L’ardente obligation

Le débat d’hier soir a confirmé ce que l’on savait – le vrai visage d’une démagogue haineuse et incompétente – et ce que l’on espérait – un homme jeune, porteur d’avenir, calme et déterminé.

macron-le-pen-debat-afp-c1de74-0@1x

On peut faire tous les reproches à Emmanuel Macron, d’être trop ceci, pas assez cela, sauf un : il a, dès le lancement de son mouvement En Marche, fait le juste constat d’un pays, d’un système politique, bloqués depuis vingt ans.

L’histoire de la Vème République démontre que les grandes réformes, celles qui marquent et qui durent, sont toujours nées dans les premiers mois d’une présidence : Giscard et ses lois de société (majorité à 18 ans, divorce, IVG, élection européenne au suffrage universel), Mitterrand en 1981-1982 avec les lois Auroux (travail), Defferre (décentralisation), Badinter (abolition de la peine de mort). Quand le même Mitterrand a voulu lancer la réforme de l’école privée en 1984, il a dû renoncer sous la pression de centaines de milliers de manifestants.. et enterrer le projet en changeant de gouvernement.

En 2002, Jacques Chirac qui, comme président sortant, avait à peine atteint 20% des voix au premier tour, et avait très largement battu le père de Marine Le Pen au second, avait aussitôt oublié de qui il tenait son élection… En 2005 il avait soumis au référendum le projet de nouveau traité sur l’Union européenne … et n’avait tenu aucun compte du résultat des urnes.

Puis on sait ce qu’il advint des quinquennats successifs de Nicolas Sarkozy et François Hollande : une étrange apathie dans les premiers mois, les fameux premiers 100 jours perdus – l’un et l’autre l’ont reconnu.

Emmanuel Macron, élu Président ce dimanche, peut non seulement incarner un nouveau visage de la politique (Dignité, indignités– et ce n’est pas le moindre de ses atouts – mais aussi, surtout et enfin, une nouvelle pratique de l’engagement et des promesses faites aux électeurs. Il a l’ardente obligation de réussir. Pas de réaliser des miracles, pas de raser gratis, mais de prendre à témoin les électeurs, leurs représentants à l’Assemblée Nationale, du calendrier, des modalités et des résultats des réformes qu’il s’est engagé à lancer dès l’été.

En effet, l’immense majorité des Français n’en peut plus des promesses non tenues, des déceptions permanentes, sur lesquelles le Front national a prospéré. En effet, l’immense majorité des électeurs ne supporte plus qu’on ne fasse pas ce qu’on a dit… et qu’on ne dise pas ce qu’on va faire. En effet, on ne réduira pas l’influence des extrêmes en stigmatisant leurs électeurs, en se réfugiant dans de grands principes moraux.

Hier soir, c’était le combat de la démagogue et du démocrate. Le démocrate l’a emporté haut la main, tant il est vrai que le naufrage en direct de la démagogue était patent, pathétique…

Nous, les démocrates, nous avons l’ardente obligation de faire réussir le prochain Président de la République, pour qu’enfin des millions de nos concitoyens sortent de l’assignation à la résignation du vote extrême.

 

 

 

4 réflexions sur “L’ardente obligation

  1. Cher Monsieur,
    Je regrette tellement que vos opinions politiques, certes absolument honorables, puisque vous dites être celles d’un démocrate, et j’en suis convaincu, viennent s’insérer dans un blog de grande qualité jusque-là largement consacré à vos activités culturelles et musicales. N’auriez-vous pas compris que les Français sont las, même agacés d’entendre les élites, dont vous êtes, leur donner de haut des leçons de conduite politique et démocratique, tout en faisant ainsi le lit des extrêmes ? Vous détournez votre passionnante lettre en un tract politique inutile. Malgré tout je vous reste fidèle car je vous crois un homme de grande honnêteté.
    Bien à vous.

    1. Cher lecteur, je pense que vous avez mal ou incomplètement lu mon billet. Je ne donne de leçon à personne, je ne fais que rappeler des faits d’histoire et insister sur la responsabilité considérable qui sera celle de M. Macron, s’il est élu, de tenir les engagements qu’il a pris.
      Vous me reprochez de « détourner mon blog en un tract politique inutile », et de ne pas le consacrer exclusivement à mes activités culturelles et musicales. C’est inexact factuellement, mais j’ai intitulé mon blog : « La musique, la vie, les idées en liberté ». En précisant évidemment que les opinions émises ici n’engagent aucune des organisations auxquelles je participe. C’est tout de même ma liberté d’exprimer sur mon blog les valeurs auxquelles je suis attaché, et qui, en l’occurrence, sont, je le confirme, opposées à celles que véhicule Mme Le Pen ! Merci en tout cas de me suivre, et, comme aujourd’hui, de me faire part de votre opinion.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s