Les légendes, Barcelone, et les âmes rouges

Même en vacances, on ne décroche jamais de l’actualité, surtout lorsque les drames s’accumulent : Charlottesville, Ouagadougou, Barcelone, Cambrils, Turku. 

Eternel débat, malheureusement récurrent : même si, évidemment, on doit solidarité et soutien aux victimes de ces attentats, n’est-ce pas faire le jeu des terroristes, des extrémistes, que de dérouler à chaque fois le même rituel, les mêmes mots, la même résonance universelle ? Je ne sais pas, j’ai posé la question sur Facebook, j’ai eu autant de réponses que d’avis. Pudeur, recueillement oui, l’émotion posée comme principe non.

Quand je pense à Barcelone, je pense évidemment à des amis, à des séjours toujours agréables, à de la musique aussi, comme à celle d’un authentique Catalan, né et mort – il y a tout juste trente ans – à Barcelone, le grand, très grand Federico Mompou

61nuXqPieaL

Par hasard, j’avais téléchargé avant de partir en vacances la saison 3 de l’excellente série française Le Bureau des légendesFormidable casting, réalisation haut de gamme, rien à envier aux séries américaines, et une proximité troublante avec la réalité… et les événements de ces derniers mois.

Où la fiction est rejointe par la tragique actualité…

61px4v1FsGL._SL1000_

Et puis comme il faut parfois s’extraire du quotidien, du présent, pour replonger dans l’Histoire, j’ai choisi d’aborder une lecture au long cours, un ouvrage assez exceptionnel d’un auteur dont j’ignore tout. Un coup de maître.

713ysTI73VL

« Moscou. U.R.S.S. La culture est enrégimentée afin de servir l’État.
Vladimir Katouchkov et Pavel Golchenko, la vingtaine, se rencontrent un soir par hasard. Le premier est censeur au sein du GlavLit, qui statue sur tout ce qui paraît dans le pays. Le second est projectionniste au GosKino, le cinéma des officiels du Parti. Deux institutions où sont quotidiennement interdites, coupées, asservies les uvres d une nouvelle génération d écrivains et de cinéastes qui tente de s épanouir depuis la mort de Staline.
Vladimir Katouchkov, écoeuré par le système, décide d’en dénoncer l’hypocrisie. À ses risques et périls. Et bientôt au détriment de ceux qui l’entourent.
Les âmes rouges est un roman hommage aux plus indépendants des artistes soviétiques et aux chefs-d’ oeuvre issus de ce que l’on a appelé « la dissidence ». C’est aussi une ode à l’amitié : celle qui lie, à travers les épreuves et les ans, le Russe Vladimir Katouchov et l’Ukrainien Pavel Golchenko, en un temps pas si lointain où créer pouvait coûter la vie

Paul Greveillac est également l’auteur d’un formidable portrait de Schnittke qui m’attend à mon retour

81W7ngG85VL

Une réflexion sur “Les légendes, Barcelone, et les âmes rouges

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s