Drôle de prénom

Il est mort il y a exactement 80 ans, le 18 avril 1936. J’ai toujours trouvé qu’il avait un prénom amusant à l’oreille d’un francophone et plutôt inadapté à sa fonction de compositeur : Ottorino Respighi.

Le plus surprenant c’est que le plus grand compositeur italien du début du XXème siècle, le contemporain de Ravel, Roussel, Szymanowski et bien d’autres, reste méconnu, en tous cas une grande partie de son oeuvre, même si le déficit discographique se comble peu à peu  (https://fr.wikipedia.org/wiki/Ottorino_Respighi).

Respighi est d’abord un fabuleux maître de l’orchestre, à l’instar de Rimski-Korsakov (auprès de qui il a étudié) et Ravel. Il l’a prouvé dans ses propres compositions, mais aussi en réalisant nombre d’orchestrations scintillantes de « danses et airs antiques », de pièces de Rossini (qui ont donné les ballets Rossiniana et La boutique fantasque). Ses ouvrages lyriques restent en grande partie à redécouvrir.

Je ne serai pas très objectif en recommandant très vivement les disques réalisés par John Neschling avec l’Orchestre philharmonique royal de Liège (pour BIS), deux sont déjà parus, deux autres déjà enregistrés. La critique a salué unaniment ce qui, on l’espère, constituera une intégrale symphonique (Neschling avait auparavant enregistré la trilogie romaine avec Sao Paulo)

91ndei8wIwL._SL1429_61DPGi-NPDL

Le Festival de Radio France et Montpellier avait ressuscité l’un des opéras de Respighi en 2004

51g-ifdbWDL

Pour ce qui est des trois oeuvres les plus célèbres, Les Pins de Rome, Les Fontaines de Rome, Fêtes romaines, les très bonnes versions sont légion. Cette prise de concert à Osaka en 1984 rappelle que Karajan était à son affaire :

Mais la très bonne surprise, inespérée tant elle paraissait improbable, est la réédition d’une version devenue mythique à force d’être introuvable, dans une splendide prise de son, celle d’un élève de Respighi, le chef italien Antonio Pedrotti (1901-1975) à la tête de l’orchestre philharmonique tchèque (Supraphon). Un indispensable de toute discothèque.

51zwvKOvskL71Sjk1qO0bL._SL1200_

 

La valeur des morts

Terrible aveu de l’un des présentateurs – Francis Letellier – de Soir 3, le journal télévisé de France 3 : interrogé sur le traitement de l’actualité récente, les 150 morts du vol de German Wings, les centaines de naufragés  de la Méditerranée, le meurtre de la petite Chloé, il reconnaît que le temps et les moyens consacrés à ces sujets dépendent de leur proximité géographique et émotionnelle avec les téléspectateurs.

Ces dernières 48 heures, les chiffres gonflent vertigineusement (http://www.liberation.fr/monde/2015/04/21/800-personnes-sont-mortes-dimanche-dans-le-naufrage-en-mediterranee_1255563)

4619529_3_3ef0_des-survivants-du-naufrage-d-un-chalutier-en_eee5a065df196f766aa2b72a9ca19b9e

Ce matin pourtant le journal télévisé de France 2 ouvre sur le train le plus rapide du monde (au Japon), plus fun en effet que la relation du sauvetage de quelques malheureux rescapés, de l’implication de Médecins du Monde, ou de la réunion – pour ne rien décider ! – des ministres de l’Union européenne.

Alors qu’on n’a eu de cesse d’envoyer reporters et journalistes sur les lieux du drame du vol de German Wings, dans les villages d’origine des voyageurs disparus, idem pour l’assassinat de la petite Chloé, les parents, les voisins, les camarades, l’école, etc… Du vrai, de l’émotion, du direct, et la mine compassée de circonstance (« l’émotion est à son comble »..).

Au fait qu’en pensent, qu’en disent les candidats à la présidence de France Télévisions ?