Mort d’un gentilhomme

En juillet c’était Claude Rich puis Jeanne Moreau (lire Le tourbillon de la vie), fin août c’était Mireille Darc (lire De battre son coeur s’est arrêté), en septembre Gisèle Casadesus (Une famille formidable) et maintenant Jean Rochefort.  L’automne promet d’être long…

Jean_Rochefort_2013

 

On aimerait tellement croire immortels ceux que nous aimons. Jean Rochefort on l’aimait – les médias, pour une fois, sont unanimes – parce qu’il était en somme tout ce qu’on aimerait être soi-même : «  Mon père est trop complexe et multiple pour être croqué justement. Son amour pour l’être humain, la nature, le simple et le vrai sont les choses que j’ai admirées tout particulièrement. Sa grande liberté d’être, le goût du rire et son âme enfantine à toute épreuve sont les plus beaux cadeaux qu’il a déposés à nos portes. » (son fils Pierre, comédien, dans Le Parisien).

Etonnamment pour un acteur si authentiquement français dans sa carrière au théâtre et au cinéma et dans sa diction comme dans le timbre de sa voix, j’ai toujours trouvé à Rocherfort une allure, une élégance, un humour très british. Un peu comme le Peter Sellers de The Party le chef-d’oeuvre de Blake Edwards

France 2 rediffuse ce soir Un éléphant ça trompe énormément suivi de Nous irons tous au paradis

On aurait pu aussi avoir Les Grands Ducs ou Calmos

Ou le Crabe Tambour ou Le Mari de la coiffeuse et tant d’autres films où Jean Rochefort n’est jamais médiocre ni quelconque.

Je m’autorise à citer un ami qui a eu la chance de travailler avec Jean Rochefort, il me disait cela hier soir, il se reconnaîtra…

« Nous sommes entrés sur scène plus de 200 fois ensemble…il était d’une drôlerie folle…mais aussi d’un profond désespoir…Je l’ai vu une dernière fois il y a un an…il était très diminué…en le quittant et l’embrassant, je lui ai dit que j’espérais le revoir vite…Il m’a fixé de ses beaux yeux bleus et m’a dit: « Tu ne crois pas que l’on devrait rester sur une bonne impression ?. » Et puis on a pleuré tous les deux….

L’homme qui aimait les autres

J’avais à peine terminé mon billet hier (https://jeanpierrerousseaublog.com/2015/01/24/la-culture-joyeuse/) qu’on apprenait une nouvelle disparition, celle de José Artur. Même sentiment que Guy Bedos interrogé sur France Inter : ces dernières semaines ressemblent à une hécatombe. Les amis de sa génération tombent les uns après les autres, Chancel, Wolinski, Cabu, maintenant José Artur (« sans h » se plaisait-il à rappeler).

Et pourtant, il y a deux mois, pour l’ouverture de la Maison de la radio, José était en direct au micro de Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek, l’humeur et la voix toujours aussi alertes : http://www.franceinter.fr/emission-si-tu-ecoutes-jannule-tout-jose-artur-en-direct-de-lagora)

-

C’est peut-être Armelle Héliot dans Le Figaro qui dit le mieux la personnalité du José Artur que nous avons connu, écouté, aimé : http://www.lefigaro.fr/culture/2015/01/24/03004-20150124ARTFIG00140-jose-artur-l-homme-qui-aimait-les-autres.php)

J’ai parfois croisé José à Radio France il y a une vingtaine d’années, il m’avait invité un soir pour évoquer, je crois, une grille de rentrée de France Musique. Son émission ne se déroulait plus, depuis longtemps, à la Maison de la radio, mais dans un salon du 1er étage du Fouquet’s. On m’avait prévenu que l’interview serait courte, vu le nombre d’invités et le rythme de l’émission. Je ne me rappelle plus la durée de la séquence, mais sa densité et sa pertinence. Il y a des sujets plus « fun » qu’une grille de programmes qu’il faut promouvoir, mais José avait non seulement intégré le dossier qu’on lui avait remis, mais il avait touché juste, en posant les bonnes questions, avec ce qu’il faut d’irrévérence, de curiosité, et il savait de quoi il parlait…

José Artur, comme Jacques Chancel, avait la culture joyeuse. Pourquoi sont-ils partis?*

*https://jeanpierrerousseaublog.com/2014/12/23/il-est-parti/