Ma France

Après mon billet d’hier L’ardente obligationun lecteur m’a écrit ceci :

Cher Monsieur,
Je regrette tellement que vos opinions politiques, certes absolument honorables, puisque vous dites être celles d’un démocrate, et j’en suis convaincu, viennent s’insérer dans un blog de grande qualité jusque-là largement consacré à vos activités culturelles et musicales. N’auriez-vous pas compris que les Français sont las, même agacés d’entendre les élites, dont vous êtes, leur donner de haut des leçons de conduite politique et démocratique, tout en faisant ainsi le lit des extrêmes ? Vous détournez votre passionnante lettre en un tract politique inutile. Malgré tout je vous reste fidèle car je vous crois un homme de grande honnêteté.
Bien à vous. »

J’ai répondu directement à ce « commentaire » mais certains termes utilisés par mon correspondant m’ont touché, blessé même : « les élites, dont vous êtes », « donner de haut des leçons », « le lit des extrêmes ».

À moins de 48 heures d’un vote décisif, je veux dire ici ma vérité – qui n’a pas plus d’importance qu’une autre, mais pas moins ! -, dire la France que j’aime, sans insulter personne, mais en l’affirmant à la face d’une candidate qui n’ose même plus afficher son patronyme sur sa photo officielle !

Oui Madame, je vais vous raconter une histoire de Français, comme il en existe des millions, la mienne.

Non je n’appartiens pas de naissance ni de fortune à ces « élites donneuses de leçons ».

Je suis né dans les Deux-Sèvres d’un père vendéen, professeur d’anglais mort à la tâche à la veille de son 45ème anniversaire, d’une mère suisse originaire d’un village de l’Emmental. L’un et l’autre, au sortir de la guerre, avaient cherché à Londres, l’un le perfectionnement de ses études, l’autre une formation d’infirmière jointe à un emploi de « nurse » dans une famille aisée de Kensington. Ils se sont mariés en 1954, et jusqu’à la mort brutale de mon père en 1972, notre petite famille a vécu sur un modeste salaire d’enseignant, ma mère restant au foyer pour élever ses trois enfants. Elle a courageusement repris son métier d’infirmière, et nous a permis, à mes soeurs et à moi, de poursuivre nos études, malgré le faible montant des bourses qui nous étaient attribuées.

La suite je l’ai racontée ailleurs (Réhabilitation) mais juste encore ceci : toutes les fonctions, tous les postes que j’ai occupés durant ma vie professionnelle, je ne les ai jamais dus à quiconque, à un « piston », à un « entre-soi », à l’appartenance à une caste, un parti ou autre. J’ai eu de la chance qu’on me recrute, qu’on m’appelle, qu’on me confie des responsabilités, j’ai aussi connu les affres du chômage, de l’angoisse du lendemain, je n’ai jamais bénéficié d’un statut privilégié.

Ma France, Madame la candidate sans nom, c’est celle de ma famille : une soeur mariée à un Suisse, une autre restée dans notre Poitou natal, deux fils, deux petits-enfants, cinq neveu et nièces, parmi eux l’une compagne d’un Belge flamand et maman d’un petit garçon parfaitement bilingue, l’autre partageant sa vie avec un Kurde qui lui a donné deux magnifiques garçons, un troisième qui est « tombé en amour » en Martinique avec une Haïtienne, tous deux gâteux devant leur petit bout de chou couleur café, une belle-fille dont la maman a fui le Cambodge de Pol Pot, bref, vous le voyez, une famille multicolore, heureuse, diverse, fière d’être de cette France humble, modeste, confrontée aux difficultés de la vie, du quotidien, qui n’a jamais vécu dans l’aisance, qui sait ce que vaut chaque euro gagné.

Je n’insulte pas vos électeurs, Madame la candidate, mais vous oui ! Vous profitez de la colère, de l’inquiétude, des peurs de ces citoyens perdus, désabusés, vous leur promettez une France qui n’a jamais existé, qui n’existe pas, vous vous moquez de nous. Si vous aviez un tant soit peu de respect pour vos compatriotes, vous ne vous seriez pas présentée mercredi soir au débat avec Emmanuel Macron dans cet état lamentable d’impréparation, d’ignorance, de confusion. Il ne s’est trouvé personne, même dans vos rangs, pour nier ce naufrage.

Ma France, celle que, j’espère, nous pourrons (re)construire à partir de dimanche soir, c’est résolument une France généreuse, ouverte, volontaire, mais aussi lucide, forte pour les faibles, porteuse d’espoir pour les blessés de la vie.

387786_10151543643107602_1344064873_n(Le 14 juillet 2013, je représentais notre pays comme Consul honoraire de France à Liège, dans une Cité ardente qui aime passionnément la patrie des Lumières !)

 

La ville musique

IMG_8924

Parlant de Venise (La liberté de l’artistePremier mai à Venise, on évite difficilement les clichés : la musique est partout dans la cité des Doges. On conseille la lecture de cet excellent tableau : Venise et la musique.

J’ai commencé mon séjour par La Feniceune représentation de Lucia di Lammermoor de Donizetti.

IMG_8807IMG_8812IMG_8814

Autour du grand foyer, une exposition d’affiches et de photos rappelle la présence de Maria Callas dans ce théâtre dès le début de sa carrière. En 1954 justement, elle y interprétait Lucia, un rôle immortalisé dans une version gravée live à Berlin un an plus tard.

51oaLcCq1DL._SS500

Ce 28 avril, c’était une toute jeune interprète, la tchèque Zuzana Markova, qui endossait magistralement le rôle, dans une mise en scène (Francesco Micheli) qui faisait penser au meilleur Carsenet un chef inspiré dans la fosse.

IMG_8815IMG_8818

Venise ce sont des centaines d’églises, pour beaucoup de véritables musées – ce sera pour une autre chronique – et parfois la surprise de tomber sur de magnifiques collections instrumentales.

IMG_8647IMG_8658IMG_8665IMG_8662IMG_8663IMG_8661IMG_8659IMG_8660IMG_8664

Venise c’est Vivaldi bien sûr, et ses Quatre saisons proposées à chaque coin de rue. On n’insiste pas. C’est sur la façade du Londra Palace une plaque qui rappelle le séjour de Tchaikovski en décembre 1877 et la composition des trois premiers mouvements de sa 4ème symphonie.

C’est encore le souvenir de Wagner qui s’éteint le 13 février 1883 au Palais Vendramin Calergi.

IMG_9107Ca'_Vendramin_CalergiEt puis, même si c’est le summum du cliché, on aime toujours la concurrence courtoise que se livrent les orchestres des cafés de la place Saint Marc (Florian, Quadri, Lavena)

IMG_8764IMG_9294IMG_8763