêt, considérant toutes ses explications comme nulles et non avenues, dès lors qu’il ne répondait pas à la seule question qui les intéressait, sa candidature à l’élection présidentielle. Invraisemblable, insupportable même ! « Être clair, ce n’est pas être caricatural », a justement rétorqué Emmanuel Macron…

Refonder l’Europe

Et si finalement le vote des Britanniques était salutaire pour l’Europe !

Je me rappelle la campagne et l’enthousiasme de toute ma génération lors de la première élection au suffrage universel du Parlement européen en 1979. Rappelez-vous c’était la doyenne Louise Weiss qui avait cédé son siège de présidente de séance à Simone Veil, première présidente élue de cette nouvelle Europe démocratique.

Depuis plus de vingt ans, chaque élection européenne a marqué le lent et inéluctable déclin de l’idéal européen, la montée des peurs, des populismes, l’abstention croissante des électeurs. En 2014, lorsque les partisans de Marine Le Pen sont arrivés largement en tête d’un scrutin où les abstentionnistes étaient majoritaires, les médias, les commentateurs, la classe politique ont parlé de séisme, de tournant, de choc sans précédent. Et que s’est-il passé depuis ? RIEN.

L’Europe est en panne. On est heureux d’entendre le Président de la République déclarer aujourd’hui : « L’Europe est une une grande idée, et pas seulement un grand marché. C’est à force de l’avoir oublié qu’elle s’est perdue… » Fallait-il attendre le Brexit pour qu’on s’aperçoive de cette tragique déconnexion entre les peuples, les citoyens, et les eurocrates qui font la loi à l’abri des regards indiscrets (relire Rule Britannia) ?

On aura beau rappeler aux Européens, les fondateurs comme les nouveaux arrivés, avec force chiffres et statistiques, tout ce qu’ils, tout ce que nous devons à l’Europe, tant que les décisions de Bruxelles paraîtront aussi éloignées des préoccupations des citoyens (tant de directives ridicules et inutiles sur les us et coutumes, la gastronomie, les particularités régionales, culturelles, et tant de soumission aux grands lobbies sur des sujets autrement plus importants pour l’avenir du continent et de la planète), les extrêmes, les populistes pourront prospérer sans vergogne. N’est-ce pas en Autriche que l’élection d’un président de la République d’extrême droite s’est jouée à quelques centaines de voix ?

Deux conseils de lecture, pour comprendre et retrouver des raisons d’espérer :

81-o-q6K3VL

91Oz3ujDqwL

« Comment l’idée rationnelle par excellence, celle de la construction européenne, pourra-t-elle jamais tenir tête à la jouissance fusionnelle des foules manipulées et aux tendances irrationnelles que sont le nationalisme et la haine de l’étranger ? » (Stefan Zweig)

Nathalie et ses guides

Ce vendredi l’actualité c’était Paris sous l’eau et ses photos spectaculaires.

C’était aussi cette délicieuse soirée dans ce lieu si improbable et si chaleureux qu’est le Théâtre des Bouffes du Nord, autour de Gilbert Bécaud et de ses auteurs.

IMG_3402C’est l’homme de tous les talents, pianiste, chef, compositeur, arrangeur, Bruno Fontaine, qui en a eu l’idée avec le concours de la SACEM.

IMG_3403C’est d’abord cette actrice magnifique, qu’on ne peut qu’aimer profondément, inconditionnellement, Sandrine Bonnaire, silhouette légère dans une légère robe rouge, qui dit sans fard ni artifice des textes de Bécaud ou de ses célèbres paroliers Pierre Delanoë, Louis Amade, Aznavour.., c’est Bruno Fontaine qui connaît tout son piano classique qui parsème ses interventions, ses arrangements, de discrètes allusions à Chopin, Bach, Debussy et tant d’autres, ce sont des chanteurs qu’on n’attendait pas forcément dans Bécaud.

J’avais complètement perdu de vue Jean Guidoni, la silhouette s’est appesantie, la voix s’est arrondie, on pense parfois à Nougaro, et on est heureux de le retrouver. Arthur H nous émeut plus qu’on ne l’aurait imaginé avec Nathalie

Je découvre un beau personnage, Ben Mazué, qui se coule à merveille dans Les marchés de Provence et Quand tu danses.

J’apprécie l’énergie de Clarika, mais moins ses poses et une voix souvent fâchée avec la justesse. Bruno Fontaine, Christophe Willemme à la basse et Daniel Ciampolini à la batterie nous offrent un plein de nostalgie avec un Dimanche à Orly instrumental.

Et puis, une fois encore sans aucune objectivité, on cède à la voix, à la lumineuse présence d’Isabelle Georges – qui a eu une permission de sortie d’un soir du Théâtre La Bruyère (Parlez moi d’amour) -. Elle chante Je t’attends, L’absent et conclut la ronde avec l’une des plus belles chansons de son propre spectacle (Amour Amor) C’est merveilleux l’amour.

IMG_3408

Nostalgie

Un brin de nostalgie, c’était le thème de la dernière séance, pour cette saison, de Music Factory, une série de concerts commentés – nouvelle formule, nouveau format – que j’avais lancée à Liège en 2013 (Music Factory). J’avais décidé au dernier moment un bref séjour dans la Cité ardente, pour honorer une promesse faite à des amis d’y revenir avant l’été, de découvrir le nouveau musée inauguré début mai, alors que j’étais en voyage en Inde, et peut-être pour vérifier que cette formule avait toujours autant de succès. Vérification aisée, tant la relation si particulière que Fayçal Karoui a nouée avec les musiciens et le public fonctionne admirablement.

La perche était tendue aux visages amis, aux membres de mon ancienne équipe : n’étais-je pas mû par la nostalgie de mes années liégeoises, de l’orchestre, de la Salle philharmonique ? Au restaurant, dans l’hôtel où j’avais réservé une chambre, partout la même question : regrettais-je Liège, les amis, les relations que j’y avais ? Et moi de répondre que la nostalgie m’est étrangère. Je ne reviens jamais sur le passé, je ne le regrette ni ne l’idéalise, je ne sais pas ce qu’est le bon vieux temps. Certes j’adore les musiques nostalgiques, la saudade, j’aime me trouver parfois dans ce sentiment de « tristesse qui fait du bien ». Mais si, comme le rappelait hier Fayçal, la nostalgie est le regret du pays natal – la formule est de Châteaubriand – alors je suis incapable de nostalgie. Les souvenirs oui, la fidélité oui, à des personnes, à des lieux, mais sans la nuance de regret ou de tristesse qui fonde la nostalgie. J’ai sans doute une propension à tourner la page, à regarder devant, sans me complaire dans le passé, qui me nourrit et m’enrichit sans me lester.

C’est un tout autre sentiment que la nostalgie qui m’anime lorsque je parle avec mon successeur à la direction de l’orchestre de Liège, ou lorsque je vois les transformations de la ville de Liège depuis seize ans, ou lorsque je visite à mon tour le bâtiment construit pour l’Exposition universelle de 1905 dans le parc de la Boverie, une petit île sur la Meuse, et entièrement rénové, remanié. De la fierté sans doute d’avoir un peu contribué à ces évolutions, d’avoir servi des hommes et des entreprises, une certaine idée de la Culture et du public. Ni plus ni moins.

IMG_3348

(La Belle Liégeoise, l’élégante passerelle qui relie le quai de Rome à La Boverie)

IMG_3352IMG_3376IMG_3350IMG_3377IMG_3359

IMG_3354IMG_3367IMG_3375(Les collections liégeoises n’ont rien à envier à celles de musées plus prestigieux, au hasard cet hommage de Valerio Adami à Pablo Casals).

Liège était déjà très richement dotée sur le plan culturel, la transformation de l’ancien MAMAC (Musée d’art moderne et d’art contemporain) en La Boverie, en partenariat avec Le Louvre, est une nouvelle réussite (La Boverie).

D’autres images à voir : La renaissance

Emportés par la foule

« Day off » ce mardi, comme on dit en bon français, pour permettre à l’orchestre (https://jeanpierrerousseaublog.com/2016/04/27/les-premiers-jours-de-pekin/) de récupérer d’un long voyage et de se préparer dans les meilleures conditions à des concerts devant des publics inconnus.

Et pour beaucoup, la découverte des quelques trésors – finalement assez rares – de la capitale chinoise, comme la Cité interdite, où ont été tournées des scènes du Dernier Empereur et d’un Turandot de Puccini dirigé par Zubin Mehta

51rWHkCunIL

81d-2UmSbNL._SL1500_.jpg

En moins de douze ans, l’évolution est impressionnante, certes la première fois c’était au coeur de l’hiver et la gigantesque place Tian’anmen était déserte, l’immense complexe de palais, de demeures et de jardins que forme la Cité interdite comptait de rares touristes qui pouvaient encore pénétrer dans les différents bâtiments admirer mobilier, trônes, objets décoratifs, etc.

Aujourd’hui, la plus grande place de Pékin – qui est aussi l’une des plus vastes au monde – est soigneusement quadrillée, barrières et forces de police partout, interdiction de la traverser pour les non-Chinois, et aux abords de la Cité, puis dans toutes les cours intérieures, une foule incroyable, des dizaines de groupes, d’écoliers et de lycéens revêtus de survêtements (leurs uniformes sans doute) d’un goût exquis. Inutile d’attendre le moindre geste de politesse, de courtoisie de ces hordes qui bousculent, heurtent sans complexe le pauvre touriste qui se risquerait à se mettre en travers de leur chemin. Tous sont vissés à leur perche à selfie et dès que quelque chose semble photographiable, tous se piétinent, se cognent, se pressent sans pitié. C’est la loi du plus fort… Triste et bruyant spectacle !

IMG_2485D’un côté le musée national d’histoire, de l’autre le Palais du Peuple !IMG_2486IMG_2487IMG_2488

IMG_2492IMG_2498IMG_2502IMG_2530IMG_2537IMG_2507IMG_2505

D’autres photos de la Cité interdite à voir ici : (https://lemondenimages.me/2016/04/28/cite-interdite/)