Les printemps de Martha A.

Martha Argerich fête aujourd’hui ses 80 printemps, et on n’arrive pas à y croire. L’âge semble n’avoir aucune prise sur une musicienne hors normes. J’ai déjà beaucoup écrit sur Martha Argerich, que j’ai eu la chance de connaître, d’approcher dès 1987, que j’aime et admire inconditionnellement :

Martha Live, Martha A. (à l’occasion de ses 75 ans!), La reine dans ses oeuvres, Une journée particulière

Martha Argerich qui a renoncé depuis des lustres à l’exercice solitaire du récital, donnait l’an dernier, sans public, à Hambourg où elle a installé son nouveau rendez-vous de juin (après tant d’années à Lugano), elle a livré cette fabuleuse Troisième sonate de Chopin. À une technique flamboyante, elle ajoute une dimension poétique, réflexive, qui m’émeut aux larmes, un concentré de l’essence du génie de Chopin : le mouvement lent tutoie les étoiles…

Quelques souvenirs, déjà racontés sur d’autres blogs :

1987 à Tokyo : J’ai la chance d’accompagner l’Orchestre de la Suisse romande et Armin Jordan au cours d’une longue tournée (plus de 5 semaines) au Japon et dans l’Ouest américain. Martha Argerich et Gidon Kremer en sont les prestigieux solistes. La Radio suisse romande, qui m’emploie, m’a demandé de jouer au journaliste et d’envoyer quelques cartes postales sonores (avec les moyens techniques de l’époque, c’est-à-dire encombrant Nagra, bandes magnétiques, et/ou coups de téléphone incertains). Je sais que Martha Argerich n’accorde jamais d’interview, je lui demande néanmoins si elle accepterait de me dire quelques mots. Sa réponse est immédiatement positive, nous prenons rendez-vous, un soir de relâche à Tokyo… à minuit dans l’immense hall de notre hôtel. Je prépare enregistreur et bandes et j’attends… Peu après minuit, je vois Gidon Kremer s’avancer vers moi : « Nous revenons de dîner, Martha ne vous a pas oublié, elle arrive bientôt ».

À 2h30 du matin, je suis obligé d’interrompre l’interview, j’ai épuisé mon stock de bandes ! Mais la conversation va se poursuivre jusqu’à ce que je lui demande la permission d’aller dormir !

Pas peu fier de mon exploit, je fais envoyer un extrait de cette interview pour ma chronique sur les ondes d’Espace 2, en annonçant que le reste suivra.

Une fois rentré à Genève quelques semaines plus tard, j’interroge la direction de la chaîne : l’interview complète a-t-elle été diffusée, montée, archivée ? Réponse : nous ne gardons pas ce qui a été traité par l’info… La rage !

2001 à Liège : J’ai pris les rênes de l’Orchestre philharmonique de Liège fin 1999. Je souhaite inviter quelques-uns des artistes que j’ai côtoyés durant mes années suisses. Armin Jordan accepte – il viendra chaque année jusqu’à 2006 – et connaissant le lien noué entre le chef suisse et la pianiste argentine (après 1987, il y aura d’autres tournées, en 1989, en 1993 notamment) – je demande à l’agent de Martha Argerich en Belgique, la regrettée Liliane Weinstadt, de contacter sa protégée. Elle me dit que cela va être difficile, que Martha – qui a déjà joué à Liège avec Pierre Bartholomée – accepte de plus en plus rarement… et seulement avec des chefs qu’elle connaît. Je me rappelle avoir dit à Liliane « Parle lui d’Armin Jordan, tu verras sa réaction ». Les 5 et 6 décembre 2001, Martha Argerich et Armin Jordan étaient à Liège !

Le jour venu, « l’entourage » de la pianiste fait barrage pour qu’on ne l’approche pas, me dit qu’elle voudra aller se reposer, qu’elle ne déjeunera pas…En arrivant pour sa répétition avec l’orchestre, elle a déjà demandé au chef si elle pourrait changer de concerto, jouer plutôt Schumann que le 2ème concerto de Beethoven prévu au programme. Armin Jordan ne cède pas. La répétition se termine vers midi, Martha Argerich est sur scène au piano. « L’entourage » me dissuade de la déranger, je n’en fais rien et je suis quand même dans « mes » murs. Je vais vers la pianiste, que je n’ai pas encore saluée, et lui demande si elle a faim. Elle me répond : « OK pour un déjeuner rapide, je voudrais me reposer un peu avant le concert de ce soir ». Tête de « l’entourage » ! Nous partons vers L’Héliport en bord de Meuse. Le déjeuner durera jusqu’à… 17h, et encore parce que je lui ai rappelé son souhait de « se reposer » !

(Sur ces photos, on aperçoit outre Armin Jordan et Martha Argerich, Louis Langrée et le pianiste cubain Mauricio Vallina)

2015 à Paris :

« Je n’avais plus entendu Martha Argerich en concert depuis quatre ans, une bien médiocre création d’un double concerto de Rodion Chtchedrine* au théâtre des Champs-Elysées, et je ne l’avais jamais entendue dans ce cheval de bataille de Prokofiev. Transcendant, miraculeux, magique, les adjectifs manquent toujours pour décrire l’art de Martha Argerich, la « reine Martha ». Mais hier soir « son » 3e concerto de Prokofiev n’était que musique pure, poésie infinie, osmose avec un discours orchestral d’une subtilité rare. Tout ce qui est effort, démonstration, muscle, chez tous les autres, même les plus grands, est tellement maîtrisé, dominé, que c’en est désarmant » (in La Reine et le géant) 

On peut tenter une discographie exhaustive de la nouvelle octogénaire : lire Martha Argerich, un monument discographique.

On veut surtout remercier Martha Argerich d’être et de demeurer une artiste aussi généreuse, généreuse envers le public, généreuse envers tous ces musiciens qu’elle attire, stimule, inspire depuis des années. Longues et belles années de bonheur encore !

Beethoven 250 (XIV): Blomstedt, Dresde et Leipzig

Il y a bientôt trois ans, j’avais eu la chance de voir un vétéran de la baguette, le chef né suédois devenu américain Herbert Blomstedt – 93 ans ! – diriger à la Philharmonie de Paris : lire L’autre Herbert

« …Ce qu’on remarqua immédiatement, ce sont ces mains larges comme des battoirs, sans baguette, expressives sans effets, accordées – on le suppose puisqu’on ne voyait le chef que de dos – à un regard pétillant, inspirant/…./Blomstedt a le geste alerte, une vision somme toute classique, heureuse. Du très grand art, et un orchestre de Paris transfiguré.« 

Pendant mon séjour de la fin de l’année 2017 à Dresde et Leipzig, j’avais acheté – dans le magasin de disques du Gewandhaus – l’alors toute récente intégrale des symphonies de Beethoven réalisée par Herbert Blomstedt avec l’orchestre dont il fut le directeur musical de 1996 à 2005, l’orchestre du Gewandhaus de Leipzig

Je m’étais promis de prendre le temps de la comparer avec celle que le même Blomstedt avait gravée chez les voisins de Dresde au milan des années 70, dans une admirable prise de son typique de celles que produisait la firme d’Etat est-allemande (VEB Deutsche Schallplatten), intégrale maintes fois éditée et rééditée sous diverses étiquettes super-économiques (comme Brilliant Classics).

Ladite intégrale vient de bénéficier – 250ème anniversaire de la naissance de Beethoven oblige – d’une « remasterisation » exemplaire.

(On conseille d’acquérir le coffret sur Amazon.de pour 17 €… la FNAC le propose à 32 € !)

On peut mesurer l’évolution du geste de Blomstedt, entre Dresde et Leipzig, des tempi plus enlevés, cette sorte d’énergie presque juvénile qui émane de certains vétérans de la direction (on pense à Monteux ou Paray dans leur grand âge), mais l’impression qui domine, dans les deux intégrales, est cet admirable classicisme qui est tout le contraire d’un académisme banal. Cette science des phrasés, des équilibres, du chant, de la ligne, qui est la marque des très grands.

Berlin Classics nous offre un beau cadeau en nous restituant cette intégrale dresdoise qui nous rappelle les admirables singularités de la phalange saxonne, la Staatskapelle Dresden, qui n’est pas pour rien la plus ancienne formation orchestrale du monde (1548).

La Septième symphonie de Beethoven captée en concert à Tokyo le 13 avril 1978, Herbert Blomstedt dirige la Staatskapelle Dresden

Les premiers jours de Pékin

En 1900, les membres de la société secrète chinoise du Yihetuan,  » Poings de justice et de concorde « , surnommés  » Boxers « , se soulèvent contre la présence étrangère, envahissent les missions catholiques, assiègent les légations étrangères et tuent des prêtres. Les puissances coloniales, présentes en Chine depuis la guerre de l’Opium de 1840, réagissent aussitôt, obligeant l’impératrice douairière Cixi à s’enfuir de Pékin. Voyageur sans pareil autour du monde, Pierre Loti (1850-1923), marin en mission, est témoin de cette répression. Il traverse les campagnes pour se rendre à Pékin où il fait deux séjours en 1900 et en 1901. Au sein de cette  » Babel inouïe « , il en profite pour découvrir une partie de la Chine jusque-là inconnue de l’Occident. Pour la première fois, ces lieux sacrés, temples, palais, jardins somptueux et énigmatiques, dévoilent leurs secrets. Entre l’horreur de la guerre et la splendeur de l’architecture chinoise, Pierre Loti contemple et admire des trésors longtemps ignorés : le temple du Ciel, la Cité interdite, le temple des Lamas, les fabuleux tombeaux des empereurs de Chine… et constate qu’une civilisation disparaît sous ses yeux.

51+EwgI97jL

J’étais déjà venu à Pékin pour un court séjour à la toute fin 2004, et j’avais découvert émerveillé, sous un soleil éclatant et par une température de -10°, une ville qui n’était pas encore ce qu’elle se préparait à devenir pour les Jeux Olympiques de 2008, immense, inhumaine, polluée, avec des gratte-ciel à perte de vue.

Première étape de la tournée de l’Orchestre de la Suisse romande que j’accompagne, Pékin en ce mois d’avril 2016 ressemble à celle que Pierre Loti décrivait il y a plus d’un siècle : des trésors de moins en moins cachés, abîmés par l’invasion de la publicité, un tourisme de masse où la brutalité, le sans-gêne font la loi, le vrai sentiment qu’une civilisation millénaire disparaît définitivement sous nos yeux.

Le paradoxe c’est que la ville n’est pas plus accueillante qu’auparavant au visiteur, au touriste étranger. Dans les hôtels, les lieux touristiques, il est encore difficile de trouver un locuteur anglais, aucun taxi ne comprend un traître mot de la langue de Shakespeare, on se demande même parfois si certains lisent le chinois ! Et l’amabilité, la serviabilité sont des notions encore imaginaires. Quel contraste saisissant avec le Japon, et les souvenirs que j’ai d’une visite à Tokyo à l’été 2013 !

Attendons de voir demain comment le public, les mélomanes pékinois, reçoivent le concert que l’OSR leur propose avec Osmo Vänskä et Renaud Capuçon. On aura peut-être d’heureuses surprises…

Tout juste arrivés hier, nous en avons profité avec une amie journaliste qui ne connaissait pas l’endroit, pour aller au Temple du Ciel, au sud de la Cité interdite et de la célèbre place Tiananmen (que les Chinois orthographient plutôt Qianmen)

IMG_2442IMG_2469IMG_2470

(Ravissant panneau vidéo de publicité au pied de l’enceinte du jardin du temple du Ciel !)

IMG_2467IMG_2444IMG_2447IMG_2456IMG_2449IMG_2457IMG_2448IMG_2451IMG_2452