L’harmonie du monde

800px-Harmonia_mundi1

Pas un discophile, pas un amateur de musique classique, ne peut ignorer ce label français, aujourd’hui sexagénaire, et qui, malgré de récents soubresauts, porte encore beau.

Harmonia Mundi a été fondé en 1958 par le regretté Bernard Coutazl’un de ces aventuriers du disque qui, comme Philippe Loury et Michel Garcin qui fondèrent Erato en 1950, permit à plusieurs générations d’artistes d’éclore, de développer des projets au long cours, et construit ainsi un catalogue d’une richesse exceptionnelle.

Pour célébrer ces 60 ans d’aventure ininterrompue, le label propose deux beaux coffrets – à petit prix – qui récapitulent très intelligemment, en évitant la compilation morcelée, ces six décennies du « Temps des révolutions » (la révolution baroque) et d »Esprit de famille » (la fidélité à tant d’artistes).

71TUO3SVUHL._SL1209_

81QZrd0MCrL._SL1224_

CD 1-2 A passion for the organ

Historic organs from Trujillo, Malaucène, Brescia & Trebel

CD 3 The discovery of the Old World

Ancient Greek music / Gauls / Roman chants

CD 4 From Renaissance to Baroque

Madrigals by Marenzio, Caccini, Bottrigari, Gesualdo, Monteverdi

CD 5-11 The Baroque revolution

PURCELL King Arthur / Songs : O Solitude, Music for a while…

SCHÜTZ Motets / Kleine geistliche Konzerte & Symphoniae Sacrae

J. S. BACH Magnificat BWV 243, Aria Erbarme dich (St. Matthew Passion)

PERGOLESI Stabat Mater / CESTI Orontea (extraits/excerpts)

LULLY Atys (extraits/excerpts) / Le Bourgeois gentilhomme

CHARPENTIER Te Deum H.146 / RAMEAU Les Indes galantes

DE LALANDE Symphonies pour les Soupers du Roy 12eSuite

CD 12-14 A fresh look at the score

MOZART Church Sonatas

BEETHOVEN Symphony “Eroica” transcribed by Franz Liszt

JOHANN SCHOBERT Piano Quartet op. VII n° 2

ERNEST CHAUSSON Concert op. 21

GABRIEL FAURÉ Requiem op. 48 (version 1893)

JOHANNES BRAHMS Motets Op. 29 & Op. 74

Mélodies sur des poèmes de Victor Hugo

CD 15 The twentieth century

SCHOENBERG Piano Pieces Opp. 11, 19, 23 & 25

LUCIANO BERIO Laborintus 2

CD 16 A window on the worldIranian music, Arabo-Andalusian music, Byzantine chant, Corsica, La Folia de la Spagna

 

718n8wxnlwL._SL1224_

71C9MBShBtL._SL1220_

CD 1 The heirs of Alfred Deller – VIVALDI Stabat Mater /CAVALLI / HANDEL

CD 2 The operatic odyssey of René Jacobs – Arias From CAVALIERI to MOZART

CD 3 The ladies of Basel – From MONTEVERDI TO VIVALDI

CD 4-5 The new keyboard virtuosos

Works by F. COUPERIN, J. S. BACH, SOLER, MOZART, BEETHOVEN, BRAHMS

CD 6-9 The Classical style revisited

HAYDN The Seasons / Concerto for cello and orchestra Hob.VIIb:1

MOZART Piano Concerto n° 12, K.414 / Clarinet concerto K.622

BEETHOVEN Missa Solemnis op. 123

CD 10 The French cello school – J. S. BACH, SCHUBERT, OFFENBACH, DUTILLEUX

CD 11 Die Neue Romantik – MENDELSSOHN Violin Concerto Op. 64 / Piano Concerto MWV 02 / Symphony No.4 « Italian »

CD 12 Towards ‘historically informed performance’ RAVEL Daphnis et Chloé (2nd & 3rd part) / Ma Mère l’Oye

CD 13 A trio of stars . . . and the star trio – Works by SCHUMANN and BRAHMS

CD 14 The masters of the lied – SCHUBERT, SCHUMANN, WOLF, EISLER

CD 15-16 The new explorers – ROSSINI, DONIZETTI, BELLINI, VIEUXTEMPS, CHOPIN, DEBUSSY, DE FALLA, GERSHWIN, REICH

CD 17 The new generation

Le Concert royal de la Nuit (Première veille)

English Airs and Tunes of Locke, Purcell, Draghi Le Caravansérail, Bertrand Cuiller

Rhinemaidens – Works by Wagner, Schumann, Schubert

CD 18 Masters of every style – From HAYDN to KURTÁG, J.S. BACH to BARTÓK, CHOPIN to SHOSTAKOVITCH, F. COUPERIN to SATIE

Bestofclassic

Mozart à Versailles

La programmation musicale de Laurent Brunner au château de Versailles est tellement riche qu’on voudrait être chaque semaine  présent soit à l’Opéra royalsoit dans la Chapelle royale.

IMG_4699

IMG_4704Tout occupé à préparer mon rendez-vous avec le public de Montpellier vendredi soir (voir une partie de la programmation 2018 dévoilée), j’ai failli manquer le rendez-vous que nous donnait ce week-end Raphael Pichon avec Mozart à Versailles.

Un programme bateau ? Oui si l’on considère que le Requiem de Mozart est l’assurance d’une salle comble mais c’est sans compter sur le chef et animateur de l’ensemble Pygmalion : Raphael Pichon ne sait pas faire dans le banal. C’est déjà ce que j’écrivais il y a plus de deux ans en évoquant le disque qui rassemblait la soprano Sabine Devieilhe et celui dont elle partage la vie :

La jeune célébrité, l’envol prodigieux de la carrière de Sabine Devieilheauraient pu conduire le producteur du disque comme la soprano à graver un disque de grands airs de Mozart, un de plus. Succès de vente assuré…

La chanteuse et ses partenaires, les musiciens de l’ensemble Pygmalion et leur exceptionnel animateur (au premier sens du terme, celui qui en est l’âme), Raphaël Pichon, en ont décidé autrement, et l’expliquent avec une clarté, une simplicité d’évidence, dans le riche et remarquable livret de cet épais CD cartonné.Ils nous racontent une histoire, font de la musicologie enfin vivante : celle d’une relation amoureuse, de passions successives et inspiratrices de Mozart pour des soeurs nées musiciennes, les filles de Fridolin Weber de Mannheim (par ailleurs cousines du fondateur du romantisme musical allemand, le compositeur Carl Maria von Weber).

Comme le rappelle Raphaël Pichon, « il y avait Aloysia Weber. Mozart en fut amoureux et composa pour elle plusieurs pages bouleversantes. Il y avait aussi Konstanze, la petite sœur d’Aloysia, que Mozart épousa en 1782. Il y avait enfin Josepha, l’aînée de la famille, pour qui le compositeur écrivit le rôle de la Reine de la nuit dans La Flûte enchantée. Ce programme reconstitue l’ambiance dans laquelle évoluait Mozart entre ses passions amoureuses et ses passions musicales. Il nous rappelle qu’un concert, au XVIIIe siècle, n’avait rien à voir avec un concert d’aujourd’hui. Les soirées étaient longues, faites d’œuvres diverses rarement données intégralement, et on ponctuait les improvisations de collations et autres libations. Des concerts vécus comme des fêtes ! »

71n6m21qcvl-_sl1437_Malheureusement, Sabine Devieilhe annoncée hier soir a dû déclarer forfait pour cause de cordes vocales grippées. Mais Raphael Pichon, ses choristes et ses musiciens n’ont pas failli à leur réputation. Avec eux, c’est toujours comme si on redécouvrait, d’une oreille débarrassée de ses confortables habitudes, des partitions pourtant si familières, mais rien n’est jamais fait pour l’épate, l’esbroufe.

IMG_4702

Un programme mêlant le Miserere d’Allegri, des musiques maçonniques de Haydn et Mozart avant le Requiem.

Réussite longuement applaudie. Et l’espoir d’une captation bientôt disponible ?

IMG_4706

La relève

On sait depuis des lustres, en tout cas depuis Le Cid de Corneille, qu’aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années.

Dans ce blog, j’évoque beaucoup d’artistes disparus ou retirés de la carrière, à l’occasion de publications ou rééditions – ainsi récemment Régine (Crespin) et Françoise (Pollet) parce que j’ai toute liberté d’en dire ce que j’en pense (en général du bien !)

L’exercice m’est plus difficile pour des musiciens en activité, mais au diable les réserves aujourd’hui ! Je prends le droit de manifester mon enthousiasme pour deux publications toutes récentes et deux artistes que j’admire depuis leurs premiers pas dans leur jeune carrière.

81sdcTaxvOL._SL1200_

Marianne Crebassatout juste trentenaire, après un premier disque « carte de visite » (Oh Boy !) démontre avec ce deuxième album qu’elle a les moyens de son caractère et de son ambition artistique. De la mélodie française, même avec un titre supposément accrocheur (!), ce n’est pas exactement ce qui est censé plaire à ce grand public (que je n’ai personnellement jamais rencontré !).

71CviBfuiyL._SL1200_

Le critique professionnel – c’est son rôle – trouvera certainement matière à comparer la jeune mezzo-soprano (au timbre souvent proche du contralto) à ses illustres aînées. J’ai écouté une première fois ce disque sans interruption, et j’ai été embarqué dans un heureux voyage trop court à mon gré. Il faut dire que le piano de Fazil Say est bien plus qu’un accompagnateur, un coloriste, un magicien qui suggère l’orchestre (dans Shéhérazade de Ravel par exemple).

On se réjouit déjà de retrouver l’un et l’autre à Montpellier en juillet prochain !

Autre admirable musicienne, à peine plus âgée que Marianne, celle qu’on admirait dans un Mithridate d’anthologie (Ceci n’est pas un opéra), qui a signé deux disques magnifiques, l’un consacré à Rameau, l’autre à Mozart (Les voix aimées), Sabine Devieilhe était à l’opéra de Versailles vendredi soir, au Théâtre impérial de Compiègne dimanche, mais je ne pouvais être à aucun de ces concerts, qui reprenaient le programme enregistré sur ce disque – encore un titre étrange ! – avec la complicité de François-Xavier Roth qui met toutes les saveurs et les couleurs de son orchestre Les Siècles au service d’un répertoire moins exotique ou désuet qu’on ne le pense.

51OvgqAv7qL

71ksvqMGcwL._SL1200_

Deux disques indispensables, deux musiciennes magnifiques.

Les voix aimées

J’ai le sentiment d’arriver après la cognée. Tout a été écrit, toutes les récompenses se sont déversées sur un formidable disque, que je n’avais pas encore eu le temps de déguster comme il convient, c’est-à-dire à pas comptés, mesurés, pour en apprécier toutes les textures et les saveurs.

71n6M21QCvL._SL1437_

À la suite de petits labels pionniers en la matière (Ricercar, Palazzetto Bru Zane), les « majors » semblent vouloir se mettre à leur tour au disque « concept », au bel objet dont chaque détail a été pensé, organisé pour mettre en valeur un programme intelligent et des interprètes totalement impliqués.

La jeune célébrité, l’envol prodigieux de la carrière de Sabine Devieilhe auraient pu conduire le producteur du disque comme la soprano à graver un disque de grands airs de Mozart, un de plus. Succès de vente assuré…

La chanteuse et ses partenaires, les musiciens de l’ensemble Pygmalion et leur exceptionnel animateur (au premier sens du terme, celui qui en est l’âme), Raphaël Pichon, en ont décidé autrement, et l’expliquent avec une clarté, une simplicité d’évidence, dans le riche et remarquable livret de cet épais CD cartonné.Ils nous racontent une histoire, font de la musicologie enfin vivante : celle d’une relation amoureuse, de passions successives et inspiratrices de Mozart pour des soeurs nées musiciennes, les filles de Fridolin Weber de Mannheim (par ailleurs cousines du fondateur du romantisme musical allemand, le compositeur Carl Maria von Weber).

Comme le rappelle Raphaël Pichon, « il y avait Aloysia Weber. Mozart en fut amoureux et composa pour elle plusieurs pages bouleversantes. Il y avait aussi Konstanze, la petite sœur d’Aloysia, que Mozart épousa en 1782. Il y avait enfin Josepha, l’aînée de la famille, pour qui le compositeur écrivit le rôle de la Reine de la nuit dans La Flûte enchantée. Ce programme reconstitue l’ambiance dans laquelle évoluait Mozart entre ses passions amoureuses et ses passions musicales. Il nous rappelle qu’un concert, au XVIIIe siècle, n’avait rien à voir avec un concert d’aujourd’hui. Les soirées étaient longues, faites d’œuvres diverses rarement données intégralement, et on ponctuait les improvisations de collations et autres libations. Des concerts vécus comme des fêtes ! » (http://www.ensemblepygmalion.com/#!mozart-soeurs-weber/c1y09)

Un disque indispensable !

Et puisque j’évoque l’autre Weber, le compositeur du Freischütz, un hommage à une illustre devancière de Sabine Devieilhe, Elisabeth Grümmer (1911-1986).

81x-t25H--L._SL1417_

81MFHSROLML._SL1500_