Le malheur du Venezuela

Il a osé ! Il a dit tout haut hier la tragique réalité du Venezuela d’aujourd’hui : Pour Emmanuel Macron, le régime du Venezuela est une dictature !

Voilà des mois que des amis artistes, des musiciens vénézuéliens nous alertent, sur les réseaux sociaux, voilà des semaines que les démocrates que nous sommes censés être assistent, impuissants, à l’effondrement d’un pays, à la répression de toutes les libertés publiques, à l’établissement sans vergogne d’une dictature brutale et mortifère.

La sphère musicale a soudain réagi, lorsque Gustavo Dudamel a été privé de tournée avec l’orchestre Simon Bolivar.

Vincent Agrech a parfaitement analysé la situation pour Diapason (Vives tensions entre Maduro et Dudamel autour du Sistema) Extraits :

« Le pays est confronté à l’une des plus graves crises de son histoire, à la fois économique et politique. Comme toujours lorsque les cours du pétrole fléchissent, les finances du plus gros détenteur de réserves mondiales sont en berne. Mais quinze ans d’une gestion catastrophique du secteur public, ruiné par le népotisme, et la déliquescence des infrastructures aggravent les conséquences pour la population qui se trouve aujourd’hui en situation d’urgence humanitaire et manque des produits alimentaires et médicaux de première nécessité.

Un fossé de haine sépare désormais les tenants de la révolution bolivarienne, lancée en 1999 par le feu président Hugo Chávez, poursuivie par son disciple Nicolás Maduro, et le reste de la population, qu’elle soutienne une opposition encore divisée ou manifeste simplement son exaspération. Le mouvement de protestation qui secoue le pays depuis le début de l’année a fait plus de 120 morts, dont nombre d’adolescents tombés sous les balles de la police.

El Sistema, le mouvement d’éducation populaire par la pratique de l’orchestre fondé il y a 42 ans par José Antonio Abreu est né bien avant la révolution bolivarienne, mais celle-ci en a considérablement augmenté les moyens, doublant, selon les chiffres officiels, des effectifs qui avoisineraient aujourd’hui les 800.000 élèves.

Politicien aguerri, Abreu a su préserver une totale indépendance dans la gestion interne de son projet en plaçant celui-ci au-dessus des ministères et en convaincant Hugo Chávez, en 2011, de le rattacher directement à la Présidence de la République. Or, ce qui était bouclier sous l’ancien chef d’Etat est devenu talon d’Achille sous le nouveau, qui ne se contente plus des retombées d’image, mais exige une allégeance politique de ses personnels. Tous les salariés du Sistema ont ainsi été informés qu’ils couraient le risque d’être licenciés s’ils ne participaient pas au vote de juillet dernier. Cette menace n’a pas encore été mise à exécution contre ceux qui se sont abstenus, mais le gouvernement dispose désormais d’une liste d’enseignants et de cadres qu’il peut révoquer à tout moment.

Le directeur musical de l’Orchestre Symphonique Simon Bolivar et du Los Angeles Philharmonic s’est longtemps vu reprocher son silence devant les dérives un régime dont il profitait largement à titre personnel. Outre un engagement de jeunesse revendiqué auprès de Hugo Chávez, la crainte pour ses collègues vénézuéliens des représailles qui s’annoncent aujourd’hui en était un motif probable. Depuis le printemps, Dudamel est sorti de cette réserve, appelant d’abord à la conciliation entre les partis, puis élevant une protestation solennelle après l’assassinat par la police d’un adolescent issu du Sistema, lors d’une manifestation au mois de mai.

Le chef a également joué de son influence pour faire libérer Wuilly Arteaga, le manifestant violoniste dont les marches en musique avaient fait vibrer les réseaux sociaux, mais aussi en s’impliquant personnellement dans les discussions entre certains membres du parti au pouvoir et de l’opposition. La veille des élections controversées, Gustavo Dudamel a franchi un nouveau pas en publiant une tribune en anglais et en espagnol dans le quotidien El Pais : « Ma foi en la justice, et dans le respect de la diversité des opinions, m’oblige, comme citoyen vénézuélien, à dénoncer la décision illégale, de la part du gouvernement, de faire élire une assemblée constituante qui aurait le pouvoir non seulement de réécrire la constitution, mais aussi de dissoudre les institutions nationales. […] J’enjoins le gouvernement vénézuélien à suspendre la convocation de cette constituante. J’enjoins tous les leaders politiques sans exception à assumer leurs responsabilités en tant que représentants du peuple vénézuélien, afin de créer un nouveau cadre de coexistence. Notre pays doit urgemment poser les bases d’un ordre démocratique qui garantisse la paix sociale, la sécurité et un futur prospère à tous ses enfants. »

Peut-on mieux dire ?

10931667_10152673794412602_7053070538469170196_o(Il y a deux ans, à la Philharmonie de Paris, Gustavo Dudamel fêtait son 34ème anniversaire après un concert de l’orchestre des jeunes Simon Bolivar)

En novembre 2016, après la mort de Castro, j’écrivais déjà ceci sur ce blog (Castro et la déformation) :

« Sur Cuba, j’ai écrit cela il y a trois mois : La révolution décrépiteMais qui s’intéresse à la situation catastrophique du Venezuela de M. Madurovainqueur de l’élection présidentielle truquée de 2014, et digne émule du « meilleur ami » de Cuba, le sinistre Hugo Chavez ? Ah oui mais Chavez est inattaquable, c’est grâce à lui, n’est-ce pas, que s’est développé ce formidable outil d’éducation populaire El Sistema ! Sauf que c’est faux – l’exemple même de la désinformation, de la déformation de la réalité – ! Chavez n’est pour rien dans la genèse ni la réussite de cette prodigieuse idée. »

Et puis, tout de même, si l’on se dit démocrate – ce que tous proclament, en France tout du moins – peut-on l’être à moitié, ou à géométrie variable ? y aurait-il, pour certains, de bons et de mauvais dictateurs ? la répression des droits fondamentaux de la personne humaine serait-elle plus admissible selon qu’elle vient d’un Staline, d’un Hitler, ou d’un Castro ? »

Aujourd’hui j’ajoute Maduro à cette sinistre liste.

Pourtant, sans surprise – hélas ! – les mêmes qui ont pleuré la disparition de Castro continuent de trouver des circonstances atténuantes à son épigone vénézuélien (lire : Mélenchon et le Vénézuéla : l’inquiétant déni)

Extraits d’une « conversation » récente sur Facebook :

« Très à l’écoute, sans jugement préconçu, je m’interroge beaucoup et trouve que la partialité assumée et matraquée par les médias est vraiment dangereuse. L’Obs, comme les autres, tord le cou aux faits en ne montrant qu’une face. Loin de moi de faire de Maduro un mouton blanc. Mais ne pas prendre en compte le sabotage économique par une grande partie du patronat serait comme oublier les vastes grèves de routiers qui, en 1973, avaient paralysé le pays – avec l’appui du patronat chilien et de la CIA – en prélude au coup d’Etat de Pinochet. Au printemps 1973, aux élections législatives, les droites françaises avaient un slogan anti Union de la Gauche: « Ils vous promettent le Pérou, ce sera le Chili ». 6 mois plus tard… En 2017, la même rengaine est entonnée contre la seule opposition à Macron. » (M.D.)

 

L’accusation de corruption est celle que le régime utilise depuis des années pour emprisonner les opposants… Je ne vais certainement pas prétendre que l’opposition vénézuélienne est uniquement composée de blanches colombes, ni que les Etats-Unis ont toujours facilité la tâche aux chavistes. Mais rejeter à l’étranger la responsabilité de la situation actuelle du Venezuela est une plaisanterie. Ce pays a été ruiné pied à pied pendant dix-huit ans par l’incompétence et le népotisme, pas par autre chose. Quand les cours du pétrole sont hauts, il le masque. Dans la situation actuelle, cela explose. J’ai vu Caracas se délabrer depuis le début du siècle. Le plan de nationalisation voulu par Chavez partait de bonnes intentions, et aurait pu donner de vrais résultats s’il avait mobilisé les bonnes compétences au sein de la société civile. Au lieu de cela, il a licencié les cadres de qualité, pour mettre à la place des militaires, des membres de sa famille, des vassaux… C’est cela, la réalité du socialisme bolivarien depuis au moins 2004 : une mafia où se rejoigne l’armée et les gangs, qui terrorise et assassine la population. Même si une bonne partie des militants sont de bonne foi et n’ont rien à voir avec cette superstructure, ils ont été dupés par elle. Qu’une certaine gauche française tombe dans le panneau, c’est triste, ou coupable.(V.A.)

J’en reviens à mon article du 29 novembre 2016 qui reste d’une sinistre actualité, il suffit de remplacer Castro par Maduro :

« Foin de prudences diplomatiques et de contorsions de langage, une dictature est une dictature, un dictateur est un dictateur, donc un oppresseur, un anti-démocrate, un oligarque vivant aux dépens de son peuple. Sous toutes les latitudes, à toutes les époques. Comment un Mélenchon ose-t-il défendre l’indéfendable ?

J’entends bien l’insistante musique des nostalgiques de Fidel, héros et héraut des luttes anti-impérialistes (traduire par anti-américaines) en Amérique du Sud et en Afrique (en Angola par exemple). L’oncle Sam étant, par principe, odieux comme le capitalisme débridé (pardon, il faut dire ultra-libéral) dont il est le fer de lance, rien n’est plus glorieux que de le combattre. La fin justifiant tous les moyens… »

Un autre chef vénézuélien, l’ami Domingo Hindoyan (qui dirigeait Siberia de Giordano le 22 juillet dernier au Festival Radio France) à la tête de l’orchestre Simon Bolivar en décembre 2016.

Festival-de-Montpellier-Sonya-Yoncheva-illumine-la-Siberia-de-Giordano_width1024

De battre son coeur s’est arrêté

La mort, il y a un mois, de Jeanne Moreau ne m’avait pas spécialement atteint, quelque admiration que j’aie pu porter à l’actrice.

La disparition annoncée ce matin de Mireille Darc me touche plus, comme si une sympathie secrète m’avait lié à cette belle personne.

pascal-desprez-mireille-darc

Je l’avais croisée parfois dans le Marais où elle habitait, mais une amusante coïncidence nous avait fait nous trouver à New York le 31 décembre 2012.

154408_10151202116082602_131550506_n

Une première fois sortant d’un musée, elle y entrait avec son mari, quelques heures plus tard dans les rayons de la boutique Ralph Lauren sur Madison, et comme « jamais deux sans trois », dans l’avion qui nous ramenait à Paris dans la nuit de la Saint-Sylvestre.

406024_10151202120407602_561994713_n

Je n’ai vaincu la timidité que j’éprouve toujours devant des gens que j’admire que devant le tapis d’arrivée des bagages à Roissy, au matin du 1er janvier,  pour lui souhaiter une bonne année.

Mireille Darc, c’est évidemment l’anti-star, celle qui illuminait de son sourire espiègle, de sa bonne humeur non feinte, deux décennies de films qui ne sont pas tous inoubliables, mais qui ont marqué ma génération. C’est aussi, après cette carrière au cinéma qui aurait pu suffire à sa gloire, son engagement au profit de justes causes oubliées, ses documentaires pour Envoyé spécial. On espère que France 2 s’honorera à les rediffuser…

Petite filmographie non exhaustive :

51QU8rDAAkL

51jMblhtJ1L

51v7zXM4s9L`

51m4rLwhZUL

61TXxoDLG6L._SL1000_

 

et bien entendu la chute de reins la plus sexy du cinéma français dans Le Grand Blond

61URIbn59+L._SL1000_

J’ai eu la chance de rencontrer, et même d’être de jury avec lui, l’auteur de la célébrissime musique du film d’Yves Robert, Vladimir Cosma, un autre compositeur… roumain ! (voir Le compositeur maudit et La maison de George

Le compositeur maudit

Je l’écrivais hier (La maison de Georgeles magasins de disques semblent avoir disparu de Roumanie, à moins que je les aie mal cherchés. Dans l’une des boutiques du château de Bran (L’horreur Draculaj’ai trouvé un seul et unique CD du label roumain Electrecord d’un compositeur dont j’ignorais le nom comme l’oeuvre : Ciprian Porumbescu

41A4tdZmfML

La photo de couverture n’a rien de très séduisant, le détail des plages et des interprètes m’interpellait déjà plus favorablement. Ce Ciprian Porumbescu a toutes les caractéristiques du compositeur maudit, romantique et romanesque.

Né en 1853, il meurt la même année que Wagner (1883) à 29 ans d’une tuberculose qu’une santé fragile dès l’enfance et une vie mouvementée sur le plan personnel et politique n’ont évidemment pas arrangée.

Ciprian a cependant laissé près de 250 oeuvres. Né en Bucovine ukrainienne, il étudie à Suceava et Cernăuți (aujourd’hui Tchernivtsi en Ukraine, arrosée par une rivière au doux nom de Prout!). Mais c’est à Vienne auprès d’Anton Bruckner et Franz Krenn que le jeune homme se perfectionne en même temps qu’il étudie la philosophie. Il enseignera brièvement le chant choral à BrașovÀ Vienne il observe avec intérêt le succès des opérettes d’Offenbach, Strauss, Suppé, Porumbescu écrit la première opérette roumaine, sur des thèmes moins frivoles que celles qu’il a entendues à Vienne, la création à Brasov en 1882 de Crai Nou/La Nouvelle lune est un triomphe. Ci-dessous un extrait délicieusement vintage d’un film à la gloire du jeune compositeur.

Mélodies et rythmes traditionnels roumains font revivre la légende populaire de la fête de la Nouvelle Lune censée exaucer les voeux de bonheur des amoureux.

L’inspiration populaire est tout aussi évidente dans cette charmante Ballade pour violon et orchestre datant de 1880.

(Stefan Ruha est accompagné par l’orchestre symphonique de Cluj-Napoca – la ville des débuts de Julia Varady – dirigé par Emil Simon)

Lorsque la version orchestrale de sa Rhapsodie roumaine – initialement écrite pour piano – fut créée, sous sa direction, en 1882, on ne manqua pas de trouver des parentés avec le Liszt des Rhapsodies hongroises.

Porumbescu est un fervent nationaliste, membre d’une assemblée d’étudiants en pointe dans la résistance à la domination austro-hongroise, Arboros. En 1877, pour avoir soutenu publiquement une manifestation à la mémoire du prince Ghica, exécuté un siècle plus tôt par l’occupant ottoman, le jeune compositeur subit trois mois de cachot, qui seront fatals à sa santé.

(Une courte danse, la hora de Brașov)

La maison de George

En 1973, j’y étais passé avec mon cousin (lire Le violon d’avant guerre). Je n’avais gardé aucun souvenir marquant de cette maison, ni de son intérieur, mais les partitions que m’avait offertes le gardien, je les ai toujours. Je suis retourné dans la maison de Georges Enesco ou George Enescu comme on dit en roumain, à Sinaia au pied des monts Bucegi. la villa Luminiș.

IMG_1781

C’est un sentiment qui peut sembler risible, voire ridicule, mais c’est une émotion particulière qui vous gagne lorsqu’on entre dans l’intimité d’un artiste, violoniste, pianiste, pédagogue, compositeur aussi génial qu’Enesco. J’avais ressenti la même chose en visitant la maison de Sibelius à Ainola en 2006.

IMG_1782

IMG_1779 2

La maison n’est pas immense, le jardin alentour très modeste. On est accueilli par deux dames charmantes, d’un âge certain, qui pour l’une s’exprime dans un français  très vieille école – c’est le privilège d’une génération (lire Bienvenue Monsieur le Président). 

Dans l’entrée étroite, un portrait du maître des lieux par Corneliu Baba.

enescu-1

 

On nous donne des audio-guides pour visiter le seul premier étage, bien distribué.

IMG_1785Une agréable terrasse inspirante et un salon de réception modestement décoré.

 

IMG_1787

IMG_1788

IMG_1790

Puis la pièce de musique, un escalier en colimaçon qui monte à l’étage malheureusement pas ouvert à la visite !

 

IMG_1797 2

IMG_1795 2Sur le piano la partition du seul opéra – en français – d’Enesco, Oedipe.

71dYIlzkVPL._SL1027_

IMG_1796

A l’arrière, la chambre sans chichi de Maruca, l’épouse, la fantasque princesse Marie Cantacuzène (Maria Cantacuzino)

IMG_1801IMG_1798

IMG_1802Et la chambre d’Enesco, à peine plus grande qu’une cellule de moine…

IMG_1803

IMG_1786

IMG_1806

IMG_1809

On ressort de cette visite ému mais frustré. Pas même un simple comptoir où l’on pourrait trouver, acheter, documents, biographies, disques, livres ou partitions. Rien. Et comme les magasins de disques ont disparu – on a eu beau les chercher à Bucarest, Brasov ou Constanta, on les a manqués s’ils existent encore !, aucune chance de rapporter quelques CD « maison ». Comme j’avais fait une razzia lors de mon précédent voyage en 2003, je me console à la perspective de retrouver ma discothèque dès mon retour.

51re6Ffj5SL51JHyiMqYPL

71WEF7Zd2GL._SL1200_

61f2mGD1h+L._SL1425_

61A1DybJwoL._SL1094_

Pour la plus célèbre des oeuvres d’Enesco, sa Rhapsodie roumaine n°1ma version de chevet est définitivement celle, libre, improvisée, « native », du grand Constantin Silvestri – le même qui assura la création de la version roumaine d’Oedipe en 1958 -.

71s7ufKK5yL._SL1200_

Au moment de terminer cet article, et de quitter ce cher pays de Roumanie, je tombe sur ce prodigieux document, une version spectaculaire et virtuose de cette Rhapsodie roumaine due à cette immense pianiste native de Brașov, tragiquement disparue à l’âge de 33 ans, Mihaela Ursuleasa

 

 

 

 

L’imposture et l’Histoire

De loin, et même de près, ça ressemble à Disneyland. Ils sont venus visiter une résidence royale, l’une de ces forteresses qui se dressent dans toute la Transylvanie ? Non ils affluent, par centaines de cars, pour voir le château de DraculaC’est une imposture, mais ça marche ! Récit et photos : L’horreur Dracula

IMG_1581

 

Pourtant, discrètement, à l’écart du flot de touristes et des échoppes d’objets artisanaux, un autre musée, tout simple, s’offre au visiteur : Un village reconstitué d’authentiques fermettes, maisons, pressoir, atelier ou étable. L’histoire authentique d’une région s’y découvre, et c’est simplement beau.

IMG_1617 2

IMG_1620

IMG_1631 2

IMG_1623 2

IMG_1622

IMG_1627 2

Comme une réplique, en modèle réduit mais non moins intéressant, du Musée du Village roumain à Bucarest, qu’a visité Emmanuel Macron.

Autre étape beaucoup plus intéressante, à mi-chemin entre Bran et Brasov, la forteresse de RâșnovBien restaurée, ouverte au public récemment. Une partie de l’histoire mouvementée de cette région s’y exprime.

IMG_1655 2

IMG_1638 2

IMG_1637

IMG_1646

IMG_1649 2

IMG_1650

IMG_1634

IMG_1648 2

Bine ai venit / Добре дошли / Bienvenue Monsieur le Président

Monsieur le Président de la République,

Tandis que je m’apprête à quitter la Roumanie à la fin de mes vacances, vous y arrivez ce jeudi et serez vendredi en Bulgarie.

img_0437

Permettez-moi d’abord de vous féliciter d’avoir choisi ces deux pays, parmi les derniers à avoir intégré l’Union européenne, pour la première tournée des capitales européennes que vous aviez annoncée dès votre élection. La Bulgarie, et plus encore peut-être la Roumanie, nous aiment nous, la France, les Français.

Savez-vous que, lorsque je suis venu pour la première fois en Roumanie, à l’âge où vous découvriez tout à la fois l’amour et le théâtre, la plupart des adultes que je rencontrais parlaient tous français, qu’ils professaient tous une passion pour De Gaulle (c’était trois ans après sa mort, cinq ans après sa visite historique) ? Aujourd’hui les jeunes Roumains parlent à peine l’anglais… Mais Paris, la France, les fait toujours rêver.

Je sais que vous venez à Bucarest et à Sofia y évoquer la réforme de la directive européenne dite « des travailleurs détachés » (Le Monde : Macron mise sur les divisions des pays d’ex-Europe de l’Estet qu’ici beaucoup redoutent votre idée, et craignent que le développement économique que l’arrimage de ces deux vieilles nations à l’Europe a entrainé – la Roumanie a l’une des plus fortes croissances de toute l’Union – ne soit compromis, voire ruiné par de nouvelles règles. Vous avez certainement raison et vos raisons de déclarer ce que vous avez dit dans la ville natale de Mozart il y a quelques heures : « La directive travailleurs détachés telle qu’elle fonctionne est une trahison de l’esprit européen dans ses fondamentaux. Le marché unique européen et la libre circulation des travailleurs n’a pas pour but de favoriser les pays qui font la promotion du moindre droit social »
Monsieur le Président, même si votre visite est évidemment beaucoup trop courte et ne vous permettra pas de percevoir les réalités de ces deux peuples frères et cousins, dites leur, je vous prie, combien la France leur est attachée.

Aux Roumains, parce que les liens de culture, de langue – le roumain est une langue latine, si proche de la nôtre – sont de toute éternité. Bucarest était même surnommée le Petit Paris durant l’entre-deux-guerres. Tant de créateurs, d’interprètes ont fait le voyage Paris-Bucarest dans les deux sens, Enesco, Ionesco, Cioran, Istrati… Parce qu’on roule encore beaucoup français dans les villes et sur les routes du pays (Renault et sa filiale Dacia, Peugeot tiennent la dragée haute aux constructeurs allemands). Parce qu’aux abords des centres urbains, ce sont les enseignes françaises – Auchan, Carrefour – qui équipent les nouvelles zones commerciales.

Aux Bulgares, qui ont élu en novembre 2016, un président manifestement plus porté vers la Russie que vers l’Europe, parce que la France représente pour toute une jeunesse en quête d’idéal un phare, une idée d’avenir. C’était évident à chaque fois que l’on me demandait d’où je venais. Paris ville lumière !

La Roumanie, j’y suis venu à quatre reprises depuis 1973Malgré la fuite des cerveaux, des médecins, des mathématiciens, des chercheurs, qui a suivi la chute de Ceausescu le 22 décembre 1989, ce pays a fait des progrès considérables. Sans renier son histoire, le charme de ses traditions – oui, il y a encore des voitures à cheval en Moldavie, en Transylvanie ! – la Roumanie s’est puissamment modernisée. Des villes, encore en triste état, au début des années 2000 se sont refait une beauté. Les infrastructures routières, touristiques et hôtelières ont fait des pas de géant. C’est un élan qu’il faut encourager, soutenir. Pour le bien des Roumains eux-mêmes.

La Bulgarie, je l’ai découverte cet été. J’y ai vu des paysages et des campagnes magnifiques, des sites abandonnés aussi, mais des villes fières, propres, écologiques – Paris et bien d’autres villes françaises pourraient en prendre exemple – Des bords de mer exceptionnels comme à Burgas ou Varna. Et une envie évidente de mettre en valeur un patrimoine archéologique et historique encore largement inexploité, inexploré, comme ces centaines de tombeaux thraces. Qui mieux que la France, en Europe, pourrait y contribuer ?

Monsieur le Président, ce soir vous aurez la chance d’assister au concert que donnent Martha Argerich et Daniel Barenboim dans le cadre du Festival de Salzbourg.

81i-IsCDEEL._SL1400_

Vous n’aurez évidemment ni le temps ni même l’opportunité de prendre connaissance de mon message.

Je compte cependant sur vous pour dire haut et fort à nos amis roumains et bulgares qu’ils ne sont pas un problème, ni pour la France ni pour l’Europe, que leurs travailleurs « détachés » ne sont pas de mauvais citoyens européens, que ce qui nous unit à eux est plus fort, beaucoup plus fort qu’une directive mal appliquée ou détournée de ses fins initiales.

Donnez-leur toutes les raisons de croire à l’Europe fraternelle et solidaire que vous avez promue et défendue pendant votre campagne électorale !

Bon voyage Monsieur le Président !

L’Être et le Neamț

Les monastères les plus connus de Roumanie sont situés dans la région septentrionale de la Bucovine. Mais, dans les vallées du Neamț au coeur de la Moldavie historique, se trouve une concentration de hauts lieux de la spiritualité orthodoxe qui n’ont rien à envier à leurs voisins par la beauté de leurs sites, la richesse de leur histoire et l’intensité de la vie monastique.

L’église du monastère de Varatec se distingue de toutes ses voisines par la forme ronde de ses clochers (photos : Le monastère de Varatec

Quant au monastère de Neamț (prononcer Neamts), c’est à la fois le plus ancien, le plus austère et le plus emblématique de la grande figure politique et religieuse de la Moldavie du XVème siècle, Etienne le Grand (Ștefan cel Mare)

On a beaucoup aimé le monastère de Secu (prononcer Sé-cou) sur la commune de Vânători-Neamț

Dominant la vallée et la ville de Târgu Neamț, il faut évidemment voir la Citadelle de Neamț, après avoir emprunté un chemin certes goudronné mais escarpé (recommandé pour les sportifs, déconseillé aux mauvais marcheurs !)

Puis reprenant la route du sud qui va vers le chef-lieu administratif de la région, la ville de Piatra Neamț, on s’arrête à Agapiaqu’on retrouve avec émotion, quarante-quatre ans après y avoir dormi dans l’une des maisons des soeurs qui habitent les lieux depuis le XIXème siècle. Aujourd’hui les lieux brillent comme un sou neuf, et les nonnes sont plus nombreuses que jamais (350) mais elles n’hébergent plus le visiteur de passage. Les nombreuses pensions et auberges des alentours – qui n’existaient pas il y a encore vingt ans – ont pris le relais.

A l’époque de ce premier passage (1973) j’avais lu avec passion tous les livres d’un personnage complètement oublié et controversé Virgil Gheorghiu qui a vécu dans sa chair et dans son oeuvre toutes les contradictions de la Roumanie du XXème siècle. Célèbre par son roman La Vingt-Cinquième heure, porté au cinéma par Henri Verneuil avec Anthony Quinn,

91h6Y2sa7sL._SL1500_

Gheorghiu décrit dans Les Immortels d’Agapia une Roumanie rurale, âpre voire cruelle.

Unknown

Photos à voir ici : Les immortelles d’Agapia

Tout au fond d’une vallée se cache un très bel ensemble qui vaut d’être visité, le monastère de Sihastria qui compte plusieurs églises d’époques différentes.

img_1408

Voir les photos : L’ermitage de Sihastria.

A quelques encâblures à l’ouest de Piatra Neamt, sur la route de Bicaz, se cache, en dehors des circuits touristiques, un magnifique ensemble – presque mon préféré de tout le parcours, n’étaient les souvenirs qui me lient à Agapia – celui du monastère de BistrițaToutes les photos à voir ici : Le monastère de Bistrita.

img_1344

La grande ville de la région, Piatra Neamțconserve encore quelques beaux vestiges de son glorieux passé

Le musée et le théâtre de Piatra Neamț (d’autres photos ici : Piatra Neamț)

La route – recommandée – qui va de Bicaz à Târgu Neamț longe le lac Izvorul Muntelui, fermé par un impressionnant barrage.

Toutes les photos de la route des monastères de Moldavie roumaine : Le monde en images