Les dames du Monde

Longtemps le grand quotidien du soir – comme on le désignait par euphémisme – s’est incarné dans ses plumes masculines, celles de ses directeurs et/ou éditorialistes ou de puissants chefs de rubrique.

Aujourd’hui Le Monde, pour moi, ce sont essentiellement trois signatures féminines, dont j’aime les papiers, le style, la capacité de faire vivre un sujet, de restituer un contexte, de décrypter les grands de ce monde comme les paumés de la terre. Elles ont nom Ariane Chemin, Raphaëlle Bacqué et Béatrice Gurrey. Leurs livres m’accompagnent une partie de cet été. Je leur rends hommage et les remercie d’enchanter mes lectures.

91RXDcE+XdL

En apparence, c’est une ville. Elle sert de décor aux spectacles de Jamel Debbouze et aux raps de la Fouine, Benoît Hamon croyait en faire son laboratoire présidentiel. De Los Angeles ou de Dubaï, Omar Sy et Nicolas Anelka ne la quittent pas des yeux. Elle détient le record européen de départs en Syrie. Grands reporters au Monde, Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin ont choisi Trappes, ce petit bout de banlieue française, pour raconter le monde d’aujourd’hui. Elles en tirent une enquête sidérante

71oRDnEN+YL

Comment saisir le tournant de notre siècle, ce basculement entre l’ancien et le nouveau monde ? Pour parler des nouvelles guerres de religion, de la fin des partis politiques, du réveil identitaire ou des fake news, Ariane Chemin a tourné le dos aux analyses et est allée sur le terrain attraper les détails tragiques ou comiques de notre quotidien.
Ses croquis sont des fabliaux modernes. Voici Emmanuel Macron, le 16 novembre 2016, parmi les dépouilles royales de la basilique Saint- Denis, station mystique qui fait songer à un sacre intime. Quelques mois plus tard, nous sommes les témoins indiscrets d’une cérémonie fugace dans un cimetière corse, où repose Michel Rocard. En 2007, nous étions conviés au mariage spectaculaire de deux figures de la gauche. À dix ans de distance, les deux tableaux illustrent le crépuscule du socialisme mieux qu’un commentaire politique. La droite n’est pas oubliée, de François Fillon aveuglé par son hubris, à Laurent Wauquiez piégé par la légende qu’il s’est lui-même construite.
Ariane Chemin raconte Clichy-sous-Bois au lendemain des émeutes de 2005, les quartiers Nord de Marseille, sa rencontre sidérante avec le  » référent  » des frères Merah, à flanc de montagne, près de Toulouse. En prenant le temps de dialoguer avec des ombres oubliées par le tourbillon médiatique, elle répare la mémoire de l' » inconnu de la Concorde « , mort de froid en 2008, d’une femme raflée en 1942 dont le propre fils ignorait le passé, ou confesse ce sous-préfet qui, en janvier 2015, dut enterrer son ami Bernard Maris et l’assassin de ce dernier.
Cet ouvrage reprend aussi des portraits qui incarnent l’esprit du temps. D’Éric Zemmour à Jean-Luc Mélenchon, de Michel Houellebecq à Jean d’Ormesson, toute notre époque est ici embrassée par l’oeil perspicace de l’auteur.

710-Hk4ED-L

« Richie ». C’est ainsi que ses étudiants le surnommaient, eux qui l’adulaient telle une rock star. La nuit de la mort de Richard Descoings dans un hôtel de New York, une foule de jeunes gens se retrouva, une bougie à la main, devant le temple de la nomenklatura française, Sciences Po. Quelques jours plus tard, le visage du directeur de la rue Saint-Guillaume couvrait la façade de l’église Saint-Sulpice. Politiques, grands patrons et professeurs défilèrent silencieusement devant l’épouse et l’ancien compagnon. Le Tout-Paris l’adorait.
Raphaëlle Bacqué raconte l’ascension vertigineuse d’un fils de bonne famille, tenté par toutes les transgressions, et nous entraîne au cœur d’un pouvoir méconnu : dans les boîtes du Marais, les cabinets ministériels, les soirées déjantées et les plus grandes universités du monde.

41HBrQR657L

Béatrice Gurrey dévoile ici un drame personnel : la maladie d’Alzheimer dont ont été victimes son père et sa mère. Il est rare qu’un couple soit frappé en même temps et cette concordance a redoublé les épreuves auxquelles sa famille a été confrontée. Ce récit est l’histoire d’un long cheminement, des premiers soupçons jusqu’au bouleversement progressif d’une vie à deux, sous le regard désarmé des proches.
Comme des centaines de milliers de familles contraintes de faire face à la même maladie, celle de l’auteur doit se mettre en quête d’un établissement adapté, accompagner ses parents, Pierre et Liliane, dans de nouvelles conditions d’existence et tenter de s’adapter à la progression inéluctable d’une pathologie aux eff ets déroutants.
Béatrice Gurrey montre combien les troubles de la mémoire, de la pensée et du comportement exacerbent aussi le caractère et la personnalité de ceux qui en sont aff ectés. Du fond de ce grand oubli, des secrets intimes resurgissent, une transfiguration du réel s’opère au profit d’un nouvel imaginaire – sombre, tragique, chez Pierre ; léger, fantaisiste, et même merveilleux de drôlerie, chez Lili.
Ce témoignage est avant tout une lumineuse histoire d’amour. La force et la beauté de son écriture lui donnent des accents de vérité poignants.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s