Incollable ?

L’actualité mortuaire nous laissant un peu de répit, retour à une de mes marottes, la langue française, comme on la parle, comme on la vit.

Alain Rey, activement secondé par Stéphane de Groodt, publie un nouvel opus, appelé à devenir un bestseller. Voir ci-dessous.

Je me suis amusé, à partir de cet ouvrage, à pondre ce texte, évidemment bourré de fautes. Saurez-vous les repérer, les corriger ? J’attends vos pointages et commentaires…

Par acquis de conscience, je veux placer ce texte sous les meilleures auspices et ne pas risquer l’amande que pourrait m’affliger l’Académie française. Pour ceux qui tirent tous azimuths, ce conseil de prudence : pensez à l’arrière-banc du ban de touche, à ceux qui sont pendus à vos Basques, évitez de leur monter le bourichon, faites plaisir aux boutentrains, invitez-les plutôt à faire bonne chair avec vous autour d’une bonne table.

Vous êtes dans le coltard, vous avez mal dormi ? Qu’à cela ne tienne, pour ne pas rater le coach, inutile de réclamer votre petit déjeuner à corps et à cris, surtout si vous avez oublié de payer votre écho quand vous étiez frais et moulu, ça ne risque pas d’amuser la gallerie. On sonne à la porte ? C’est la femme de ménage ? On espère que ce n’est pas une sainte N’y-touche, parce qu’à vous voir dans votre plus simple appareil, après une nuit de Noubbah, elle en tomberait des nus en poussant des cris d’or frais. Maintenant qu’elle est là, vous avez intérêt à vous manier le train en cinq sept. Autant pour vous, vous avez l’excuse de mener une vie de patte à Chong, et même de bâton de chaise , toujours par Mons et par Vaux (oui je sais que vous êtes Belge !)… (Copyright Jean Pierre Rousseau@2016)

71MG53OGuUL

Une réflexion sur “Incollable ?

  1. Et maintenant le texte correct (les astérisques indiquent les mots mal orthographiés dans le corps du billet)

    Par acquit* de conscience, je veux placer ce texte sous les meilleurs* auspices et ne pas risquer l’amende* que pourrait m’infliger* l’Académie française. Pour ceux qui tirent tous azimuts*, ce conseil de prudence : pensez à l’arrière-ban* du banc* de touche, à ceux qui sont pendus à vos basques*, évitez de leur monter le bourrichon*, faites plaisir aux boute-en-train*, invitez-les plutôt à faire bonne chère* avec vous autour d’une bonne table.

    Vous êtes dans le coaltar*, vous avez mal dormi ? Qu’à cela ne tienne, pour ne pas rater le coche*, inutile de réclamer votre petit déjeuner à cor* et à cri*, surtout si vous avez oublié de payer votre écot* quand vous étiez frais émoulu* ça ne risque pas d’amuser la galerie*. On sonne à la porte ? C’est la femme de ménage ? On espère que ce n’est pas une sainte Nitouche*, parce qu’à vous voir dans votre plus simple appareil, après une nuit de nouba*, elle en tomberait des nues* en poussant des cris d’orfraie*. Maintenant qu’elle est là, vous avez intérêt à vous manier le train en cinq sec*. Au temps* pour vous, vous avez l’excuse de mener une vie de patachon*, et même de bâton de chaise , toujours par monts* et par vaux* (oui je sais que vous êtes belge* !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s