Les légendes, Barcelone, et les âmes rouges

Même en vacances, on ne décroche jamais de l’actualité, surtout lorsque les drames s’accumulent : Charlottesville, Ouagadougou, Barcelone, Cambrils, Turku. 

Eternel débat, malheureusement récurrent : même si, évidemment, on doit solidarité et soutien aux victimes de ces attentats, n’est-ce pas faire le jeu des terroristes, des extrémistes, que de dérouler à chaque fois le même rituel, les mêmes mots, la même résonance universelle ? Je ne sais pas, j’ai posé la question sur Facebook, j’ai eu autant de réponses que d’avis. Pudeur, recueillement oui, l’émotion posée comme principe non.

Quand je pense à Barcelone, je pense évidemment à des amis, à des séjours toujours agréables, à de la musique aussi, comme à celle d’un authentique Catalan, né et mort – il y a tout juste trente ans – à Barcelone, le grand, très grand Federico Mompou

61nuXqPieaL

Par hasard, j’avais téléchargé avant de partir en vacances la saison 3 de l’excellente série française Le Bureau des légendesFormidable casting, réalisation haut de gamme, rien à envier aux séries américaines, et une proximité troublante avec la réalité… et les événements de ces derniers mois.

Où la fiction est rejointe par la tragique actualité…

61px4v1FsGL._SL1000_

Et puis comme il faut parfois s’extraire du quotidien, du présent, pour replonger dans l’Histoire, j’ai choisi d’aborder une lecture au long cours, un ouvrage assez exceptionnel d’un auteur dont j’ignore tout. Un coup de maître.

713ysTI73VL

« Moscou. U.R.S.S. La culture est enrégimentée afin de servir l’État.
Vladimir Katouchkov et Pavel Golchenko, la vingtaine, se rencontrent un soir par hasard. Le premier est censeur au sein du GlavLit, qui statue sur tout ce qui paraît dans le pays. Le second est projectionniste au GosKino, le cinéma des officiels du Parti. Deux institutions où sont quotidiennement interdites, coupées, asservies les uvres d une nouvelle génération d écrivains et de cinéastes qui tente de s épanouir depuis la mort de Staline.
Vladimir Katouchkov, écoeuré par le système, décide d’en dénoncer l’hypocrisie. À ses risques et périls. Et bientôt au détriment de ceux qui l’entourent.
Les âmes rouges est un roman hommage aux plus indépendants des artistes soviétiques et aux chefs-d’ oeuvre issus de ce que l’on a appelé « la dissidence ». C’est aussi une ode à l’amitié : celle qui lie, à travers les épreuves et les ans, le Russe Vladimir Katouchov et l’Ukrainien Pavel Golchenko, en un temps pas si lointain où créer pouvait coûter la vie

Paul Greveillac est également l’auteur d’un formidable portrait de Schnittke qui m’attend à mon retour

81W7ngG85VL

Make our Planet great again

C’est à se demander s’il ne le fait pas exprès ! Trump a peut-être finalement rendu le meilleur des services à la cause de la Planète et des défenseurs de l’environnement en adoptant une position aussi caricaturale ! La réaction immédiate du président français a été exceptionnelle, tout comme celle des autres pays signataires de l’Accord de Pariset de millions d’Américains bien décidés à contourner les velléités du POTUSLa réaffirmation de leur engagement par les deux pays les plus peuplés de la planète, la Chine et l’Inde est rassurante. Non seulement l’espoir n’est pas mort, mais il pourrait renaître plus fort de cette « trumperie »

DBRPMmMXcAAwdtK

L’autre événement de la semaine, c’est évidemment le retour sur notre belle planète de notre héros national Thomas PesquetComme des millions d’autres, j’ai suivi, émerveillé, ébahi comme un enfant, le fabuleux voyage du spationaute, sur Twitter, et ses images extraordinaires.

45060808_6_c518_2017-01-09-35c872f-28605-1d4it8p-02i3npcik9_835980cd351f857152a3629974c18b27J’attends avec impatience l’émission Envoyé spécial sur France 2 le 8 juin prochain.

Autre nouvelle de la semaine pour le monde musical, un ajout à mon article d’avant-hier Obituaries : le décès brutal, à 74 ans, ce vendredi du chef d’orchestre anglais Jeffrey Tateanobli il y a quelques semaines par le Prince William.

3207208-sir-jeffrey-tate-est-anobli-dans-l-ordre-950x0-2

J’ai vu assez souvent Jeffrey Tate en concert ou à l’opéra, à Genève (au Grand Théâtre, avec l’OSR), à Paris (notamment avec l’Orchestre National de France dont il fut le premier chef invité de 1989 à 1998, avec lequel il dirigea une mémorable Tétralogie au Châtelet) ou au Festival d’Aix-en-Provence. Me revient une anecdote, qu’Armin Jordan aimait à raconter avec ce mélange d’humour (noir) et d’affection qui le caractérisait. Dans les années 1990, les deux chefs dirigeaient chacun un opéra de Mozart au Festival d’Aix et logeaient dans le même hôtel chic. À l’époque, le chef suisse souffrait de troubles musculaires au bras (j’en avais été moi-même témoin), ses biceps restaient bloqués. Jeffrey Tate lui demandant si ce n’était pas trop pénible, Armin Jordan ne put s’empêcher de lui répondre : « Et c’est toi qui me pose la question ? ».  Il faut avoir vu Jeffrey Tate s’avancer sur scène ou dans la fosse pour comprendre l’invraisemblable courage qu’il a fallu à ce musicien pour dominer son terrible handicap de naissance. Respect !

Je ne sais pas si Jeffrey Tate a laissé une trace discographique marquante – en dépit de nombreux enregistrements – mais il laisse à tous ceux qui ont travaillé avec lui le souvenir d’un personnage extrêmement attachant et savant. Tous les chefs ne peuvent pas en dire autant…

Jackie et Natalie

Il y a trois semaines c’était Neruda et l’enthousiasme pour le film de Pablo Larrain

Cet après-midi, à l’unisson d’une presse unanime, enthousiasme décuplé pour l’autre film du Chilien – étrange coïncidence des sorties de films – le tant attendu Jackie, et la bouleversante Natalie Portman

best-actress_natalie_portman_jackie_pablo_larrain_film

Elle ne joue pas la veuve de John Kennedy, elle est Jacqueline/Jackie Kennedy dans une incarnation d’une densité, d’une justesse exceptionnelles.

Le film se concentre sur les heures, les quelques jours qui ont suivi l’assassinat de Kennedy à Dallas, le 22 novembre 1963. Le drame privé, la souffrance intime d’une femme, de ses tout jeunes enfants, l’extrême solitude, la peur du vide, confrontés au personnage public, à l’image qu’elle doit donner au monde pour faire entrer le président assassiné et son couple dans l’histoire.

Pablo Larrain filme avec une précision, une empathie admirables, sans artifice, sans excès. Les procédés de flashback – déjà présents dans Neruda – sont parfaitement dosés. Un film qui restitue aussi l’épaisseur humaine de ces personnages publics, de ces légendes – Jackie Kennedy en était déjà une à l’époque -, qui renvoie à la simple condition de ceux qui, un jour, sont confrontés à une disparition brutale, à la perte d’un être cher, livrés à l’angoisse du lendemain. Plus de First Lady qui vaille, la solitude, le désespoir, et pourtant la nécessité de faire face, pour les siens, pour les autres, pour le monde.

J’avoue avoir aussi été scotché par la bande-son, j’ai découvert qu’elle était l’oeuvre d’une toute jeune compositrice britannique Mica Levi (Micachu).

On est loin du mainstream typique des films américains (même si on aime beaucoup !)

Une musique épurée, pudique, au diapason d’un film tout en retenue et en délicatesse. Jackie s’achève sur une scène de la comédie musicale Camelotque le couple présidentiel américain aimait particulièrement.

Après l’élection

La nuit avait commencé à la résidence de l’ambassadeur des Etats-Unis, Jane Hartleyrue du faubourg Saint-Honoré, à quelques mètres de l’Elysée. Dispositif de sécurité impressionnant à l’extérieur… et assez peu discret à l’intérieur malgré la batterie de contrôles à l’entrée.img_6712

La foule n’est pas au rendez-vous, quelques têtes connues de la haute magistrature, un seul ministre en exercice, plusieurs ex, l’ancien conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy, le PDG de Radio France, un célèbre compositeur de musique de films récemment « oscarisé », des parlementaires, la mère de la première victime de Mohammed Merah, et une ambiance générale plus grave que joyeuse. Au détour des conversations le pressentiment que le résultat sera serré, très serré.

img_6721

Et ce mercredi matin, les premières réactions sur les réseaux sociaux. Toutes catastrophées à des degrés variables. Au fil de la matinée, des avis s’expriment, plus réfléchis, nuancés, argumentés. Je les partage ci-dessous, ils ont d’autant plus de sens, à mes yeux, que plusieurs émanent de musiciens, d’artistes.

14947973_329170437459659_4883226618812431348_n

On réagit comme à l’annonce d’un attentat terroriste ou d’une catastrophe naturelle… Mais les gens ont CHOISI ça, en majorité [rectification : pas en majorité puisqu’Hillary a remporté un peu plus de voix individuelles]. C’est fou qu’on soit si déconnectés de cette réalité, au point de ne pas y croire. Comment faire pour remettre l’éducation au cœur de la vie ? (Thomas E.)

Tout cela montre à quel point nous vivons dans de petits cercles, entre bien-pensants d’accord avec nos propres opinions, dans un confort aveugle, certains que notre microscopique vérité est forcément celle des autres. Sur FB ou autres réseaux sociaux, on s’auto-like avec des gens qui pensent comme nous. On lit la presse qui dit ce qu’on veut entendre et ça nous conforte dans notre cécité. Je ne connais personnellement AUCUNE personne qui ait voté pour le Brexit ou pour Trump…. alors, il est facile d’imaginer que c’est FORCÉMENT comme ça partout!!! Après le Brexit, c’est peut-être une occasion de regarder le monde différemment, d’avoir une vision plus réaliste du monde qui nous entoure. Ça fait forcément un peu peur…. (Cédric T.)

D’une amie franco-américaine, qui vit à Cincinnati :

Réveil 6 AM ce matin j’ai conduit les enfants l’école …Petit déjeuner au goût moche, tétanisé, plein de révolte mais surtout de questions. Comment leur dire que ce n’est pas la fin des belles choses, que oui le monde change et de façon spectaculaire, que c’est à leur génération dorénavant avec nous de veiller, de s’éveiller, de se réveiller encore davantage, à devenir plus clairvoyants, plus éduqués et éduquants, que ce pays n’est pas tout « bon à jeter avec l’eau du bain », qu’il fallait quand même avaler une tartine, qu’il y avait contrôle de chimie en première heure, on a même revu les fiches le ventre noué, comment leur expliquer qu’ils ont raison de se sentir abandonnés dans leurs idéaux, des idéaux de leurs ancêtres, perdus, inquiets mais qu’ils ont maintenant 14 ans, 17 ans, le devoir de devenir acteurs de tout cela…. qu’il va falloir digérer, comprendre et accepter le raz de marée du peuple. comment leur dire que oui c’est l’election de la vulgarité et de la brutalité. de la consternation autour d’un homme affligeant en tous points. Qu’il faut vivre avec et qu’il faut faire que ca change, que ce pays, comme nous tous, comme la psyché humaine renferme le pire et le meilleur. je suis aussi une enfant de l’Amérique des années 70, je ne sais pas comment les préserver, mais je ne renoncerai pas à faire d’eux des citoyens de leur monde… Je suis profondément blessée. pas de doute, faut leur dire et on trouvera les mots. My darlings I love you. restons groupés. 7 AM j’ai conduit les enfants à l’école, en revenant j’avais les larmes aux yeux.  (Aimée C.L)

D’un ami belge :

Sans se rallier au choix électoral posé aux USA, voudrait rappeler ceci :
1) cette élection était démocratique. Elle doit donc être respectée.
2) boycotter les USA serait inutile et ridicule. Le souci de cohérence inviterait par ailleurs à boycotter dès lors aussi la Turquie, la Russie, les pays du Golfe, la Chine, la Hongrie,….
3) insulter les électeurs américains est déplacé. Qui comprend leurs réalités ? Quel est l’espoir d’un étudiant qui doit, ses études finies, d’abord consacrer 25 ans de sa vie à rembourser lesdites études? Le vote des citoyens désenchantés se tourne toujours (en France aussi), vers des solutions simples
4) le système institutionnel américain comporte de forts garde-fous. Un ancien acteur de westerns a occupé la Maison Blanche durant 8 ans, encadré par la Constitution, le Congrès et la Cour suprême.
(Grégory J.)

Et cette réaction – toujours sur Facebook du journaliste et chroniqueur Laurent Kupfermann :

Depuis le référendum de 2005, un fossé s’est installé entre le peuple et ses représentants. La crise économique majeure qui secoue le monde depuis bientôt 10 ans, a rajouté de la crise à la crise, creusant plus encore le fossé entre les insiders-ceux qui sont inclus dans un système- et les outsiders- qui en sont durablement exclus. Des signaux politiques ont été envoyés par les électeurs. Le 21 avril, la crise politique et financière en Grèce qui n’est toujours pas terminée, le Brexit , la crise lors de la signature du CETA en Wallonie, et maintenant l’élection de Donald Trump qui marque d’une trace indélébile la défiance des électeurs envers la capacité de toutes les classes politiques à peser sur le destin des femmes et des hommes.

Chacun ira de son explication, bonne ou mauvaise, mais il serait illusoire de nier qu’il s’agit d’autre chose que d’un puissant mouvement de fond. À l’heure où les fossés s’élargissent de manière historique entre ceux qui ont tout, et ceux qui n’ont rien, même plus l’espoir, il est temps d’aborder d’un regard neuf, réaliste et volontaire l’avenir. Nos institutions, tant nationales qu’européennes sont-elles à la hauteur du défi démocratique qui est le nôtre ?

Le repli, l’isolationnisme, tentations pernicieuses , ne sont pas raisonnables dans un monde multipolaire. La France, seule contre le monde entier, c’est la France fragilisée, attaquée et la France finalement mise à genoux.

C’est donc bien un échelon supérieur que nous devons bâtir de manière urgente. Mais il faut être lucide :la défiance des citoyennes et des citoyens envers le projet européen tel qu’il existe aujourd’hui est profonde et réelle. La crise en Wallonnie et le Brexit en sont de réelles illustrations.
Pour autant le rejet de l’Union Européenne n’est pas le signe que les peuples ne veulent plus d’Europe mais qu’ils veulent une autre Europe. Une Europe démocratique fière de son histoire, de sa diversité et des valeurs chèrement acquises à la suite des terribles conflits mondiaux du XXème siècle.
Une Europe qui agit pour affirmer des politiques de solidarité, dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la formation, de la protection contre les accidents de la vie, qui sont les piliers de l’émancipation citoyenne.
Une Europe qui garantit la liberté, l’égalité en droit pour l’ensemble de ses citoyens et de ses citoyennes au delà de leurs origines, de leurs opinions philosophiques et / ou religieuse, ou de leur orientation sexuelle.

Si le communisme a perdu le combat idéologique et éthique, la victoire de l’ultra-libéralisme, du « laissez-faire économique » est une fausse victoire, dont on voit aujourd’hui la dangereuse limite qui menace nos démocraties. Le pouvoir que donne la souveraineté politique issue du peuple, est là pour défendre l’intérêt général, dans un dialogue constructif avec le monde économique, qui doit accepter qu’il n’est pas hors-sol.

Ces idéologies du XIX e siècle, qui agitent toujours nos pensées politiques nous n’en voulons plus.

Face un monde qui ne glorifie que la compétitivité économique devenue folle, celle qui accroit la richesse mais en accroissant les différences, sans profiter à toutes et tous, tout en portant atteinte aux règles élémentaires de protections de notre environnement, nous avons besoin d’une Europe forte et nouvelle qui protège ses citoyennes et ses citoyens. C’est cette identité européenne citoyenne qu’il nous faut bâtir.
Laissons les débats sur les portions de frites, ou les pains au chocolats dans les oubliettes, et agissons maintenant, sans oublier qu’un pacte social, pour être stable se doit de rechercher toujours cet indispensable point d’équilibre entre le réel, l’idéal et l’éthique.

Le président élu ne devrait pas oublier que le peuple américain c’est aussi et surtout cela :

Le Nobel de Bob

La surprise a été générale : le prix Nobel de littérature 2016 a été attribué à Bob Dylan (lire Bob Dylan, prix Nobel de Littérature).

Mais ma surprise a été plus grande encore de lire, sur les réseaux sociaux, l’avalanche de critiques, de sarcasmes, la violence verbale même que cette décision de l’Académie suédoise a suscitées. Comme s’il était inconvenant, indécent même, de récompenser un auteur de chansons, célèbre, admiré, reconnu depuis un demi-siècle. Un poète qui a nourri notre culture collective. L’enchanteur de toute une génération (la mienne oui !). Un chanteur populaire (quelle horreur !).

Avait-il besoin de la consécration du Nobel ? Non? D’autres que lui ne la méritaient-ils pas plus, ou plus tôt ? Sans doute oui. Mais pourquoi s’écharper sur les mérites comparés des vrais (?) et des faux(?) poètes – Dylan faisant évidemment partie de la seconde catégorie selon ses contempteurs – ?

61km2ezgchl-_sl1094_

La rencontre

On n’est pas tous les jours confronté à une légende. Même si je me laisse difficilement impressionner, j’étais, je dois bien l’avouer, assez excité à l’idée d’accueillir et de rencontrer Valery Gergiev, que j’avais souvent vu diriger, mais jamais approché jusqu’à hier midi.

Le grand chef russe arrivait d’Amsterdam avec toute la troupe multicolore du National Youth Orchestra USA, plus de 120 musiciens américains âgés de 16 à 19 ans, qui sous l’égide d’une fondation du Carnegie Hall de New York, donnent quatre concerts en Europe, Amsterdam, Montpellier, Copenhague et Prague.

La première surprise, contredisant la légende de l’homme pressé, vivant entre deux jets privés, c’était déjà qu’il prenne le même charter – tout comme le soliste Denis Matsuev – que l’orchestre, et que, comme tous les musiciens, il attende tranquillement ses bagages en me rappelant, avec une précision qui n’allait pas manquer de me surprendre plus tard, sa dernière venue à Montpellier et au Corum. Une grande amabilité, quelques appels téléphoniques, mais rien du multi-manager hyperstressé qu’on nous décrit volontiers.

Dans la voiture qui nous emmène vers le centre de Montpellier, il me montre une photo d’une ancienne église protestante devenue salle de concert, dans la ville où il a grandi, Vladikavkaz, la capitale de l’Ossétie du Nord dans le Caucase, m’explique que c’est là qu’il a entendu son premier concert, dirigé pour la première fois, et qu’il apporte sa contribution à la restauration de cette salle, avec l’aide d’un grand architecte et d’un acousticien. Plus tard il me parlera de l’opéra de Vladivostok, auquel le Marinski et lui-même vont prêter main forte.. Quand on sait ce que Gergiev a fait du et pour le Marinski à Saint-Pétersbourg (la rénovation complète du théâtre historique, la construction d’une deuxième salle d’opéra ultra-moderne à l’acoustique idéale, ainsi que d’une salle de concert !), on imagine aisément l’énergie qu’il met à soutenir de nouveaux projets et à entraîner pouvoirs publics et privés à sa suite.

L’avion s’est posé avec une bonne heure et demie de retard, le chef et le soliste n’ont pas déjeuné, et me demandent s’ils peuvent – il est presque 14h30 – encore apprécier la gastronomie montpelliéraine. On finit par trouver une adresse, proche du Corum, qui accepte encore de nous servir, mais c’est presque comme si on demandait l’impossible. Je lisais dans un papier que Montpellier a encore des efforts à faire pour accueillir le touriste, je confirme !13767133_10153805925657602_8416049632345373550_oDenis Matsuev se souvient parfaitement du récital qu’il avait donné à Liège quelques mois avant ses débuts au Carnegie Hall en 2007, et quand je lui demande où il a sa résidence principale, il me répond d’un grand éclat de rire : « L’avion » ! Il ne semble pas se plaindre du rythme effréné de ses concerts (240 par an !!).

71vjKGPNeHL._SL1500_

Quant à Valery Gergiev, ce n’est que musique, projets, festivals. Il dévore le programme du Festival de Radio France, me demande des nouvelles de certains solistes, des informations sur de plus jeunes, qu’il ne connaît pas encore, me montre l’incroyable programme de son Festival pétersbourgeois White Nights, qui peut en remontrer aux plus prestigieux festivals occidentaux par la qualité, la richesse et la densité de sa programmation ! Tout l’intéresse, il paraît doté d’une mémoire sans limite. Matsuev me glisse : « Il connaît tout et tout le monde »! Je ne suis pas loin de le croire…

CC680DF/SdCard//DCIM/103LEICA/L1031681.JPG
CC680DF/SdCard//DCIM/103LEICA/L1031681.JPG

Le temps passe, la conversation roule, comme si rien n’était planifié sur l’agenda des deux artistes (une répétition et un concert !). Comme nous sommes juste devant le Musée Fabre, que les sets de table évoquent la très belle exposition Bazille qui s’y déroule, Valery Gergiev me demande s’il pourrait y jeter un oeil. Je préviens le directeur du Musée de l’arrivée de ces hôtes illustres, la foule de visiteurs est dense, plusieurs reconnaissent le chef russe, l’applaudissent, le saluent ou lui demandent un autographe.

IMG_3926

Denis Matsuev et Valery Gergiev sont fascinés par Bazille, et s’attardent dans chacune des  salles. C’est à regret que je dois leur rappeler qu’ils ont quelques obligations musicales…

IMG_3925

La répétition commencera effectivement avec quelques minutes de retard, mais quel privilège pour moi d’entendre et de voir Gergiev modeler en quelques simples gestes et précisions les phrasés sensuels du Prélude à l’après-midi d’un faune, d’une bienveillance qui n’exclut pas l’exigence à l’égard de ses tout jeunes formidables musiciens. Tout aussi passionnant le travail sur l’accompagnement du 3ème concerto de Rachmaninov. Je n’ai pas le temps d’entendre la partie consacrée à la rare 4ème symphonie de Prokofiev. Je n’en serai que plus bouleversé au concert.

IMG_3938IMG_3939

Le concert lui-même atteint des sommets. Cet orchestre juvénile sonne comme on aimerait tant que sonnent bien des phalanges aînées. Valery Gergiev est comme régénéré par ce travail avec les jeunes musiciens, il nous offre l’un des plus beaux concerts que j’aie jamais entendus sous sa conduite (je n’écris pas baguette, puisqu’il dirige sans !).

A la fin il me demande de le suivre dans sa loge, il appelle son assistante, lui dit – en russe, mais je comprends tout !- qu’il veut revenir à Montpellier l’année prochaine, qu’on doit absolument organiser cela…Il me le répète quelques minutes plus tard avant de monter dans la voiture qui le ramène. Il a aimé la salle, le public, le programme du Festival. Tiendra-t-il sa promesse ? Je veux le croire. Il arrive que les hommes vaillent mieux que leur légende.

Carnegie Hall

L’anecdote est connue de tous ceux qui ont côtoyé le chef suisse Armin Jordan (1932-2006)   : lors de la première tournée américaine de l’Orchestre de chambre de Lausanne, dont Jordan a été le directeur musical de 1973 à 1985, un journaliste interroge le chef : « N’est-ce pas un risque pour vous et pour l’orchestre de vous produire dans la plus prestigieuse salle de New York, le Carnegie Hall ? – C’est la salle qui était la plus proche de notre hôtel ! » Apocryphe ou pas, l’anecdote traduit à la fois l’humour d’Armin Jordan et la fascination qu’exerce un complexe unique en son genre (Le Carnegie Hall).

Je me rappelle à mon tour le concert que le même Armin Jordan, cette fois à la tête de l’Orchestre de la Suisse romande, avait donné en octobre 1989. Et ma propre émotion en découvrant, en répétition, puis en concert, l’acoustique unique, chaleureuse et précise, de la salle mythique. La soliste était Julia Varady, qui y faisait aussi ses débuts, avec les Vier letzte Lieder de Richard Strauss. Le lendemain, le critique du New York Times saluait la performance de la cantatrice, dont la voix lui semblait idéalement sertie dans l’écrin orchestral que Jordan lui avait dessiné. Julia n’avait pas du tout lu le papier dans ce sens. Catastrophée, elle se lamentait auprès du secrétaire général de l’orchestre, Ron Golan, et moi, attablés au petit déjeuner – « vous vous rendez compte, le public ne m’entendait pas, ma voix ne ressortait pas ! ». Nous lisions plutôt dans cet article un compliment. Une heure plus tard, je retrouve par hasard Julia Varady dans l’ascenseur de l’hôtel, tout sourire. Elle m’embrasse et me confie : « Je viens de parler à Dietrich (Fischer-Dieskau, son mari !), je lui ai lu l’article, il m’a dit exactement la même chose que vous et m’a félicitée ».

Je rappelle ces souvenirs en découvrant, en dégustant lentement, un magnifique objet, qui fait honneur à son éditeur, d’abord un livre très richement illustré, et surtout un coffret exceptionnel.

71vjKGPNeHL._SL1500_61WQAWl5nOL

Peu d’inédits sans doute, mais la joie de retrouver des moments véritablement exceptionnels (la dénomination Great Moments n’est pas usurpée), des récitals légendaires (Rubinstein, Horowitz, Serkin, Bolet, Kissin, Berman…) ou cette incroyable soirée pour célébrer le 85ème anniversaire de Carnegie Hall qui réunit le 18 mai 1976 une affiche inédite : Vladimir Horowitz, Leonard Bernstein, Dietrich Fischer-Dieskau, Yehudi Menuhin, Mstislav Rostropovitch, Isaac Stern…

Détails du coffret sur : Bestofclassic