Saint-Saëns #100 : les symphonies

Le centenaire de la mort de Camille Saint-Saëns (1835-1921) va-t-il enfin donner lieu sinon à une édition discographique complète du moins à un élargissement substantiel du répertoire enregistré du compositeur français ? On attend de voir, mais on en doute un peu !

Ce week-end débat passionné, et passionnant, sur Facebook, à propos de la sortie prochaine d’une nouvelle intégrale des symphonies de Saint-Saëns par l’Orchestre national de France et son nouveau directeur musical Cristian Măcelaru.

Cinquante ans après la première intégrale réalisée par Jean Martinon à la tête de ce qui était alors l’Orchestre national de l’ORTF !

Certains estiment inutile cette nouvelle intégrale et souhaiteraient que les formations de Radio France explorent un répertoire moins couru…

Sans préjuger de ce que sera cette nouvelle publication, on ne peut pas non plus dire que les intégrales des symphonies de Saint-Saëns encombrent les rayons. Et pour avoir entendu Cristian Măcelaru et l’Orchestre national de France en concert dans trois des symphonies – pour le concert inaugural du chef roumain (Inauguration) il y a un an, en mai dernier toujours à Radio France (Le retour au concert), et en juillet dernier au Festival Radio France (La fête continue), je me réjouis de ce nouvel enregistrement !

Quels sont les autres choix ?

Marc Soustrot et l’orchestre de Malmö (Naxos)

Thierry Fischer et l’orchestre de l’Utah (Hyperion)

Le chef suisse Thierry Fischer a enregistré ces symphonies avec l’orchestre de l’Utah.

Jean-Jacques Kantorow Liège (BIS)

En février 2019, j’écrivais ceci (K. père et fils) :

Mais le bonheur de revoir Jean-Jacques Kantorow mercredi soir a été ravivé, s’il en était besoin, par l’annonce qu’il m’a faite de la réalisation prochaine chez BIS d’un projet que j’avais nourri depuis plus de dix ans, dans la ligne éditoriale qui est la marque de la phalange liégeoise : l’intégrale des symphonies de Saint-Saëns, avec Thierry Escaich sur les grandes orgues Schyven de la Salle philharmonique pour la 3ème symphonie. Dejà impatient !

Je n’ai pas attendu la perspective du centenaire de sa mort pour m’intéresser à Saint-Saëns. Pendant mes années de direction de l’Orchestre philharmonique royal de Liège, j’avais imaginé trois projets : l’intégrale des poèmes symphoniques, l’intégrale des cinq symphonies, et l’oeuvre concertante hors piano. Deux des trois sont aujourd’hui réalité.

Le premier CD a été récompensé d’un Diapason d’or (sept.2021)

Hallucinant Prestissimo « pris sur les chapeaux de roue » comme l’écrit François Laurent dans Diapason. Des Liégeois plus valeureux que jamais !

On consacrera un prochain billet à la discographie de la seule 3ème symphonie « avec orgue » dont il doit exister plusieurs dizaines de versions !

Retour de Bucarest

J’aurais bien prolongé mon trop bref séjour à Bucarest. À propos de la Roumanie, j’ai employé l’expression de « pays cousin », c’est flagrant à Bucarest, où pourtant plus personne ne parle le français.

La langue roumaine est une langue… romaine, latine, pour l’essentiel, même si lexicalement elle emprunte beaucoup au russe.

Douceur de vivre

On ne peut pas – ce serait ridicule et déplacé – porter un jugement sur la qualité de vie d’une ville après y avoir passé quelques jours. Je constate simplement que Bucarest, que j’ai vue pour la première fois il y a 46 ans, puis deux mois après la révolution de décembre 1989 qui a destitué Ceaucescu, puis à nouveau en 2003 et en 2017, est une ville extrêmement attachante, où la douceur de vivre semble naturelle. Les nombreux parcs, jardins, étangs, promenades au coeur de la cité, des pistes cyclables parfaitement aménagées sur toutes les grandes avenues (la maire de Paris et ses adjoints responsables des « mobilités » pourraient utilement s’en inspirer), une jeunesse omniprésente, des terrasses de cafés accueillantes, confortent cette image.

La gastronomie a retrouvé tous ses droits dans une capitale qu’on a connue très pauvre en bonnes tables. Dans le restaurant « L’Atelier » installé dans l’hôtel Belle époque, j’ai pu déguster les meilleures cuisses de grenouille que j’aie jamais mangées depuis… 1973 et une très longue et silencieuse balade en barque dans le delta du Danube avec un pêcheur de grenouilles qui s’était conclue par une succulente fricassée préparée par la femme du pêcheur !
Le Théâtre National

Il ne faut pas redouter les contrastes architecturaux, l’héritage des années communistes, mais aussi celui de l’entre-deux-guerres où Bucarest était surnommée le Petit Paris.

Le palais du Parlement ou Maison du Peuple

On peut continuer de se désoler du projet pharaonique conçu par Ceaucescu qui abrite aujourd’hui le Parlement et nombre d’institutions démocratiques roumaines. On peut regretter que plusieurs quartiers, qui n’étaient pas forcément les plus anciens ni les plus agréables de Bucarest aient été rasés pour édifier ce palais mégalomaniaque et le quartier qui l’entoure. On peut aussi – ce qui est mon cas – trouver que l’ensemble a de l’allure et que les aménagements sont plutôt réussis.

Et contrairement à ce qui a pu être dit, les églises sont restées nombreuses, bien préservées ou restaurées, dans la capitale roumaine.

L’élégante église Kretzulescu qui a été aux premières loges de la Révolution de décembre 1989.

Une ville-musique

L’Athenaeum de Bucarest est une salle de concert mythique, construite en 1889.

Mais, comme je l’ai écrit – Bucarest en fête – c’est pour la musique, et le Festival Enesco, que je suis venu en ce mois de septembre.

C’était assez émouvant, pour lui, pour le public, de revoir l’enfant du pays, Cristian Măcelaru, diriger deux concerts de l’Orchestre national de France.

Sarah Nemtanu, premier violon de l’ONF, est d’origine roumaine par son père Vladimir, né et formé à Bucarest.
Maxim Vengerov en forme éblouissante, soliste du concert du 13 septembre.

Et Bucarest est une ville où on trouve encore des disques : dans le hall de la Sala Palatului, pas moins de trois stands mieux garnis que n’importe quel rayon classique d’une FNAC parisienne. Et à l’extérieur, j’ai repéré au moins deux magasins bien fournis.

Electrecord était – je pense devoir en parler au passé – le grand label classique roumain (un peu à l’instar de Medodia en Russie), et cela faisait des années qu’on ne trouvait que très partiellement ses galettes. La radio roumaine a ses propres éditions. C’est évidemment avec bonheur que j’ai trouvé, et acheté, ceci :

Enregistrements introuvables en France ou sur les sites de téléchargement ! Soit dit en passant, le CD a encore du bon !

Et puis aussi ceci, l’intégrale de l’œuvre orchestrale d’Enesco par un chef aujourd’hui septuagénaire, Horia Andreescu qui n’a pas, en Europe de l’Ouest, la notoriété que son talent devrait lui valoir.

Bucarest en fête

C’est ma cinquième venue à Bucarest (voir les images de ma précédente visite ici : Bucarest).

J’ai raconté les premiers voyages (dès 1973 !) dans Retour à Bucarest.

Mais c’est la première fois que j’assiste à ce qui est parfaitement exposé dans cette vidéo, le premier festival de musique classique d’Europe, le festival Enesco, du nom du plus célèbre compositeur/pianiste/violoniste roumain George Enescu (ou Georges Enesco comme on l’appelait à Paris)

C’est bien le directeur d’un festival qui rassemble, hors pandémie, plus de 100000 spectateurs chaque été, en plus de 150 concerts – l’auteur de ces lignes !- qui l’affirme : le Festival Enesco, qui fête ses 25 ans cette année sous la houlette de son infatigable directeur Mihai Constantinescu, n’a pas d’équivalent ni en Europe ni dans le monde. Les plus grands orchestres, solistes, chefs, s’y donnent rendez-vous en un tourbillon incessant de concerts.

En ce dimanche 12 septembre, pas moins de cinq propositions, trois à Bucarest, deux dans d’autres villes de Roumanie.

Les concerts du soir sont radiodiffusés, télévisés par la radio-télévision publique roumaine.. et disponibles gratuitement en streaming ! De ce point de vue là aussi, le Festival Enesco est unique !

Cela n’empêche pas le public de se presser en nombre au concert dans la gigantesque Sala Palatului, construite en 1960 et d’abord destinée aux grands congrès communistes. Un public de tous âges, qui s’habille encore, sans ostentation mais avec goût – pas de shorts, de baskets ou de sandales ici ! -, qui ne ménage pas ses applaudissements aux artistes qui le font vibrer.



Ce dimanche 12 septembre, c’était l’Orchestre philharmonique de Rotterdam, son nouveau chef Lahav Shani (32 ans)- découvert il y a cinq ans déjà à la Maison de la Radio à Paris (lire Le classique c’est jeune) et un pianiste – Yefim Bronfman – que je n’avais encore jamais entendu en concert !

Programme peu aventureux : Troisième concerto de Rachmaninov et Les Tableaux d’une exposition de Moussorgski/Ravel.

Mais de là où j’étais placé, j’ai enfin pu comprendre, voir, entendre, la complexité du piano de Rachmaninov… et le talent qu’il faut à l’interprète pour maîtriser une matière aussi dense et en tirer la substance poétique au-delà de la performance virtuose. C’est peu dire que Yefim Bronfman – dont je connaissais les Rachmaninov qu’ils a gravés avec Esa-Pekka Salonen – y parvient, sans aucun sentimentalisme ni esbroufe tapageuse.

Ce n’est pas non plus un hasard si on entend aussi bien l’orchestre de Rachmaninov et l’osmose entre chef et soliste, Lahav Shani est aussi pianiste ! Les deux en feront la démonstration après que Bronfman, ovationné, nous aura donné un nocturne de Chopin en bis, d’une simplicité, d’une pureté de ligne (qui font penser à Rachmaninov jouant Chopin), en jouant à quatre mains une joyeuse Danse hongroise n°5 de Brahms.

Ce soir c’est l’enfant du pays qui joue à domicile : Cristian Măcelaru dirige l’Orchestre national de France, avec en soliste Maxime Vengerov (que je n’ai plus entendu depuis des lustres).

Berlin à Paris (II)

On se demandait, hier après-midi, quand on avait entendu pour la dernière fois l’Orchestre philharmonique de Berlin à Paris. Réponse ici Berlin à Paris, il y a quatre ans, quasiment jour pour jour. C’était alors une sorte de tournée d’adieux pour Simon Rattle.

Samedi soir et hier après-midi les Berliner Philharmoniker se présentaient avec leur nouveau directeur musical depuis 2019, le chef russe Kirill Petrenko (voir Le choix du chef), dans la grande salle Pierre Boulez de la Philharmonie de Paris.

Salle comble

On est arrivé tout juste – à 16 h 29 – à la Philharmonie, où l’on n’avait pas remis les pieds au concert depuis tant et tant de mois. On se disait avec les amis rencontrés à l’entracte, Florence Darel-Dusapin, Paul et Maryam Meyer, le futur patron des lieux, Olivier Mantei – il commence officiellement en novembre – que ça fait un bien fou de retrouver une salle quasi-comble, un orchestre complet sur scène. On avait presque oublié ce bonheur de jouir du son d’un grand orchestre dans l’acoustique généreuse – mais précise – de la Philharmonie.

Un programme rare

J’en avais tellement lu sur Kirill Petrenko et son « mariage » avec Berlin, les enthousiasmes… et les déceptions qu’il avait suscités, que j’étais évidemment très curieux de me faire ma propre opinion en direct !

D’abord la signature de ce chef : deux programmes d’une originalité inimaginable du temps de ses prédécesseurs surtout pour un orchestre en tournée. Samedi, l’ouverture d’Oberon de Weber, les Métamorphoses symphoniques sur un thème de Weber de Hindemith, et la 9ème symphonie de Schubert.

Et ce dimanche, Roméo et Juliette de Tchaikovski, le premier concerto pour piano de Prokofiev, et le Conte d’été de Josef Suk !

Lorsque Kirill Petrenko avait été annoncé, on s’était précipité sur un des seuls enregistrements symphoniques qu’on ait de lui, les poèmes symphoniques du gendre de Dvořák, mais on doit bien avouer qu’on avait une idée encore très imprécise de l’oeuvre programmée hier après-midi.

Glorious sound

J’adore cette expression courante sous la plume des critiques britanniques pour qualifier le son produit par un Klangkörper – autre expression intraduisible ! – comme l’orchestre philharmonique de Berlin.

Ça aussi on avait oublié, ce « corps sonore » que forment les Berlinois, on l’a trouvé hier plus dense, plus charnu que naguère, un effet du travail du chef ? En tout cas, on ne se rappelle pas avoir jamais entendu le poème symphonique de Tchaikovski, Roméo et Juliette, aussi virtuose et contrasté, sans un soupçon de sentimentalisme. Et quel orchestre !

On retrouvait ensuite une soliste que je n’avais plus entendue en concert depuis mes années liégeoises : Anna Vinnitskaia avait remporté le Concours Reine Elisabeth en 2007, et j’avais eu le bonheur de l’inviter avec l’Orchestre philharmonique royal de Liège à plusieurs reprises.

Je relis avec émotion cette critique d’un concert de 2012, où Anna jouait le concerto de Grieg et où l’OPRL était dirigé par notre si regretté Patrick Davin, disparu brutalement il y a un an déjà ! : Anna Vinnitskaia et l’Orchestre philharmonique royal de Liège.

La pianiste russe jouait le 1er concerto de Prokofiev, l’oeuvre fulgurante d’un jeune homme de 20 ans. Folle virtuosité, aisance suprême, bonheur intact de retrouver une aussi belle artiste.

Souvenir d’un des concerts liégeois, un festival Tchaikovski dirigé par Louis Langrée en mai 2010, Anna Vinnitskaia y jouait le 2ème concerto de Chostakovitch, qu’elle a depuis enregistré pour Alpha.

Restait une inconnue de taille dans ce concert des Berlinois : comment le public allait-il réagir à une oeuvre longue – 50 minutes – inconnue, d’un compositeur lui aussi méconnu, ce Conte d’été de Josef Suk ?

Cinq mouvements d’un vaste poème symphonique, composé entre 1907 et 1909, présenté par le compositeur lui-même : « après une fuite éperdue, je trouve la consolation dans la nature. L’excitation qui conduit à une jubilation presque exaltée dans le premier mouvement, l’hymne au soleil dans le deuxième mouvement, la compassion pour qui ne peuvent jamais voir cela, la tempête et le désir éperdu dans le quatrième mouvement – dans le Scherzo, « sous le Pouvoir des Fantômes » – cèdent la place au calme mystique de la nuit dans le mouvement final. »

Le programme de salle invitait l’auditeur à simplement se laisser guider dans ce long fleuve musical, sans chercher de référence historique ou littéraire. Je craignais, pour ma part, la longueur de l’oeuvre, et je n’ai pas vu le temps passer. Je n’ai pas cherché non plus à comparer Suk avec ses contemporains, même si Janacek, Korngold ou Zemlinsky ne semblent jamais loin. Quand le compositeur tchèque expérimente des figures ou des alliages sonores, ce n’est jamais vain, et cela donne par exemple un sublime duo de cors anglais dans le troisième mouvement. Des transparences inouïes où se combinent tuba, contrebasses et premiers violons, ou encore d’impressionnistes interventions du hautbois et de la flûte (Emmanuel Pahud en grande forme as usual).

Longue ovation pour les Berliner et leur chef ! Qu’on est vraiment très heureux d’avoir retrouvés « en vrai » !

Les chefs de l’été (VIII) : Boulez, Haydn, Mozart, Beethoven et Schubert

Si l’association Haydn/Ansermet (voir Les chefs de l’été III) n’était pas la plus attendue, on imagine encore moins Pierre Boulez, l’un des interprètes majeurs de la modernité du XXème siècle, diriger Haydn ou Mozart. Ni même Beethoven et Schubert.

Et pourtant l’un des tout premiers disques du compositeur et chef français, disparu en 2016, est à tous égards une curiosité : les quatre premiers concertos pour piano de Mozart, enregistrés pour Vega en 1956, avec l’orchestre du Domaine musical, et surtout Yvonne Loriod

Une curiosité !

Pierre Boulez accompagnera, à plusieurs reprises, de grand(e)s solistes, dans des concertos de Mozart

J’avais assisté à un concert de l’Orchestre philharmonique de Vienne au Théâtre des Champs-Elysées, le 24 mars 1996. Pierre Boulez y dirigeait la Cinquième symphonie de Mahler, et en première partie, la Symphonie n°104 de Haydn.

L’Orchestre viennois a réédité un coffret de quelques-uns des concerts Haydn donnés par les Wiener Philharmoniker. La 104 « boulezienne » n’a pas marqué les mémoires…

Tout aussi « classique », une symphonie n°103 captée à Chicago en 2003 n’intéresserait pas beaucoup l’auditeur si le nom de Boulez n’y était associé.

L’éditeur québécois Yves St.Laurent – le parfait homonyme du couturier français – s’est spécialisé dans l’édition de bandes radio, avec un soin tout particulier, et c’est avec autant de surprise que de curiosité qu’on découvre dans son catalogue (www.78experience.com) plusieurs « live » du chef français du temps qu’il était directeur musical de l’orchestre de Cleveland, et même avant à New York, où il devait se forcer à diriger du répertoire classique pour complaire au public (et aux sponsors!). Des Beethoven, même du Schubert, souvent neutres, voire raides (le menuet de la Troisième symphonie !)

On trouve sur YouTube une 9ème de Schubert captée à New York en 1976. Là encore une curiosité à défaut d’une référence !

Quant à Beethoven, je n’avais vraiment pas aimé une Cinquième symphonie gravée à New York (et rééditée dans le coffret Sony/Boulez – voir détails ici). Le premier mouvement est rédhibitoire !

Depuis lors, plusieurs bandes de concerts sont disponibles sur YouTube. Lectures souvent « neutres », mais pouvant réserver quelques surprises. En tout cas, elles nous découvrent une part de l’art de Boulez chef d’orchestre, que l’intéressé lui-même a très rarement mise en valeur pour le public européen.

Le paradis des Galápagos

Préambule

Les îles Galápagos sont un archipel volcanique de l’océan Pacifique. Elles sont considérées comme l’une des destinations majeures au monde pour l’observation de la faune. Province de l’Équateur, l’archipel se trouve à près de 1 000 km au large de ses côtes. Son territoire isolé abrite une faune et une flore variées, dont nombre d’espèces sont uniques. Charles Darwin s’y est rendu en 1835, et ses observations sur les espèces des Galápagos lui ont par la suite inspiré sa théorie de l’évolution.

On avait prévenu (Interruption momentanée) : une douzaine de jours partagés entre les trois grandes îles des Galápagos, sans bonne connexion internet, c’était quasi le silence sur ce blog, mais une somme d’impressions accumulées, que je peux aujourd’hui restituer, puisque revenu pour quelques heures sur le continent.

Galápagos I Santa Cruz

Pas eu le choix de passer une nuit à l’hôtel de l’aéroport à Quito. Une expérience très oubliable.

À 6H 15 on est dans le terminal départs nationaux, même si les Galapagos sont à 1100 km !  Deux heures devant nous pour accomplir les formalités d’entrée, une sorte de visa pour la vaste réserve naturelle, très protégée, que constitue l’archipel. Scan des bagages.. inutile puisqu’ils devront de nouveau passer le contrôle de sécurité. Bon petit déjeuner au lounge de l’aéroport moyennant un droit d’entrée.

Vol sur une ligne régulière des LATAM Airlines, un Airbus 319. Comme tous les avions partant de Quito, il fait d’abord étape à Guayaquil où il se recharge en carburant, puis moins de deux heures d’un vol sans encombre jusqu’à Baltra, une ancienne base militaire qui sert désormais d’aéroport pour l’île de Santa Cruz.

Accueillis à la sortie par Fernando, un guide charmant, parlant un anglais parfait, très documenté, la navette de l’aéroport nous conduit jusqu’à un ferry. Après dix minutes de traversée, nous accostons sur l’île de Santa Cruz. 

Au nord de l’île, un paysage quasi-désertique, qui va brusquement changer à mi-chemin de l’unique route toute droite qui va du nord au sud. Un arrêt sur un site très étrange, les Gemellos, deux « trous », deux effondrements volcaniques de près de 100 m chacun au milieu d’une végétation devenue luxuriante.

Encore quelques kilomètres et nous entrons dans le « ranch » El Chato, où vivent et se baladent en liberté des centaines de tortues, les mâles faisant au moins deux fois la taille des femelles. Impressionnants ces animaux préhistoriques, dont la tête a dû servir de modèle à Steven Spielberg pour son célèbre extraterrestre E.T.

Arrivée ensuite à Puerto Ayora, la ville la plus importante de l’archipel, 9000 âmes.Rien de transcendant de prime abord. On va apprendre à apprécier la quiétude d’une jolie rue principale – la Darwin avenue (toutes les rues principales de l’archipel portent le nom du naturaliste anglais – et une jolie chambre qui surplombe la mer et la terrasse en bois où les phoques viennent se prélasser. 

Galápagos II

Une journée « libre » sur notre agenda. Qui a commencé sous la pluie et la grisaille. On a beau savoir que le climat change vite ici, maintenant une température constante de jour comme de nuit – autour de 20 ° – on a le moral plutôt dans les chaussettes. Puis une timide éclaircie donne le signal de l’excursion du jour.

Destination  Tortuga bay, où l’on est censé voir les tortues pondre et se reproduire. On n’en verra aucune, ce n’est pas la saison.

En revanche, on découvrira sur le long chemin qui mène à l’océan une véritable forêt de cactus, une espèce endémique qui pousse très haut, le cactus Opuntia.

On débouche enfin sur une première plage – la Playa Brava – où la baignade est interdite. Peu d’oiseaux en dehors de pélicans bruns (endémiques), de « fregatas » sorte d’albatros noir à queue d’hirondelle.

En revanche cachés sous un arbuste plusieurs familles d’iguanes marins. Au bout de la Playa Brava, on tourne à droite et sur du sable blanc toujours aussi fin on découvre la Playa Mansa, en fait une lagune très peu profonde, protégée de la houle. Un petit coin de paradis. Première baignade du séjour.

Galapagos III

Cette fois c’est du sérieux, on embarque sur un petit yacht à moteur très bruyant, surtout pendant 1h 30, pour rejoindre l’île Pinzon, inhabitée, mais autour de laquelle  se rassemblent maintes espèces de poissons multicolores, des roses, des couleur sable à queue jaune, des requins, des tortues marines.

Je resterai sur le bateau à observer la mer translucide, à voir passer des bancs de poissons, trois tortues marines s’en donner à cœur joie et même une otarie à la parade. Plus tard l’équipage nous fera une démonstration de pêche : une seule prise, un thon multicolore.

Et on abordera une plage à la nage, cette fois je me jetterai à l’eau, pour ne pas finir idiot de cette journée en mer (le lecteur remarquera que j’aurais pu frimer en racontant mes exploits de snorkeling mais la mer était vraiment froide et même (ou à cause) revêtu d’une combinaison de plongée je ne me sentais pas d’y passer une heure sans être équipé de surcroît d’un appareil photo sous-marin !).

Retour sur le port de Santa Cruz et ses habitués :

A côté de l’hôtel, un mural comme il y en a beaucoup ici :

Exemplarité

Il faut préciser ici que les Galapagos constituent un Parc national, avec des règles très précises, auxquelles le touriste, le visiteur, doit souscrire avant d’être autorisé à embarquer pour Santa Cruz ou San Cristobal. Mais le plus surprenant pour un Européen, habitué aux plages souillées, aux bords de routes et autoroutes jonchés de bouteilles plastiques et autres canettes, c’est l’extrême propreté de tous les lieux, en pleine nature, au bord de la mer ou en coeur de ville. Une attitude qui est une habitude pour les habitants.

Le touriste qui vient jusqu’aux Galapagos se sent investi de ce respect intime et permanent pour la faune et la flore. On ne gaspille rien, ni l’eau, ni l’électricité. On ne mange que ce qui est produit sur place – l’Équateur est en auto-suffisance alimentaire, l’agriculture est la deuxième ressource du pays après le pétrole – pas de conserves, pas de surgelés, des jus de fruits nature, sans sucre ajouté. Les végétariens sont à la fête, tous les restaurants, petits ou grands, proposent d’excellentes préparations à base de légumes locaux, notamment purée ou délicieuses frites de banane plantain.

(Carpaccio de poulpe à l’huile parfumée au jus de mangue)

Galapagos IV

Réédition de l’expédition de Galapagos II, cette fois sous un soleil plus franc. Une belle marche à pied, deux heures aller et retour. Une eau verte, des iguanes se laissant porter par les vagues, un pélican joueur, des oiseaux familiers.

Le soir sur le port de Puerto Aroya, dernière soirée sur l’île de Santa Cruz

Galapagos V / La Isabela

On était prévenus, de Santa Cruz à Isabela – la plus grande île des Galapagos – c’était transfert par bateau. Ni paquebot, ni yacht certes, mais deux heures de tape-cul ininterrompues, on a quand même connu traversées plus agréables. Arrivée au point du jour dans le joli port de Puerto Villamil… le chef-lieu de l’île. 

On précise – ça vaudra pour la suite – que les bateaux qu’on voit amarrés dans chaque île n’ont rien de yachts luxueux, ni de bateaux de croisière (la côte équatorienne est à plus de 1000 km). Ce sont des embarcations plutôt rudimentaires, destinées au trafic inter-îles. L’île Isabela est la plus grande des Galapagos, son « chef-lieu » Puerto Villamil est le moins bien équipé de ses homologues des îles voisines. Ni pavés ni goudron dans les rues, du sable qui, le soir, pourrait presque être confondu avec de la neige quand le vent se lève et que la température fraîchit ! Mais une île riche en belles balades, une faune dominée par les iguanes marins.

Galapagos VI

Re-tour en bateau – toujours aussi peu confortable, mais on est nettement moins nombreux – pour aller voir Los Tuneles, ces sortes de tunnels et d’arches formés par la lave au contact de la mer. Beaucoup d’oiseaux, notamment des fous à pattes bleues. Vraiment bleues.

Un pingouin – espèce endémique – des Galapagos.
Le fou à pattes bleues est une espèce d’oiseau marin qu’on trouve pour l’essentiel aux Galapagos.
(Los Tuneles)
Un passereau jaune vif peu craintif qu’on trouve à peu près dans tous les arbustes.
Un héron majestueux endémique.
Le temps n’est pas au grand beau ce jour-là et l’île semble déserte.
Le soir à la recherche d’une « bonne adresse » introuvable, on s’attablera à une échoppe toute simple où poissons, crevettes, poulet sont grillés à la demande, où l’on peut déguster une savoureuse bière locale, le tout pour moins de 10 dollars.

Galapagos VII / La Isabela

On a oublié de dire que l’une des caractéristiques de ces îles du Pacifique est à la fois la permanence de la température diurne et nocturne et des ciels très changeants : on passe en quelques minutes d’une bruine venteuse à un azur presque sans nuages. Prévoir quand on fait une longue balade à vélo et/ou à pied de passer de la pointe bretonne à la Côte d’Azur !

Ce matin-là la météo était avec nous, sur la piste de plus de 6 km qui mène au « mur des larmes » et au piton qui domine toute l’île Isabela.

L’île où les iguanes marins, de la couleur de la roche basaltique, sont rois.

Sur le bien nommé « chemin des tortues »

L’île Isabela n’a pas toujours été un paradis pour touristes. De 1944 à 1959 elle hébergea un pénitencier, où l’on « s’amusait » à faire édifier par les prisonniers cette puissante muraille… qui ne sert à rien : le Mur des Larmes. L’ouvrage a été conservé pour ne pas oublier cette sinistre époque.

A 150 mètres au-dessus de ce mur se dresse un promontoire d’où l’on a vue sur toute l’île, où les Américains avaient installé un puissant radar pendant la Seconde Guerre mondiale. Ces installations ont été demantelées au début des années 60 et ont, en partie, servi à l’édification de l’église Saint-François de Puerto Villamil. Mais des vestiges du radar demeurent sur le piton. Avis aux amateurs !

La végétation change du tout au tout qu’on regarde vers l’ouest (comme ici) ou l’est.
Au retour on longe une lagune d’eau saumâtre.
Un tunnel de lave jusqu’à la mer.
Encore des iguanes…
Quoi de plus doux que de lézarder sur le dos d’un iguane !
Nuit de pleine lune aux Galapagos !

Galapagos VIII / Les flamants roses d’Isabela et le départ pour San Cristobal

Dernière balade au milieu des lagons salins avant de prendre un vol pour la dernière des îles visitées, San Cristobal.

Une légende dit que les Equatoriens ne sont jamais à l’heure, on pense donc qu’ils sont toujours en retard. En réalité, nous avons la preuve… qu’ils sont toujours en avance sur l’horaire annoncé. Ainsi pour rejoindre l’aéroport – l’aérodrome plutôt – d’Isabela, nous y sommes conduits une bonne heure avant le départ du vol. Dans un bâtiment fantôme…

où le contrôle des bagages et des passeports a dû prendre 2 minutes à tout casser !
7 personnes, pilote compris, dans un minuscule appareil. Mais appréhension surmontée, 45 minutes d’un vol calme, avant d’atteindre l’aéroport de plus grand gabarit de San Cristobal.

(Je précise que j’étais l’un des seuls à porter le masque dans un espace des plus réduits. Surprenant quand on voit tous les Equatoriens du continent se conformer très strictement au port du masque, à l’extérieur comme à l’intérieur)

Galapagos IX / San Cristobal

On remarque immédiatement que San Cristobal est la capitale administrative des Galapagos. Des rues goudronnées ou pavées, un bord de mer très joliment agencé, une vie plus dense, autochtones, touristes en plus grand nombre. On ne tardera pas à se rendre compte de l’omniprésence des otaries, souvent très expressives jusqu’à une heure avancée de la nuit !

Le port de San Cristobal est très familier au pélican roux, une espèce endémique des Galapagos.

Galapagos IX et X / San Cristobal

On aura mesuré les deux derniers jours à San Cristobal combien, sur la même île, le climat peut varier à un degré invraisemblable. De Puerto Baquerizo Moreno, au sud-ouest de l’île, au climat plutôt ensoleillé, malgré quelques passages venteux et nuageux, on prend la seule route de l’île vers le nord-est et on arrive soudain au milieu de brumes épaisses qui font penser à l’Ecosse – au point qu’on renoncera à faire le tour d’un cratère volcanique, totalement invisible ! On poussera jusqu’à Puerto Chino, censé être la plus belle plage de l’île, on y restera une vingtaine de minutes sous la bruine… Non sans nous être arrêtés à une réserve de tortues, où les adultes peuvent évoluer librement, tandis que les bébés sont soigneusement surveillés, numérotés, à l’abri de prédateurs éventuels.

Le « matazarno » est un arbre qui ne pousse que dans les zones sèches de San Cristobal et Santa Cruz, son bois est tellement dur et résistant qu’il a servi et sert à nombre de constructions de maisons, de ponts.

Dur, dur, même pour une tortue expérimentée de descendre un escalier !

On devra bientôt quitter à regret ces paysages, ces bien nommées « réserves naturelles », les pélicans, les crabes rouges et jaunes, les frégates, les oiseaux moqueurs, même nos amies bruyantes les otaries.

PS. Ceux qui souhaiteraient plus d’informations sur l’hôtellerie, la restauration ou quelques bonnes idées dans les Galapagos peuvent me solliciter (en postant un commentaire).

Les chefs de l’été (VII) : Bernstein et Elgar

Leonard Bernstein, né le 25 août 1918, mort le 14 octobre 1990, a laissé une abondante discographie d’abord pour l’essentiel avec le New York Philharmonic pour CBS/Sony puis avec les Wiener Philharmoniker et d’autres grands orchestres européens, Israël et Los Angeles pour Deutsche Grammophon. Réenregistrant souvent les mêmes répertoires (intégrales des symphonies de Beethoven, Brahms, Schumann, Mahler).

L’une des raretés de cet héritage est l’unique disque enregistré par Bernstein avec l’orchestre symphonique de la BBC et consacré à Elgar. Une version très personnelle, presque mahlerienne des Variations Enigma.

Il n’y a que Bernstein pour tenir un tempo aussi lent dans Nimrod. Il n’y a que lui aussi pour assumer le kitsch de la marche des empereurs moghols (The Crown of India) qui clôt le disque !

Les chefs de l’été (VI) : Mravinski et Beethoven

Comme tous les clichés, ceux qui concernent les chefs d’orchestre ont la vie dure.

Un chef russe est supposé exceller dans la musique russe ! Mais pas au-delà !

Dans le cas d’Evgueni Alexandrovitch Mravinski, né à Saint-Petersbourg deux cents ans après la fondation de la ville par Pierre le Grand en 1703, mort dans la même ville – qui s’appelait alors Leningrad – le 19 janvier 1988, le cliché vaut toujours.

L’austère et légendaire patron de l’orchestre philharmonique de Leningrad durant 50 ans est considéré comme une référence incontestée dans Tchaikovski et Chostakovitch.

Il est, en revanche, beaucoup moins cité comme un interprète d’élection de Mozart, Brahms ou Beethoven.

Warner vient de rééditer en numérique cinq symphonies de Beethoven captées en concert dans les années 70 et 80.

Preuve s’il en était besoin que le génie d’un chef n’a pas de frontières !

Josephine forever

Que voici une réjouissante nouvelle au cœur de l’été !

Josephine Baker entre au Panthéon le 30 novembre prochain.

Je ne suis d’ordinaire pas sensible à ce genre d’initiative, a fortiori à ce genre de cérémonie.

Mais j’ai aimé ce qui a été fait pour Simone et Antoine Veil.

Je sais que je regarderai ce qui se passera le 30 novembre pour Joséphine Baker.

Parce que j’aime cette femme depuis longtemps. Je me rappelle, jeune adolescent, les reportages à la télévision sur les Milandes, ce château que Joséphine avait acheté pour les enfants qu’elle avait adoptés. Elle ne pouvait plus payer, dépassée par sa générosité !

Dans ses souvenirs Line Renaud raconte la dernière nuit de Josephine Baker, après un dernier triomphe à Bobino.

Mais d’abord et surtout Joséphine Baker c’est une voix, noire certes, américaine d’origine certes, mais surtout unique, inimitable. Ne surtout pas s’arrêter aux deux ou trois chansons qui ont fait sa réputation. Même si on ne se lasse pas de les réécouter.

J’ai une tendresse particulière pour ce disque déniché chez Tower Records à New York du temps où ces fabuleux magasins existaient encore…

Les chefs de l’été (V) : Dutoit et Theodorakis

Étrangement, l’encore très actif chef suisse Charles Dutoit, 85 ans le 7 octobre prochain, n’a jamais été considéré à sa juste mesure par une partie de la critique européenne.

Comme si le fait d’avoir fait du modeste Orchestre symphonique de Montréal une phalange de niveau international, comme si le fait d’avoir construit une impressionnante discographie (chez Decca) s’inscrivant dans la filiation de son illustre aîné Ernest Ansermet, étaient somme toute qualités négligeables.

J’y reviendrai plus longuement.

Pour cette série d’été, dans les curiosités de la discographie de Charles Dutoit, il y aurait bien des choses à relever, à commencer par de somptueux Rachmaninov, ou, dans la légèreté, de brillantes ouvertures de Suppé. Mais dans le coffret que Decca a consacré au chef vaudois il y a quelques années – Charles Dutoit, The Montréal Years – il y a ce disque tout entier consacré à Mikis Theodorakis (96 ans!) et à son ballet écrit sur les thèmes du film Zorba.