La beauté de Claire B.

La première chose qui m’avait frappé chez l’auteure d’Agrippine ou des Frustrés, c’est sa beauté.

640_claire_bretecher

Claire Bretécher, disparue ce 11 février, aurait pu être une star de cinéma.

Comme le dit France Inter dans son hommage : Avec une économie de trait, son dessin ultra expressif lui permettait de croquer avec humour et finesse toutes les situations. Son regard extrêmement aiguisé sur l’époque lui a permis, en quasi sociologue, d’évoquer tous les sujets qui ont traversé la société française de ces 50 dernières années : les bobos, la Procréation médicalement assistée (PMA), la gestation pour autrui (GPA), l’homosexualité, les rapports de couple… Et pourtant… modeste, timide, désabusée sur elle-même, elle prétendait qu’à cause de sa myopie, elle n’était pas du tout observatrice et ne faisait attention à rien ! 

IMG_8997

Comme tant d’autres, abonné depuis si longtemps au Nouvel Obs, devenu L’Obs, j’ai vécu au rythme hebdomadaire des aventures des Frustrés (de 1973 à 1980)

71OmCns-0zL

puis d’Agrippine.

51iGHfwubTL

Les meilleurs précis de sociologie de ces quarante dernières années ! 61W4TRHl8oL

Claire Bretécher avait cessé de dessiner après la mort brutale, en 2013, de son compagnon, Guy Carcassonne,l’un des personnages les plus originaux de la sphère publique française, juriste, constitutionnaliste, conseiller influent de personnalités de gauche (mais pas que !). Finalement, je ne suis pas étonné que ces deux-là se soient trouvés dans la vie et désormais rejoints dans la mort.

Vite se replonger dans l’oeuvre de Claire B.  Hommage Madame !

Mes lectures et Wagner

Je le disais avant-hier, je me suis remis sérieusement à Bach (Le mystère Jean-Sébastien Bachmais comme j’aime bien courir plusieurs li(è)vres à la fois, je pratique toujours une lecture multiple. Je prends, je lis, je laisse reposer, je reprends. Format livre ou numérique.

Inutile de chercher quelque cohérence dans ces lectures, ou même quelque conformité avec mes opinions. J’aime bien, au contraire, être provoqué – intelligemment – par ce qui ne me ressemble pas.

41qxOU+w3SL

Brillante, excessive, très cultivée, Aude Lancelin – ex-numéro 2 de L’Obs – ne fait pas dans la dentelle. Elle balance tout du long d’un bouquin, écrit à la pointe sèche, qui est plus et mieux qu’un règlement de comptes avec les nouveaux patrons de l’hebdomadaire, jadis référence d’une certaine gauche moderne,. C’est souvent jouissif, les pontes du Nouvel Obs – Jean Daniel, Claude Perdriel, etc. – sont habillés pour plusieurs hivers, l’actuel patron de la rédaction n’échappe pas au jeu de massacre. La dame bosse maintenant pour Mélenchon, on s’en serait douté. Mais on n’a pas souvent l’occasion de lire un pamphlet aussi bien écrit.

81jEyPjy1RLTout autre chose : 50 ans après 1968, c’est le bouquin à lire !

Mai 68  : tous les cocktails ne sont pas Molotov. À quelques centaines de mètres de la Sorbonne où les étudiants font la révolution, l’hôtel Meurice est occupé par son personnel. Le plus fameux prix littéraire du printemps, le prix Roger-Nimier, pourra-t-il être remis à son lauréat, un romancier inconnu de vingt-deux ans  ?
Sous la houlette altière et légèrement alcoolisée de la milliardaire Florence Gould, qui finance le prix, nous nous faufilons parmi les membres du jury, Paul Morand, Jacques Chardonne, Bernard Frank et tant d’autres célébrités de l’époque, comme Salvador Dalí et J. Paul Getty. Dans cette satire des vanités bien parisiennes passe le personnage émouvant d’un vieux notaire de province qui promène son ombre mélancolique entre le tintement des verres de champagne et les réclamations de «  rendre le pouvoir à la base  ». Une folle journée où le tragique se mêle à la frivolité. (Présentation de l’éditeur)

C’est drôle, virtuose, insoutenablement léger.

Rien à voir avec ce qui précède, un bouquin acheté en solde à Dresde. Passionnant. Mais réservé aux germanophones !

618zhnEXzLL

Le nom de Richard Wagner est indissociable des deux villes saxonnes, Leipzig et Dresde, Ce bouquin est prodigue en informations sur ce personnage controversé, mais aussi sur le contexte culturel et musical de la capitale saxonne du XIXème siècle.

C’est à Dresde que trois des opéras majeurs de Wagner sont créés : Rienzi, Le Vaisseau fantôme et Tannhäuser

J’ai éprouvé, j’éprouve toujours  à l’égard de Wagner les mêmes hésitations qu’avec Bach – mais pour de tout autres raisons – , de vraies réticences envers un personnage aux atours si contestables, voire détestables. Pourtant on ne résiste pas longtemps à un génie.

Pour ces trois opéras, mes références :

71v1oWOBo8L._SL1200_

51Es+I7UrkL._SS500

61PXAddkUjL