Les années Bosson

J’ai appris ce matin la mort, le 13 mai dernier, des suites de ce qu’on appelle encore, avec une pudeur mal placée, une « longue maladie », de Bernard Bosson.

bernard-bosson-devant-le-lac-d-annecy-qu-il-cherissait-et-defendait-avec-passion-archives-photos-le-dl-norbert-falco-1494764562

Les hommages pleuvent, convenus ou obligés, de la part de ceux qui l’ont connu maire d’Annecy, député, ministre, responsable politique. Je voudrais y ajouter un témoignage personnel, des souvenirs que je livre pour la première fois.

Bernard Bosson, je le rencontre en 1980 à la faveur d’une Université d’été des Jeunes Démocrates Sociaux. Jeune avocat, conseiller municipal d’Annecy depuis 1977, il est encore dans l’ombre de son illustre père Charles Bosson, une haute figure de la démocratie chrétienne et de la Résistance en Haute-Savoie (et pour moi, jusqu’à sa mort, un guide affectueux et attentif). Je vais le revoir, à l’été 1981, je suis en vacances en Haute Savoie en famille, un peu inquiet quant à mon avenir professionnel – le député pour qui je travaillais a été battu aux élections de juin – je lui demande conseil. Il me dit qu’un médecin – qu’il ne connaît pas – vient d’être élu à 60 ans député à Thonon-les-Bains et a peut-être besoin d’un assistant parlementaire, et se propose de me mettre en relation avec lui. Quelques jours plus tard, je rencontre le nouveau député au Conseil général de Haute-Savoie, brève présentation, bref entretien que je pense être de pure courtoisie.

En septembre 1981, je m’installe à Thonon avec ma petite famille pour une aventure qui allait durer 18 ans…

A l’automne 1982, je suis souvent à Annecy. Pour des réunions politiques certes, mais surtout pour de longues conversations avec l’ami Bernard qui affiche son ambition de reprendre le flambeau paternel et de briguer la Mairie d’Annecy au printemps 1983. Pourquoi ce besoin d’échanger avec moi ? Parce que n’étant pas impliqué dans la politique localo-locale, ayant encore un regard extérieur sur le microcosme haut-savoyard, je peux lui parler sans tabou et lui peut se confier, s’interroger, évoquer les uns et les autres, ceux qu’il veut prendre ou au contraire éviter comme colistiers, etc. De tout le temps que j’ai passé dans les arcanes de la politique, auprès d’hommes politiques, j’ai rarement vu quelqu’un de plus organisé, méthodique, préparé que Bernard Bosson, et capable en même temps d’écouter, de changer d’avis, de se laisser convaincre par des arguments qu’il n’avait pas envisagés.

En 1986, Mitterrand a modifié la loi électorale, et les élections législatives ne se font plus par circonscriptions, mais sur des listes départementales à la proportionnelle. La Haute-Savoie qui comptait 3 députés va en avoir 5. De quoi affûter les ambitions. Le Maire d’Annecy, logiquement, veut être député, et tout aussi logiquement être en numéro 1 sur la liste départementale de l’UDF. D’autant que le Parti socialiste qui n’a pas de parlementaire depuis des lustres en Haute-Savoie veut y investir l’une de ses étoiles montantes…Dominique Strauss-Kahn et que le RPR, faiblement implanté, désigne comme chef de file celui qui a remporté, à la surprise générale, la mairie de Saint-Julien-en-Genevois en 1983, l’alpiniste Pierre Mazeaud. Mais les trois députés sortants, tous UDF, s’estiment tout aussi légitimes à être réélus, donc bien placés sur la liste. Pourtant, même dans un contexte très favorable, la proportionnelle ne permet pas d’espérer placer 4 députés UDF sur 5 ! Il y aura forcément un ou deux battus… dont le député avec qui je travaille depuis 1981 et qui est persuadé que je le trahis en soutenant un leader jeune et emblématique d’un renouveau politique dont la Haute-Savoie a le plus grand besoin – Bernard Bosson a alors 38 ans !

Tout juste élu député, Bernard Bosson a à peine le temps d’aller voir ses nouveaux bureaux à l’Assemblée Nationale, qu’il est appelé au téléphone par Pierre Méhaignerie, le patron du CDS, qui négocie la formation du gouvernement avec Jacques Chirac, que François Mitterrand vient de désigner comme Premier ministre. Méhaignerie se rappelle l’Université d’été des JDS en 1984, sur les terres auvergnates de Giscard, et une vibrante prestation du nouveau jeune maire d’Annecy. Bernard Bosson devient Secrétaire d’Etat aux collectivités locales auprès de…. Charles Pasqua, le nouveau Ministre de l’Intérieur. Attelage très improbable, et rude école pour le novice, qui en conservera pourtant un bon souvenir. Il est un moment envisagé que je rejoigne B.B. à son cabinet, d’autres ministres me font des propositions, mais ma petite famille et la qualité de vie en Haute-Savoie d’une part, l’envie surtout de ne plus être un salarié de la politique (je l’ai été de 1978 à 1986 !) me font renoncer…et prendre une autre voie professionnelle.

Mais je n’ai pas renoncé à l’action politique, et je milite fortement pour que l’étoile montante de la Haute-Savoie – qui n’avait plus eu de ministre depuis Maurice Herzog – s’implante plus largement que sa ville d’Annecy. La présidence du Conseil général est bientôt à portée de main, si le nouveau ministre la veut, personne ne lui résistera. Et pourtant, Bosson hésite, freiné par des accords ou des pressions dont je devine la cause mais dont je n’aurai jamais la preuve. Je lui écris alors une longue lettre, où, sans trop d’ambages, je lui prédis un destin à la Joseph Fontanet, grande figure centriste de la Savoie voisine, qui faute d’avoir créé des réseaux, consolidé sa base, a laissé son mouvement disparaître. En 1988, retour au scrutin majoritaire pour les législatives. Le ministre Bernard Bosson, au nom d’accords nationaux (?), est prêt à céder à la concurrence – le RPR – des terres acquises depuis la fin de la guerre au MRP et au centre. Pierre Mazeaud abandonnant sa mairie de St Julien jette son dévolu sur la circonscription du Chablais (Thonon-les-Bains), se présente avec le soutien de B.Bosson et du CDS… contre le Maire centriste de Thonon. Il l’emporte d’une courte tête, et déclare aussitôt qu’il s’emparera de la Mairie de Thonon l’année suivante. Ce soir d’élection, je rentre de Genève – on travaille même le dimanche à la Radio ! – je passe devant la Mairie, j’aperçois le maire et quelques proches, défaits, désemparés. Ils m’invitent à boite un verre avec eux, Je finis par leur remonter le moral et les convaincre que rien n’est perdu et que gagner une élection législative n’a rien à voir avec gagner une mairie.

En 1989, le maire sortant me demande de rejoindre son équipe, et d’organiser sa campagne. Je lui explique qu’un renouvellement, un rajeunissement de sa liste sont indispensables, et que notre campagne doit casser un peu les codes et les slogans traditionnels. Annecy, UDF et RPR sont furieux, Bernard Bosson me menace de toutes sortes de représailles et de conséquences funestes si nous persistons à faire équipe avec le Maire sortant, et donc contre le candidat investi par les partis de la majorité, le député Mazeaud. Ce dernier, avec qui j’aurai toujours un contact franc et direct, me dira, au beau milieu de la campagne municipale, et devant témoins : « De toute façon, vous allez gagner, vous faites une excellente campagne, moi je suis plombé par la bande de branquignols (sic) qu’on m’a imposés« . Au soir du 1er tour, la liste du maire sortant (renouvelée à 50 %) obtient 41% des voix, celle de P.Mazeaud soutenue par les états-majors parisiens et départementaux, fait péniblement 19%. Grand prince – ou dépité – Mazeaud refuse toute idée de fusion de sa liste avec celle du maire. J’aurai la maigre satisfaction de recevoir un message de félicitations de Bernard B. pour notre « brillante réussite ».

Nécessité faisant loi, la famille centriste se ressoude après ces élections – Bernard Bosson a été réélu haut la main maire d’Annecy. Je me consacre quant à moi à mes responsabilités professionnelles et à ma charge d’adjoint au Maire de Thonon, et je prends de la distance avec les instances du mouvement. A l’approche des élections régionales de 1992, des discussions sans fin reprennent, cette fois il faut négocier âprement la composition des listes départementales des candidats. A nouveau, je constate qu’on est prêt à beaucoup concéder à des concurrents rendus plus exigeants par ce qu’ils perçoivent comme de la faiblesse de notre camp. Je suis sollicité par un dissident pour rejoindre sa liste – le dissident ne gagnera pas ces élections, mais se fera un nom et une belle carrière par la suite (Bernard Accoyer, alors médecin, maire d’Annecy-le-Vieux, deviendra député en 1993 puis président de l’Assemblée Nationale en 2007).

Bernard Bosson redevient ministre en 1993 dans le gouvernement Balladur, après avoir fait toute la campagne en expliquant qu’une nouvelle cohabitation était inenvisageable (il avait certes l’expérience de celle de 1986 !). Sa nouvelle charge ministérielle est lourde : l’Equipement, les Transports, le Tourisme. Une voie royale si je puis dire pour faire profiter son département de quelques équipements attendus depuis longtemps, comme le désenclavement du Chablais et la construction d’une liaison rapide au sud du lac Léman. Tous les élus du département, toutes tendances confondues, se sont prononcés à l’unanimité pour ces travaux, ou au moins l’étude d’impact. « Notre » ministre s’en tient aux prudences des techniciens qui trouvent toujours un prétexte à ne pas bouger, à ne pas essayer. La perspective de changer le destin d’une région s’éloigne pour longtemps (25 ans après rien n’a changé !). J’aurai le malheur de dire lors d’un conseil municipal de Thonon le dépit qui était le nôtre face à cette attitude d’un ministre qui semblait renoncer avant même d’avoir livré bataille. Ledit ministre convoquera toute la municipalité à Annecy pour remonter les bretelles à ces Thononais récalcitrants. Retenu à Paris – je suis depuis 1993 directeur de France Musique ! – je ne répondrai pas à cette « convocation », ce qui me vaudra une longue lettre de reproches, assortie d’un communiqué de presse. Entre-temps j’ai abandonné toute responsabilité partisane. Ma vie a pris un autre tour, B. Bosson ne sera plus ministre après 1995, et son étoile pâlira fortement. Après une réélection de justesse comme maire d’Annecy en 2001 il perdra son siège réputé imperdable de député en 2007, l’année de l’élection de Sarkozy.

Mais les divergences et les désaccords ne m’ont jamais fait oublier l’ami et le soutien qu’il fut, l’ardent militant démocrate et européen qu’il n’a jamais cessé d’être, l’écologiste qu’il fut jusqu’à son dernier souffle pour préserver le lac d’Annecy. De lui je ne veux me rappeler que les beaux jours et un destin inachevé au service d’un puissant idéal.

 

Une réflexion sur “Les années Bosson

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s