La fête de Meher

On – l’intéressé en premier ? – me pardonnera, je l’espère, ce jeu de mots de circonstance – en France la Fête des mères est toujours le dernier dimanche de mai, à la différence de quasiment tous les autres pays !.

C’est un personnage que les discophiles chevronnés connaissent au moins de nom, un Australien au palmarès impressionnant (voir sa notice sur Linkedin) : Cyrus Meher-Homji. A ce titre, il est le responsable de la collection Eloquence, aujourd’hui très largement distribuée dans le monde entier, mais que, pendant quelques années, j’ai dû acheter par correspondance… en Australie !

Je ne sais pas si, dans l’univers de la musique classique, Cyrus Meher-Homji a un équivalent encore en activité. J’en doute. Il est le seul, à ma connaissance, à aussi bien connaître et explorer les fonds et tréfonds de l’immense catalogue constitué par Philips, Decca, Deutsche Grammophon, labels historiques aujourd’hui rassemblés sous la bannière d’Universal.

Dorati

En septembre dernier, je me réjouissais de retrouver des Mozart et des Haydn de Dorati, qui avaient échappé aux rééditions Decca ou Mercury du chef hongrois (lire Haydn dans les Pyrénées)

Kubelik

J’attends avec impatience un coffret commandé il y a quelques semaines, les enregistrés réalisés au tournant des années 50 par Rafael Kubelik pour Decca

Des disques que j’ai déjà, en CD séparés, mais qui vont ressortir dans un son nouveau, « remastérisé ».

Et puis, l’avantage considérable de cette collection et du travail de Cyrus Meher-Homji, c’est de nous donner à redécouvrir, et parfois découvrir tout court, des artistes demeurés dans une ombre que leur talent n’aurait pas dû leur infliger, jusqu’à des noms dont je n’avais jamais entendu parler.

Ainsi d’Anja Thauer (1945-1973), une violoncelliste allemande lumineuse, qui va se suicider à 28 ans, à cause d’une histoire d’amour impossible (lire : Anja Thauer. On l’a comparée à Jacqueline du Pré, autre musicienne exceptionnelle, arrêtée dans son élan par la maladie (la sclérose en plaques).

Le violoniste roumain Ion Voicu (1923-1997) avait lui aussi disparu des radars, quelques disques en Allemagne de l’Est encore trouvables sur le label Berlin Classics.

Ici une belle réédition qui rend hommage à un art du violon « natif » de Roumanie.

Il y a parfois des sommes sans doute utiles à certains collectionneurs, mais sur la pertinence desquelles on peut s’interroger. Je suis loin de partager l’enthousiasme de certains amis sur la réédition de ce coffret. La pianiste Ruth Slenczynska, 96 ans aujourd’hui, a d’évidences qualités de virtuosité, mais un jeu qui confine parfois à la sécheresse, affaire de prise de son ?

Ses études de Chopin respirent large, ce qui est n’est pas pour me déplaire :

Il y a un peu plus d’un mois, j’avais loué la réédition, si attendue, des enregistrements du chef suisse Peter Maag (voir Peter le Suisse) en regrettant une étrange prise de son, pourtant annoncée comme « stéréo », pour un disque de concertos avec Fou Ts’ong. Cyrus Meher-Homji m’avait lui-même répondu en signalant, en toute transparence, qu’il n’avait pu remettre la main sur la bande originale en stéréo.

Dans ce blog, les citations des publications de cette collection sont innombrables.

Je signale que le site britannique prestomusic.com fait actuellement une promotion très intéressante sur l’ensemble de la collection…

En tout cas on doit un fier coup de chapeau à Cyrus Meher-Homji. On a hâte qu’il continue de nous restituer ce qui nous semble une inépuisable réserve de trésors, corrigeant au passage les erreurs ou les oublis des maisons-mères (Deutsche Grammophon ou Decca) comme il l’avait fait pour Eugen Jochum

L’impeccable M. Grumiaux

A l’occasion du centenaire de sa naissance, le 21 mars 1921, Decca a publié un beau coffret de l’intégrale des enregistrements réalisés pour Philips par le violoniste belge Arthur Grumiaux, de 1950 à 1985.

Arthur Grumiaux c’est une légende. En Belgique, c’est un intouchable. Comme son illustre aîné Eugène Ysaye. Ses enregistrements sont souvent cités comme des références comme son partenariat avec Clara Haskil dans les sonates pour violon et piano de Beethoven.

Moi-même, avant d’acquérir ce beau coffret, j’avais dans ma discothèque, une bonne partie de ces « références ». Je m’aperçois que je les avais peu écoutées, que, lorsque je voulais écouter du beau et grand violon, ce n’est pas Grumiaux que je choisissais spontanément (mais plutôt Ferras, Milstein ou Heifetz).

Depuis que j’ai reçu ce coffret, et que je réécoute… ou parfois découvre certains de ces enregistrements, j’éprouve des sensations mitigées.

C’est incontestablement du très beau violon – on sait que Grumiaux surveillait de très près le montage et demandait aux ingénieurs du son d’être toujours plus en avant ! -, élégant, « classique » dans la meilleure acception du terme.

Mais cette recherche du beau son se fait au détriment d’une prise de risque, d’un engagement interprétatif plus éloquent.

C’est particulièrement audible dans cette prise de concert du concerto de Beethoven (à Paris avec Antal Dorati !) ou le premier des deux enregistrements qu’Arthur Grumiaux a réalisés du concerto de Brahms, avec Eduard Van Beinum et le Concertgebouw (en 1958).

Je pense que l’on comprendra mieux mes réserves en comparant ces deux versions du concerto pour violon n°3 de Saint-Saëns

Le finale de ce concerto – écrit pour Sarasate ! – implique virtuosité, panache, élan. Ce qu’on entend dans la version Grumiaux, il faut le dire pas du tout aidé par la direction « plan plan » de Manuel Rosenthal, n’est pas exactement cela !

Nathan Milstein – depuis longtemps ma référence – prouve qu’on peut, qu’on doit oser dépasser la barre de mesure !

On doit aussi observer que le répertoire enregistré d’Arthur Grumiaux est à l’image de son jeu, pas très ouvert et peu aventureux : aucun concerto du 20ème siècle, à l’exception, certes notable, du néo-classique concerto de Stravinsky et d’un bien timide concerto de Berg (pourtant dirigé par le grand Igor Markevitch), mais ni Bartok, ni Prokofiev, ni Sibelius, pour ne pas parler de Chostakovitch ou Szymanowski… Voir le détail complet du coffret ci-dessous*

Restons-en donc à ce qu’on aime de l’artiste, comme son duo légendaire avec Clara Haskil.

Bach, J S: Sonatas & Partitas for solo violin, BWV1001-1006

  • Arthur Grumiaux (violin)

Bach, J S: Sonatas for Violin & Harpsichord Nos. 1-6, BWV1014-1019

  • Arthur Grumiaux (violin), Egida Giordani Sartori (harpsichord)

Bach, J S: Sonatas for Violin & Harpsichord Nos. 1-6, BWV1014-1019

  • Arthur Grumiaux (violin), Christine Jaccottet

Bach, J S: Violin Sonata in G minor, BWV1020

  • Arthur Grumiaux (violin), Christine Jaccottet

Bach, J S: Violin Sonata in G major, BWV1021

  • Arthur Grumiaux (violin), Christine Jaccottet

Bach, J S: Violin Sonata in F major, BWV1022

  • Arthur Grumiaux (violin), Christine Jaccottet

Bach, J S: Violin Sonata in E minor, BWV1023

  • Arthur Grumiaux (violin), Christine Jaccottet

Bach, J S: Violin Concerto No. 1 in A minor, BWV1041

  • Arthur Grumiaux (violin), Guller Chamber Orchestra, Leon Guller

Bach, J S: Violin Concerto No. 2 in E major, BWV1042

  • Arthur Grumiaux (violin), Guller Chamber Orchestra, Leon Guller

Beethoven: Violin Concerto in D major, Op. 61

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Royal Concertgebouw Orchestra
  • Eduard van Beinum

Bach, J S: Violin Concerto No. 1 in A minor, BWV1041

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • English Chamber Orchestra
  • Raymond Leppard

Bach, J S: Violin Concerto No. 2 in E major, BWV1042

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • English Chamber Orchestra
  • Raymond Leppard

Bach, J S: Concerto for Two Violins in D minor, BWV1043

  • Arthur Grumiaux (violin), Koji Toyoda
  • New Philharmonia Orchestra
  • Edo de Waart

Bach, J S: Concerto for Oboe & Violin in C minor, BWV1060

  • Arthur Grumiaux (violin), Heinz Holliger (oboe), New Philharmonia Orchestra
  • Edo de Waart

Bach, J S: Violin Concerto No. 1 in A minor, BWV1041

  • Arthur Grumiaux (violin), Les Solistes Romands, Árpád Gérecz

Bach, J S: Violin Concerto No. 2 in E major, BWV1042

  • Arthur Grumiaux (violin), Les Solistes Romands, Árpád Gérecz

Bach, J S: Concerto for Two Violins in D minor, BWV1043

  • Arthur Grumiaux (violin), Les Solistes Romands, Árpád Gérecz, Herman Krebbers (violin)

Handel: Sonata in A Major for violin and continuo, HWV361, Op. 1 No. 3

  • Arthur Grumiaux (violin), Robert Veyron-Lacroix

Handel: Sonata in F major for violin and continuo, HWV370, Op. 1 No. 12

  • Arthur Grumiaux (violin), Robert Veyron-Lacroix

Handel: Sonata in A major for violin and continuo, HWV372, Op. 1 No. 14

  • Arthur Grumiaux (violin), Robert Veyron-Lacroix

Handel: Sonata in D major for violin and continuo, HWV371, Op. 1 No. 13

  • Arthur Grumiaux (violin), Robert Veyron-Lacroix

Handel: Sonata in G minor for violin and continuo, HWV368, Op. 1 No. 10

  • Arthur Grumiaux (violin), Robert Veyron-Lacroix

Handel: Sonata in E major for violin and continuo, HWV373, Op. 1 No. 15

  • Arthur Grumiaux (violin), Robert Veyron-Lacroix

Corelli: Violin Sonatas, Op. 5

  • Arthur Grumiaux (violin), Riccaro Castagnone

Telemann: Fantasias (12) for solo violin, TWV 40:14-25

  • Arthur Grumiaux (violin)

Leclair, J-M: Violin Sonata in A minor, Op. 9 No. 3

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu

Veracini: Sonata in B minor, Op. 1 No. 3

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu

Vivaldi: Violin Sonata, Op. 2 No. 2 in A major, RV 31

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu

Nardini: Violin Sonata in D Major

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu

Vivaldi: The Four Seasons

  • Arthur Grumiaux (violin), Les Solistes Romands, Arpad Gerecz

Vivaldi: Concerto, Op. 3 No. 6 ‘Con Violino Solo obligato’, RV 356

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • New Philharmonia Orchestra
  • Edo de Waart

Vivaldi: Violin Concerto in E major, RV271 ‘L’Amoroso’

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Staatskapelle Dresden
  • Vittorio Negri

Vivaldi: Violin Concerto in E minor, RV277 ‘Il favorito’

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Staatskapelle Dresden
  • Vittorio Negri

Vivaldi: Violin Concerto in G minor, Op. 12 No. 1, RV317

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Staatskapelle Dresden
  • Vittorio Negri

Vivaldi: Concerto No. 5 in A minor RV 358

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Staatskapelle Dresden
  • Vittorio Negri

Mozart: Violin Sonata No. 18 in G major, K301

  • Arthur Grumiaux (violin), Clara Haskil (piano)

Mozart: Violin Sonata No. 21 in E minor, K304

  • Arthur Grumiaux (violin), Clara Haskil (piano)

Mozart: Violin Sonata No. 24 in F major, K376

  • Arthur Grumiaux (violin), Clara Haskil (piano)

Mozart: Violin Sonata No. 26 in B flat major, K378

  • Arthur Grumiaux (violin), Clara Haskil (piano)

Mozart: Violin Sonata No. 32 in B flat major, K454

  • Arthur Grumiaux (violin), Clara Haskil (piano)

Mozart: Violin Sonata No. 35 in A major, K526

  • Arthur Grumiaux (violin), Clara Haskil (piano)

Mozart: Violin Sonata No. 17 in C major, K296

  • Arthur Grumiaux (violin), Walter Klien (piano)

Mozart: Violin Sonata No. 18 in G major, K301

  • Arthur Grumiaux (violin), Walter Klien (piano)

Mozart: Violin Sonata No. 20 in C major, K303

  • Arthur Grumiaux (violin), Walter Klien (piano)

Mozart: Violin Sonata No. 21 in E minor, K304

  • Arthur Grumiaux (violin), Walter Klien (piano)

Mozart: Violin Sonata No. 22 in A major, K305

  • Arthur Grumiaux (violin), Walter Klien (piano)

Mozart: Violin Sonata No. 23 in D major, K306

  • Arthur Grumiaux (violin), Walter Klien (piano)

Mozart: Violin Sonata No. 24 in F major, K376

  • Arthur Grumiaux (violin), Walter Klien (piano)

Mozart: Violin Sonata No. 25 in F major, K377

  • Arthur Grumiaux (violin), Walter Klien (piano)

Mozart: Violin Sonata No. 26 in B flat major, K378

  • Arthur Grumiaux (violin), Walter Klien (piano)

Mozart: Violin Sonata No. 27 in G major, K379

  • Arthur Grumiaux (violin), Walter Klien (piano)

Mozart: Violin Sonata No. 28 in E flat major, K380

  • Arthur Grumiaux (violin), Walter Klien (piano)

Mozart: Violin Sonata No. 32 in B flat major, K454

  • Arthur Grumiaux (violin), Walter Klien (piano)

Mozart: Violin Sonata No. 33 in E flat major K481

  • Arthur Grumiaux (violin), Walter Klien (piano)

Mozart: Violin Sonata No. 35 in A major, K526

  • Arthur Grumiaux (violin), Walter Klien (piano)

Mozart: Six Variations in G minor on ‘Hélas, j’ai perdu mon amant’, K360

  • Arthur Grumiaux (violin), Walter Klien (piano)

Mozart: Violin Sonata No. 33 in E flat major K481

  • Arthur Grumiaux (violin), Arthur Grumiaux (piano)

Brahms: Violin Sonata No. 2 in A major, Op. 100

  • Arthur Grumiaux (violin), Arthur Grumiaux (piano)

Mozart: Divertimento in E flat major, K563

  • Grumiaux Trio (string trio)

Mozart: Duo for violin & viola in G major, K423

  • Grumiaux Trio (string trio)

Mozart: Duo for violin and viola in B flat major, K424

  • Grumiaux Trio (string trio)

Mozart: Preludes & Fugues (6) for string trio, K404a

  • Grumiaux Trio (string trio)

Hoffmeister: Duetto in G major

  • Grumiaux Trio (string trio)

Mozart: Flute Quartets Nos. 1-4

  • Grumiaux Trio (string trio), William Bennett (flute)

Mozart: String Quintets Nos. 1-6

  • Grumiaux Trio (string trio)

Mozart: Oboe Quartet in F major, K370

  • Grumiaux Trio (string trio)

Mozart: Violin Concertos Nos. 1-5

  • Arthur Grumiaux (violin), Bernhard Paumgartner
  • Wiener Symphoniker

Mozart: Violin Concerto No. 6 in E flat major, K268

  • Arthur Grumiaux (violin), Bernhard Paumgartner
  • Wiener Symphoniker

Mozart: Violin Concerto No. 7 in D major, KV 271a

  • Arthur Grumiaux (violin), Bernhard Paumgartner
  • Wiener Symphoniker

Mozart: Violin Concertos Nos. 1-5

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • London Symphony Orchestra
  • Sir Colin Davis

Mozart: Sinfonia Concertante for Violin, Viola & Orchestra in E flat major, K364

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • London Symphony Orchestra
  • Sir Colin Davis

Mozart: Adagio for Violin and Orchestra in E, K261

  • two recordings
  • Arthur Grumiaux (violin)
  • London Symphony Orchestra
  • Sir Colin Davis

Mozart: Rondo for Violin and Orchestra in C, K373

  • two recordings
  • Arthur Grumiaux (violin)
  • London Symphony Orchestra
  • Sir Colin Davis

Viotti: Violin Concerto No. 22 in A minor, G97

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Royal Concertgebouw Orchestra
  • Edo de Waart

Haydn: Violin Concerto No. 1 in C major, Hob.VIIa:1

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • English Chamber Orchestra
  • Raymond Leppard

Haydn: Violin Concerto No. 4 in G major, Hob.VIIa:4

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • New Philharmonia Orchestra
  • Raymond Leppard

Haydn: Three Sonatas for fortepiano Hob. XVI:40-42

  • arr. for string trio
  • Grumiaux Trio (string trio)

Haydn, M: Violin Concerto in A major, MH 207

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Royal Concertgebouw Orchestra
  • Edo de Waart

Beethoven: Violin Sonatas Nos. 1-10

  • Arthur Grumiaux (violin), Clara Haskil (piano)

Beethoven: Violin Sonata No. 1 in D major, Op. 12 No. 1

  • Arthur Grumiaux (violin), Claudio Arrau (piano)

Beethoven: Violin Sonata No. 2 in A major, Op. 12 No. 2

  • Arthur Grumiaux (violin), Claudio Arrau (piano)

Beethoven: Violin Sonata No. 4 in A minor, Op. 23

  • Arthur Grumiaux (violin), Claudio Arrau (piano)

Beethoven: Violin Sonata No. 5 in F major, Op. 24 ‘Spring’

  • Arthur Grumiaux (violin), Claudio Arrau (piano)

Beethoven: Violin Sonata No. 7 in C minor, Op. 30 No. 2

  • Arthur Grumiaux (violin), Claudio Arrau (piano)

Beethoven: Violin Sonata No. 8 in G major, Op. 30 No. 3

  • Arthur Grumiaux (violin), Claudio Arrau (piano)

Beethoven: String Trios (complete)

  • Grumiaux Trio (string trio)

Beethoven: Serenade for string trio in D major, Op. 8

  • Grumiaux Trio (string trio)

Beethoven: Serenade in D major for Flute, Violin and Viola, Op. 25

  • Grumiaux Trio (string trio)

Beethoven: Violin Concerto in D major, Op. 61

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • New Philharmonia Orchestra
  • Alceo Galliera

Beethoven: Romance No. 1 for Violin and Orchestra in G major, Op. 40

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • New Philharmonia Orchestra
  • Alceo Galliera

Beethoven: Romance No. 2 for Violin and Orchestra in F major, Op. 50

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • New Philharmonia Orchestra
  • Alceo Galliera

Beethoven: Violin Concerto in D major, Op. 61

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Royal Concertgebouw Orchestra
  • Sir Colin Davis

Beethoven: Romance No. 1 for Violin and Orchestra in G major, Op. 40

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Royal Concertgebouw Orchestra
  • Sir Colin Davis

Beethoven: Romance No. 2 for Violin and Orchestra in F major, Op. 50

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Royal Concertgebouw Orchestra
  • Sir Colin Davis

Schubert: Grand Duo for Violin and Piano in A Major, D574

  • Arthur Grumiaux (violin), Riccardo Castagnone (piano)

Schubert: Sonata (Sonatina) for violin & piano in D major, D384 (Op. posth. 137 No. 1)

  • Arthur Grumiaux (violin), Riccardo Castagnone (piano)

Schubert: Sonata (Sonatina) for violin & piano in A minor, D385 (Op. posth. 137 No. 2)

  • Arthur Grumiaux (violin), Riccardo Castagnone (piano)

Schubert: Sonatina (Sonatina) in G minor, D408 (Op. posth. 137 No. 3)

  • Arthur Grumiaux (violin), Riccardo Castagnone (piano)

Schubert: Grand Duo for Violin and Piano in A Major, D574

  • Arthur Grumiaux (violin), Robert Veyron-Lacroix

Schubert: Sonata (Sonatina) for violin & piano in D major, D384 (Op. posth. 137 No. 1)

  • Arthur Grumiaux (violin), Robert Veyron-Lacroix

Schubert: Sonata (Sonatina) for violin & piano in A minor, D385 (Op. posth. 137 No. 2)

  • Arthur Grumiaux (violin), Robert Veyron-Lacroix

Schubert: Sonatina (Sonatina) in G minor, D408 (Op. posth. 137 No. 3)

  • Arthur Grumiaux (violin), Robert Veyron-Lacroix

Schubert: Grand Duo for Violin and Piano in A Major, D574

  • Arthur Grumiaux (violin), Paul Crossley (piano)

Schubert: Sonata (Sonatina) for violin & piano in D major, D384 (Op. posth. 137 No. 1)

  • Arthur Grumiaux (violin), Paul Crossley (piano)

Schubert: Sonata (Sonatina) for violin & piano in A minor, D385 (Op. posth. 137 No. 2)

  • Arthur Grumiaux (violin), Paul Crossley (piano)

Schubert: Sonatina (Sonatina) in G minor, D408 (Op. posth. 137 No. 3)

  • Arthur Grumiaux (violin), Paul Crossley (piano)

Schubert: Piano Quintet in A major, D667 ‘The Trout’

  • Grumiaux Trio (string trio)

Schubert: String Trio in B flat major, D471

  • Grumiaux Trio (string trio)

Schubert: String Trio in B flat major, D581

  • Grumiaux Trio (string trio)

Schubert: String Quintet in C major, D956

  • Grumiaux Trio (string trio)

Brahms: Horn Trio in E flat major, Op. 40

  • Arthur Grumiaux (violin), György Sebok (piano), Francis Orval (horn)

Mendelssohn: Violin Concerto in E minor, Op. 64

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Wiener Symphoniker
  • Rudolf Moralt

Paganini: Violin Concerto No. 4 in D minor

  • Arthur Grumiaux (violin), Franco Gallini
  • Orchestre des Concerts Lamoureux

Tchaikovsky: Violin Concerto in D major, Op. 35

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Royal Concertgebouw Orchestra
  • Bernard Haitink

Mendelssohn: Violin Concerto in E minor, Op. 64

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Royal Concertgebouw Orchestra
  • Bernard Haitink

Schubert: Rondo for violin and strings in A major, D438

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • New Philharmonia Orchestra
  • Raymond Leppard

Mendelssohn: Violin Concerto in E minor, Op. 64

  • Arthur Grumiaux (violin), Jan Krenz
  • New Philharmonia Orchestra

Mendelssohn: Violin Concerto in D minor, Op. post.

  • Arthur Grumiaux (violin), Jan Krenz
  • New Philharmonia Orchestra

Paganini: Violin Concerto No. 1 in D major, Op. 6

  • Arthur Grumiaux (violin), Piero Bellugi
  • Orchestre Opera Monte-Carlo

Paganini: Violin Concerto No. 4 in D minor

  • Arthur Grumiaux (violin), Piero Bellugi
  • Orchestre Opera Monte-Carlo

Brahms: Violin Sonatas Nos. 1-3

  • Arthur Grumiaux (violin), György Sebök (piano)

Brahms: Violin Concerto in D major, Op. 77

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Royal Concertgebouw Orchestra
  • Eduard van Beinum

Bruch: Violin Concerto No. 1 in G minor, Op. 26

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Royal Concertgebouw Orchestra
  • Bernard Haitink

Brahms: Violin Concerto in D major, Op. 77

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • New Philharmonia Orchestra
  • Sir Colin Davis

Tchaikovsky: Violin Concerto in D major, Op. 35

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • New Philharmonia Orchestra
  • Sir Colin Davis

Tchaikovsky: Sérénade Mélancolique for Violin & Orchestra in B minor, Op. 26

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • New Philharmonia Orchestra
  • Jan Krenz

Tchaikovsky: Violin Concerto in D major, Op. 35

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Wiener Symphoniker
  • Bogo Leskovic

Bruch: Violin Concerto No. 1 in G minor, Op. 26

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Wiener Symphoniker
  • Bogo Leskovic

Bruch: Violin Concerto No. 1 in G minor, Op. 26

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • New Philharmonia Orchestra
  • Heinz Wallberg

Bruch: Scottish Fantasy, Op. 46

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • New Philharmonia Orchestra
  • Heinz Wallberg

Vieuxtemps: Violin Concerto No. 4 in D, Op. 31

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Orchestre des Concerts Lamoureux
  • Manuel Rosenthal

Vieuxtemps: Violin Concerto No. 5 in A minor, Op. 37

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Orchestre des Concerts Lamoureux
  • Manuel Rosenthal

Lalo: Symphonie espagnole, Op. 21

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Orchestre des Concerts Lamoureux
  • Jean Fournet

Chausson: Poème for Violin & Orchestra, Op. 25

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Orchestre des Concerts Lamoureux
  • Jean Fournet

Ravel: Tzigane

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Orchestre des Concerts Lamoureux
  • Jean Fournet

Lalo: Symphonie espagnole, Op. 21

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Orchestre des Concerts Lamoureux
  • Manuel Rosenthal

Chausson: Poème for Violin & Orchestra, Op. 25

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Orchestre des Concerts Lamoureux
  • Manuel Rosenthal

Ravel: Tzigane

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Orchestre des Concerts Lamoureux
  • Manuel Rosenthal

Saint-Saëns: Violin Concerto No. 3 in B minor, Op. 61

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Orchestre des Concerts Lamoureux
  • Jean Fournet

Saint-Saëns: Introduction & Rondo capriccioso, Op. 28

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Orchestre des Concerts Lamoureux
  • Jean Fournet

Saint-Saëns: Havanaise, Op. 83

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Orchestre des Concerts Lamoureux
  • Jean Fournet

Saint-Saëns: Violin Concerto No. 3 in B minor, Op. 61

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Orchestre des Concerts Lamoureux
  • Manuel Rosenthal

Saint-Saëns: Introduction & Rondo capriccioso, Op. 28

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Orchestre des Concerts Lamoureux
  • Manuel Rosenthal

Saint-Saëns: Havanaise, Op. 83

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Orchestre des Concerts Lamoureux
  • Manuel Rosenthal

Stravinsky: Violin Concerto in D

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Royal Concertgebouw Orchestra
  • Ernest Bour

Berg: Violin Concerto ‘To the Memory of an Angel’ (1935)

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • Royal Concertgebouw Orchestra
  • Igor Markevitch

Berlioz: Reverie et Caprice, Op. 8

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • New Philharmonia Orchestra
  • Edo de Waart

Tchaikovsky: Sérénade Mélancolique for Violin & Orchestra in B minor, Op. 26

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • New Philharmonia Orchestra
  • Edo de Waart

Wieniawski: Romance sans paroles in D minor, Op. 9

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • New Philharmonia Orchestra
  • Edo de Waart

Wieniawski: Légende in G minor, Op. 17

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • New Philharmonia Orchestra
  • Edo de Waart

Svendsen: Romance for Violin and Orchestra, Op. 26

  • Arthur Grumiaux (violin)
  • New Philharmonia Orchestra
  • Edo de Waart

Franck, C: Violin Sonata in A major

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Grieg: Violin Sonata No. 3 in C minor, Op. 45

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Franck, C: Violin Sonata in A major

  • Arthur Grumiaux (violin), György Sebok (piano)

Grieg: Violin Sonata No. 3 in C minor, Op. 45

  • Arthur Grumiaux (violin), György Sebok (piano)

Debussy: Violin Sonata in G minor

  • Arthur Grumiaux (violin), Riccardo Castagnone (piano)

Lekeu: Violin Sonata in G major

  • Arthur Grumiaux (violin), Riccardo Castagnone (piano)

Paganini: I Palpiti, Op. 13

  • Arthur Grumiaux (violin), Riccardo Castagnone (piano)

Paganini: Le Streghe, Op. 8, MS 19

  • Arthur Grumiaux (violin), Riccardo Castagnone (piano)

Debussy: Violin Sonata in G minor

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Ravel: Violin Sonata in G major

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Fauré: Violin Sonata No. 2 in E minor, Op. 108

  • Arthur Grumiaux (violin), Paul Crossley (piano)

Fauré: Violin Sonata No. 1 in A major, Op. 13

  • Arthur Grumiaux (violin), Paul Crossley (piano)

Lekeu: Violin Sonata in G major

  • Arthur Grumiaux (violin), Dinorah Varsi (piano)

Ysaÿe: Rêve d’enfant, Op. 14

  • Arthur Grumiaux (violin), Dinorah Varsi (piano)

Vieuxtemps: Ballade & polonaise, Op. 38

  • Arthur Grumiaux (violin), Dinorah Varsi (piano)

Tartini: Violin Sonata in G minor ‘Devil’s Trill’

  • Arthur Grumiaux (violin), Riccaro Castagnone (piano)

Corelli: Violin Sonata Op. 5 No. 12 in D minor (La folia)

  • Arthur Grumiaux (violin), Riccaro Castagnone (piano)

Vitali, T: Chaconne in G minor

  • Arthur Grumiaux (violin), Riccaro Castagnone (piano)

Veracini: Sonata in A major, Op. 1, No. 7

  • Arthur Grumiaux (violin), Riccaro Castagnone (piano)

Kreisler: Drei Walzer (Liebesfreud – Liebesleid – Schön Rosmarin)

  • Arthur Grumiaux (violin), Riccaro Castagnone (piano)

Kreisler: Caprice Viennois, Op. 2

  • Arthur Grumiaux (violin), Riccaro Castagnone (piano)

Kreisler: Tambourin Chinois, Op. 3

  • Arthur Grumiaux (violin), Riccaro Castagnone (piano)

Mozart: Serenade No. 7 in D major, K250 ‘Haffner’ – Rondo

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Wieniawski: Souvenir de Moscou, Op. 6

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Ravel: Vocalise-étude en forme de habanera

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Sarasate: Zigeunerweisen, Op. 20

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Fiocco, J H: Allegro

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Granados: Andaluza

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Albéniz: Tango

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Kreisler: Rondino on a Theme by Beethoven

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Bloch, E: Baal Shem

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Kodály: Adagio for viola (or cello or violin) & piano

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Paradis: Sicilienne

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Mozart: Serenade No. 7 in D major, K250 ‘Haffner’ – Rondo

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Gluck: Dance of the Blessed Spirits (from Orfeo ed Euridice)

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Granados: Andaluza

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Kreisler: Drei Walzer (Liebesfreud – Liebesleid – Schön Rosmarin)

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Veracini: Allegro

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Vivaldi: Concerto, Op. 3 No. 11 ‘Con due Violini e Violoncello obligato’, RV 565: Siciliano

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Leclair, J-M: Tambourin

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Beethoven: Minuets WoO 10 – No. 2 in G major

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Schubert: Ave Maria, D839

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Dvořák: Humoresque in G flat major, Op. 101 No. 7

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Massenet: Meditation (from Thaïs)

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Tchaikovsky: Valse sentimentale, Op. 51 No. 6

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Veracini: Largo

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Kreisler: Rondino on a Theme by Beethoven

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Kreisler: Andantino in the style of Martini

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Elgar: La Capricieuse, Op. 17

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Fauré: Après un rêve, Op. 7 No. 1

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Albéniz: Tango

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Vecsey, F: Valse triste

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Ponce, M: Estrellita

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Sibelius: Nocturne, Op. 24

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Pergolesi: Andantino

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Schubert: Ständchen ‘Leise flehen meine Lieder’, D957 No. 4

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Mozart: Divertimento No. 17 in D Major, K334: Minuet

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Schumann: Träumerei (from Kinderszenen, Op. 15)

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Dvořák: Sonatina for violin and piano in G major, Op. 100: Larghetto

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Gounod: Ave Maria

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Paganini: Sonata for violin & guitar in A major, Op. 3 No.6, MS 27 / 6

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Dvořák: Songs My Mother Taught Me, Op. 55 No. 4

  • Arthur Grumiaux (violin), Istvan Hajdu (piano)

Le Chopin de Rafael

Commandé il y a quelques semaines, j’ai enfin reçu ce double CD, si attendu.

Ce n’est ni le premier, ni le dernier billet que je consacre au pianiste andalou Rafael Orozco (1946-1996) : lire Un grand d’Espagne.

Voilà bien l’un des plus grands musiciens du siècle passé, un pianiste qui, depuis ma première rencontre avec lui (les concertos de Rachmaninov), n’a cessé de me surprendre, de m’émouvoir, de susciter une admiration toujours renouvelée, quelque soit le répertoire dans lequel je l’écoute.

En 2015, j’écrivais : il n’aura jamais la carrière discographique que son talent et sa personnalité hors normes auraient dû lui ouvrir. On en est réduit à rechercher ici et là, sur les sites de téléchargement, des Mozart, des Chopin enregistrés pour la bEMI, Albeniz et Falla gravés pour Valois/Auvidis (qui les ressort au compte-gouttes). Un conseil : dès que vous trouvez un enregistrement d’Orozco, achetez-le, écoutez et réécoutez-le/…./Qui nous restituera un jour le legs discographique de ce grand d’Espagne, trop tôt disparu ?« 

Chopin ressuscité

Depuis 2015, la situation n’a guère évolué. C’est dire si ce double CD édité par Warner est plus que bienvenu. Jean-Charles Hoffelé y explique d’ailleurs les raisons d’une discographie erratique. D’abord EMI Londres, après le fulgurant succès d’un pianiste de 19 ans au prestigieux Concours de Leeds, puis, cornaqué par Alexis Weissenberg et son impresario, l’incontournable Michel Glotz, la branche française d’EMI, avant que Philips ne lui offre quelques très belles sessions (dont ne subsistent, disponibles, que les concertos de Rachmaninov avec Edo de Waart). Puis Valois/Auvidis. Et depuis sa mort prématurée en 1996, des suites d’une maladie qui a emporté tant de ses contemporains, les labels successifs de Rafael Orozco l’ont oublié, nous privant d’un héritage discographique où absolument rien n’est secondaire ou négligeable. Alors je repose la question : Warner (pour EMI) et Decca (pour les disques Philips) ne pourraient-ils enfin nous restituer les trésors qui dorment dans leurs placards ?

J’avais déjà réussi à trouver les Etudes de Chopin en CD il y a quelques années, au sommet de ma discothèque (avec l’opus 25 de Geza Anda), captées sous l’égide de Michel Glotz, salle Wagram à Paris en 1970 et 1971.

Je découvre aujourd’hui les Préludes, enregistrés au lendemain de Leeds, en décembre 1967, à Londres (l’opus 45 et l’opus posthume le seront à Paris en 1971).

D’autres diraient mieux que moi les caractéristiques de l’art pianistique de Rafael Orozco. Dans ces Préludes de Chopin, il n’emporte pas tout sur son passage comme une Martha Argerich, il ne creuse pas chaque sillon comme un Claudio Arrau, il ne surligne pas le romantisme de ce « journal de Majorque » comme tant de ses confrères. Il fait ce qu’il a toujours fait, une technique superlative au service exclusif du texte, la densité d’une sonorité jamais forcée, d’où sourdent immanquablement tendresse et émotion retenue.

C’est bien pourquoi on réclame que les autres Chopin de Rafael le magicien nous soient restitués

Je signale – parce que je l’ai trouvé récemment sur un site espagnol – un « live » du second concerto de Brahms, indispensable comme tout ce qu’on peut trouver de Rafael Orozco :

L’autre Richter du piano

Cela fait longtemps que j’aurais dû évoquer cet illustre pianiste, par exemple l’année dernière dans la série Beethoven 250.

Hans Richter-Haaser est l’archétype du pianiste allemand, abreuvé aux sources les plus classiques, Beethoven, Brahms, Schumann. Il naît en 1912 à Dresde et meurt en 1980 à Brunswick. Sa carrière est relativement brève et tardive – la Seconde guerre mondiale l’interrompt de longues années. Il ne fait ses débuts à New York qu’en 1959 – il a 47 ans ! – et à Salzbourg en 1963.

Sur les traces de Brahms

En 1947 Hans Richter-Haaser s’installe à Detmold, une ravissante cité de l’actuel Land de Rhénanie du Nord-Westphalie, jadis chef-lieu du comté de Lippe. Où 90 ans plus tôt, Brahms a occupé, de 1857 à 1859, le poste de professeur de musique et de directeur de la société de chant de la Cour du prince Leopold III de Lippe. Une ville visitée lors de mon premier séjour en Allemagne (lire La découverte de la musique : France-Allemagne).

Dans le château de Detmold est conservé cet étrange piano ovale qui fut celui de Brahms.

Brahms qui, pendant son séjour à Detmold, entreprend son 1er concerto pour piano, compose ses deux sérénades pour orchestre, des Lieder, dont Unter Blüten des Mai’s spielt’ich mit ihrer Hand. Ce lied évoque une rencontre, celle d’Agathe von Siebold. Un été, il s’adonnera à sa nouvelle passion avec tant de fougue que Clara Schumann sera vexée qu’il ait rencontré une autre femme aussi vite. Son deuxième sextuor à cordes opus 36 fait, dans la première phrase, allusion à Agathe von Siebold : il contient en effet la suite de notes : la-sol-la-si-mi (en allemand : A-G-A-H-E). Peu après leurs fiançailles, Brahms change d’avis : il se sent incapable d’avoir une liaison. Il restera célibataire le restant de ses jours…

Beethoven d’abord

Richter-Haaser se fait repérer, heureusement, par quelques grands chefs et directeurs artistiques. Ce qui nous vaut une discographie certes restreinte mais d’une exceptionnelle qualité, pour la majeure partie consacrée à Beethoven.

Première salve Beethoven chez Philips : en novembre 1955 il enregistre aux Pays-Bas les sonates 8, 14 et 23, en mars 1956 les 21 et 28, en mai 1958 la 24, et en juin 1957 à Vienne il se joint à un prestigieux plateau – Teresa Stich-Randall, Hilde Rössl-Majdan, Anton Dermota, Paul Schöffler – pour la seule version enregistrée par Karl Böhm de la Fantaisie chorale de Beethoven

Walter Legge, le célèbre producteur d’EMI, l’attire dans son écurie et, de 1959 à 1964, va lui faire enregistrer, dans les mythiques studios d’Abbey Road, les concertos 3, 4, 5 de Beethoven (avec le Philharmonia dirigé par Giulini et Kertesz), treize sonates et les variations Diabelli.

Un coffret très précieux, un indispensable de toute discothèque.

Karajan, Sanderling, Moralt

Hans Richter-Haaser laisse au disque deux magnifiques concertos de Brahms : le second avec Karajan, magnifiquement capté en stéréo à Berlin, en 1957.

Le premier concerto (celui que Brahms entama à Detmold !) est capté « live » à Copenhague avec Kurt Sanderling :

Les collectionneurs connaissent quelques rares autres disques du pianiste allemand :

Les concertos de Grieg et de Schumann, gravés pour Philips, en 1958 à Vienne : ce n’est pas faire injure à Richter-Haaser que de noter que son Grieg est bien sérieux, et que l’accompagnement de Rudolf Moralt – dont c’était le dernier enregistrement ! – est bien plan plan !

Des sonates de Schubert

Deux concertos de Mozart avec Istvan Kertesz, reparus en CD en 1991 (pour le bicentenaire de la mort du compositeur) mais devenus introuvables

Et puis à nouveau Beethoven captés en concert en 1971 et 1978 à Leipzig avec le grand chef est-allemand Herbert Kegel.

Mauvais traitements (III) : Quarantième rugissante

Dernière minute : J’ai appris hier tard dans la soirée la disparition soudaine de Stefano Mazzonis di Pralafera, qui dirigeait l’Opéra royal de Wallonie, à Liège, depuis 2007. On le savait malade, mais sa mort brutale a surpris ses amis, dont j’étais.

Nous savions, lui et moi, quelle était notre responsabilité de conduire les deux magnifiques vaisseaux amiraux de la flotte culturelle de Liège, lui l’Opéra, son choeur, son orchestre, moi l’Orchestre philharmonique royal de Liège, chacun dans deux magnifiques écrins – un luxe inouï pour une ville comme Liège – le « Théâtre royal » pour lui, la Salle Philharmonique pour moi. Il nous est arrivé d’être concurrents, parce que nous visions l’excellence, la conquête de nouveaux publics, il m’est arrivé de ne pas partager certaines des options artistiques de Stefano, mais l’amitié n’a jamais faibli ni failli. Je me rappelle encore cette grande entreprise menée de concert, cette soirée au Théâtre des Champs-Elysées le 31 octobre 2012, où ensemble nous étions allés promouvoir les couleurs de Liège (lire Giscard et la princesse). Je me rappelle aussi ma dernière venue à Liège, il y a plus d’un an, avant la crise sanitaire. Une belle soirée d’opéra, dans la loge royale, avec Stefano et Alexise. Un moment de bonheur. Pensées affectueuses pour celles et ceux qu’il laisse dans la tristesse.

La difficile Quarantième

J’ai découvert la 40ème symphonie de Mozart dans les années 70, au moment où le dénommé Waldo de Los Rios vendait des milliers de disques en « arrangeant » à la sauce pop de grands classiques.

Je trouvais ça nul, et à mes copains de lycée qui avaient l’air d’apprécier, je montrai un jour la « pub » (une des premières que j’aie vues dans l’univers du classique) de Philips, qui faisait la promotion d’un disque bon marché des symphonies 40 et 41 dirigées par Karl Böhm : « La 40ème préférez l’original »

Pour de longues années, ce serait ma version de référence, la seule de ma modeste discothèque.

Puis, devenu lecteur de Diapason, je suivrais la réalisation de l’intégrale des « grandes » symphonies par Josef Krips à la tête du même Concertgebouw que Böhm, mais le prix trop élevé du coffret de 33 tours me dissuaderait de l’acheter.

Ce n’est que lors d’un Disques en Lice, la défunte émission de critique de disques de la Radio Suisse romande (voir Une naissance ) que je tombai de haut en découvrant la version amorphe, étrangement lente et sans élan, du chef viennois tant admiré dans Mozart. La maladie qui devait l’emporter en 1974 était-elle responsable de ce parti pris ?

Le « live » du même Krips à la tête de l’Orchestre national de France, en 1965 au Théâtre des Champs-Elysées, révèle tout de même une conception plus alerte, même si pas vraiment « molto allegro« , de cette symphonie.

Au début des années 60, les jeunes chefs d’alors suivaient les indications de Mozart, sans « romantiser » une symphonie qui n’en a nul besoin.

Dans les années 70, un Karajan plus soucieux d’élégance, de fluidité… et de virtuosité, allait livrer des versions sans aspérités, proscrivant drame et ruptures.

Leonard Bernstein, tant à New York en 1964, qu’à Vienne dix ans plus tard, n’arrive pas à trouver son chemin : un legato hors de propos, une articulation saccadée. Quelque chose qui ne fonctionne pas..

La lenteur, la pesanteur, n’ont rien à faire avec l’âge du chef ou l’époque.

Je découvre, pour ce billet, cet enregistrement de 1949 de Wilhelm Furtwängler et des Berliner Philharmoniker. Vraiment rien de compassé, d’empesé ! Quel élan, quelle éloquence !

A l’inverse, un Carlo Maria Giulini qu’on a tant admiré dans ses légendaires Don Giovanni ou Noces de Figaro, enregistre à Berlin dans les années 90, les trois dernières symphonies de Mozart dans des tempi crépusculaires, qu’on a peine à écouter jusqu’au bout…

La découverte de la musique (XIII) : sacrés Mozart et Verdi

Je n’avais jamais fait attention jusqu’à hier (!) à ce que la date de naissance de Mozart coïncide avec celle de la mort de Verdi : Wolfgang est bien né un 27 janvier… 1756 à Salzbourg, et Giuseppe est bien mort un 27 janvier… 1901 à Milan

Une date propice au génie ? Sans aucun doute pour ce qui les concerne !

L’occasion, pour moi, de poursuivre le voyage dans mes souvenirs ou comment j’ai découvert Mozart et Verdi ! Et, à rebours sans doute du plus grand nombre, ce n’est pas d’abord par l’opéra que j’ai commencé, mais par la musique sacrée.

Mozart à la messe

Pour Mozart, je me rappelle un cadeau de Noël fait à quelqu’un de ma famille : le Requiem dirigé par Karl Böhm, un disque Philips/Fontana, enregistré en novembre 1956, avec un joli quatuor de solistes. Une version qui ne m’a jamais passionnée, que j’ai peu écoutée. Sauf pour la voix de Teresa Stich Randall… que j’ai découverte grâce à ce disque.

Je ne sais plus pourquoi, adolescent, je me suis intéressé à deux messes de Mozart en particulier, dont la messe dite « des moineaux« , l’oeuvre d’un Mozart de 19 ans, une messe brève (vingt minutes) qui porte ce surnom parce qu’un passage du Sanctus aux violons peut faire penser à un pépiement d’oiseaux. J’ai déjà raconté ici (L’été 73) la surprise qui avait été la mienne d’entendre cette messe dans le cadre d’un office du dimanche dans une église de Munich, et la qualité de l’orchestre et du choeur de l’église !

Verdi sacré

Mes souvenirs s’emmêlent à propos de Verdi (chez qui je suis – trop brièvement – passé l’été dernier : Parme, Toscanini, Verdi). Je pense avoir découvert ses quatre Pezzi sacri… avant son Requiem. Et dans la version de Zubin Mehta enregistrée à Los Angeles, un disque (peut-être acquis en solde ?) paru dans une collection de Decca France à couverture rose fuchsia très seventies

Et seulement après (une offre de mon club du disque suisse !) la version terrifiante du Requiem signée Solti (ma première chaîne stéréo Dual s’en est longtemps souvenue)

Cette version du Requiem a longtemps été la seule pour moi, celle qui m’a fait aimer Marilyn Horne (qui supporte l’adjectif anglais terrific), Pavarotti bien sûr, et l’immense Martti Talvela, mais m’a durablement éloigné de Joan Sutherland, très grande artiste que je respecte, mais dont je ne suis jamais parvenu à aimer ni la voix, ni le timbre, ni la diction.

Les raretés du confinement (V) : Gitlis, Fou Ts’ong

S’il y a bien un terme tout à fait abusif pour décrire ce qui s’est passé ce 15 décembre en France, c’est bien celui de « déconfinement ». Certes, les autorisations pour se déplacer ont disparu, mais comment peut-on oser parler de déconfinement, lorsque la vie culturelle – et sportive – reste interdite, lorsque les lieux de vie et de convivialité essentiels que sont les cafés et les restaurants sont fermés pour plusieurs semaines encore ? Cette série n’est donc pas près de s’arrêter !

Deux disparitions : Ivry Gitlis, Fou Ts’ong

Je ne me suis pas cru obligé d’en rajouter sur la mort d’Ivry Gitlis, que même l’Elysée a honoré d’un long communiqué de presse. Moi aussi je l’ai souvent vu ces dernières années s’inviter au concert, dans les loges, jouer dans de mauvais films, moi aussi j’aime certains de ses enregistrements, mais je m’en tiendrai là, pour ne pas rompre l’unanimité des éloges à son sujet.

Une autre disparition me touche plus, celle, annoncée hier par François-Frédéric Guy, du pianiste britannique d’origine chinoise Fou Ts’ong.

Je l’ai quelquefois aperçu à Bruxelles, lorsqu’il siégeait au jury du Concours Reine Elisabeth, je l’ai surtout aimé par le disque, même si sa discographie est cahotique. Rassembler ses disques ressemble à un parcours du combattant ! Chopin d’abord – Sony serait bien inspiré de rééditer ses introuvables Mazurkas, Nocturnes et autres Barcarolle ou Polonaise-Fantaisie

Magnifiquement captées sur un piano Erard, on ne se lasse pas des Mazurkas gravées par Fou Ts’ong pour l’édition nationale polonaise de l’oeuvre de Chopin.

Mais on cherchera tout autant les Scarlatti, Haydn, Mozart, Schubert, Debussy, disponibles notamment sur le label Meridian

16 décembre : la naissance de Beethoven

#Beethoven250 Louis van Beethoven est né le 16 décembre 1770 à Bonn (sur les origines de sa famille lire : Si Beethoven était né à Liège)

Dans ma discothèque beaucoup de passionnantes versions de la IXème symphonie. L’une d’elles est rarement citée comme une référence, et pourtant, du début à la fin – l’Ode à la joie de SchillerCharles Munch crée et maintient une tension exceptionnelle ! et quel quatuor de solistes ! et quel merveilleux Boston Symphony Orchestra

17 décembre : Geza Anda et Chopin

À l’époque où il y avait à Paris et dans les grandes villes de nombreux magasins de CD et DVD à tout petit prix, on trouvait, dans le classique, d’improbables collections, où se côtoyaient le pire et le meilleur, comme cette collection « Ermitage » qui reprenait, plus ou moins officiellement, des captations réalisées par la Radio suisse italienne, souvent lors du Festival de Lugano. Depuis que j’ai acheté ce récital de Geza Anda (1921-1976), et en particulier les Etudes op. 25 de Chopin, c’est devenu l’un des disques auxquels je reviens souvent. Je ne connais pas version plus admirablement poétique de la première des études op.25.

18 décembre : Beethoven et Kondrachine

#Beethoven 250

S’il y a un grand chef qu’on n’associe pas à Beethoven – à tort ! – c’est bien Kirill Kondrachine (1914-1981) – lire Le Russe oublié – : un seul enregistrement officiel à Moscou en 1967 de la Quatrième symphonie, un « live » à Cologne de la Deuxième symphonie en 1979, et le 11 mars 1979, magnifiquement captée au Concertgebouw d’Amsterdam, une Eroica d’anthologie : lire Kondrachine l’Héroïque.

19 décembre : Harold en Italie

Aucun voyage, ni proche ni lointain, à l’horizon de la fin de cette année ! On continue donc le voyage au coeur de ma discothèque, et on accompagne aujourd’hui Harold/Berlioz en Italie. J’ai déjà raconté les circonstances de la composition de cette oeuvre pour alto principal et orchestre : Harold en Russie

Et malgré la richesse de la discographie de cette oeuvre, je continue de placer tout en haut de mes références personnelles, un disque jadis acquis en vinyle, et très longtemps demeuré non réédité en CD. Une version 100% russe, où l’alto de Rudolf Barchai (1924-2010) – définitivement bien meilleur instrumentiste que chef d’orchestre – incarne véritablement Harold, et où la direction fiévreuse de David Oistrakh (1908-1974) épouse toutes les humeurs du génie berliozien

20 décembre : Le ténor magnifique

Les clichés ont la vie dure, en musique comme en art en général. Aux voix méditerranéennes l’opéra italien ou les chansons espagnoles, aux autres Wagner ou Sibelius 🙂Dans ma discothèque, le ténor magnifique Fritz Wunderlich (1930-1966) mort à 36 ans, occupe une place à part. Et lorsqu’il chante, même en allemand, la chanson du Mexicain Agustin Lara, Granada, tout le soleil du monde est dans sa voix !

21 décembre : Shéhérazade et Armin Jordan

C’est une rareté dans la discographie considérable du chef-d’oeuvre de Rimski-Korsakov (1844-1908) Shéhérazade que l’enregistrement réalisé en 1990 par Armin Jordan et l’Orchestre de la Suisse romande, paru à l’époque sous étiquette Virgin. C’est une vive émotion, pour moi, de découvrir la captation télévisée qui avait été faite – j’étais dans la salle du Victoria Hall – de cette Shéhérazade, et de retrouver, outre mon cher Armin Jordan (lire Etat de grâce) tant de visages familiers : Abdel Hamid El Shwekh violon solo, François Guye violoncelle solo, Bruno Schneider au cor, et bien d’autres que j’avais, pour certains, revus il y a quatre ans.

22 décembre : le maître de ballet

Abondance de raretés, de trésors cachés, de répertoires inconnus, de musiques douces, légères et dansantes dans ce coffret hommage au chef d’orchestre Richard Bonynge (né en 1930) : lire Le Maître de ballet

23 décembre : White Christmas ?

Si comme moi vous ne supportez plus d’entendre de mauvaises versions de chants de Noël – comme Jingle bells – dans les rues commerçantes ou les grandes surfaces, revenez à la tradition des Boston Pops et de leur chef légendaire Arthur Fiedler (1894-1979). Comme à cette pièce qui évoque d’abord l’hiver de Leroy Anderson, écrite en 1948 : Sleigh Ride

24 décembre : Rêves d’hiver

La première symphonie de Tchaikovski est une invitation : Rêves d’hiver. C’est avec Lorin Maazel (1930-2014) et l’Orchestre philharmonique de Vienne que je l’ai découverte, puis j’ai aimé le jeune Michael Tilson-Thomas à Boston… et Karajan à Berlin : Les rêves d’hiver de Tchaikovski

25 décembre : Noël suédois

Ce fut d’abord un vinyle – paru en 1976 – puis un CD en 2003, un ensemble suédois inconnu (http://www.oscarsmotettkor.se), un disque de démonstration pour audiophiles.Cela reste, en 2020, une des plus originales compilations de chants de Noël. Ecoutez, par exemple :

26 décembre : Saint Etienne

Le 26 décembre est la fête des Etienne, Stéphane (et dérivés !). En 1811, pour l’inauguration du grand théâtre de Pest (actuelle partie de Budapest), dont la construction a été décidée par l’empereur François Ier d’Autriche, Beethoven met en musique un texte de Kotzebue : Le Roi Etienne, qui célèbre Etienne Ier, le fondateur de la Hongrie en l’an 1000. Cette musique de scène créée le 9 février 1812, est en dix parties.

Peu de versions intégrales, à la très médiocre version Chung, on préfèrera Michael Tilson Thomas avec l’Orchestre symphonique de Londres

27 décembre : Le Groupe des Six

Seule oeuvre collective du Groupe des Six (lire Groupe de Six), Les Mariés de la Tour Eiffel est un ballet créé en 1921 auquel ont contribué Georges Auric, Arthur Honegger, Germaine Tailleferre, Francis Poulenc et Darius Milhaud, et bien sûr Jean Cocteau

28 décembre : Les Dossiers de l’écran

C’est devenu l’un des plus célèbres génériques de la télévision française (« Les Dossiers de l’écran« ), une des musiques du film de Melville, L’Armée des ombres, et accessoirement de « Papy fait de la résistance » ! Morton Gould (1913-1996) – lire Le dossier Gould – compose ses Spirituals en 1941 : le quatrième mouvement est intitulé Protest.

Beethoven 250 (XVIII) : Kondrachine l’Héroïque

Avant la fin de cette année de célébration des 250 ans de la naissance de Beethoven, je ne veux pas oublier de célébrer un immense chef qu’on n’a jamais – à tort – associé à Beethoven, le Russe oublié, Kirill Kondrachine (1914-1981).

Il faut dire que les témoignages beethovéniens au disque de Kirill Kondrachine sont très rares : une Quatrième symphonie enregistrée à Moscou en 1967

et une exceptionnelle « Héroïque » glorieusement captée avec et au Concertgebouw d’Amsterdam

Ci-dessous l’enregistrement audio de la Troisième symphonie, à partir de ma discothèque.

On trouve aussi sur You une Deuxième symphonie captée à Cologne :

Tout cela ravive nos regrets de ne pas disposer de plus de témoignages de Kondrachine dans Beethoven. Nous sommes un peu consolés de l’entendre « accompagner » – le terme est impropre s’agissant des concertos de Beethoven – Oistrakh, Richter ou Gilels.

Les raretés du confinement (IV)

S’il y a bien un terme tout à fait abusif pour décrire ce qui s’est passé ce 15 décembre en France, c’est bien celui de « déconfinement ». Certes, les autorisations pour se déplacer ont disparu, mais comment peut-on oser parler de déconfinement, lorsque la vie culturelle – et sportive – reste interdite, lorsque les lieux de vie et de convivialité essentiels que sont les cafés et les restaurants sont fermés pour plusieurs semaines encore ?

Cette série n’est donc pas près de s’arrêter !

Résultat peut-être du premier confinement ? la naissance hier de mon troisième petit-enfant, une jolie princesse prénommée Adèle. Ses grands frère (7 ans) et soeur (5 ans et demi) sont déjà impatients de jouer les nounous.

6 décembre

Le 6 décembre 1917 le parlement finlandais votait l’indépendance de la Finlande, durant des siècles tantôt rattachée au royaume de Suède tantôt dominée par la Russie tsariste. Le 6 décembre marque la fête nationale finlandaise.Une curiosité – peu connue – dans l’abondante discographie du chef japonais Seiji Ozawa (85 ans) : tout un disque d’hymnes nationaux du monde entier enregistré avec le NEW JAPAN PHILHARMONIC, orchestre qu’il fonda en 1972 et que Christian Arming dirigea de 2003 à 2013. Dans ce disque évidemment l’hymne national finlandais !

7 décembre

L’Orchestre Philharmonique Royal Liège fête ses 60 ans. On se rappelle les concerts exceptionnels donnés le 7 décembre 2000 pour ses 40 ans et surtout le 7 décembre 2010 pour ses 50 ans (lire: Anniversaires privé/public). Dans le coffret de 50 CD publié pour les 50 ans de l’Orchestre, il y a plusieurs raretés : comme ce 2ème concerto pour piano d’Erwin Schulhoff (1894-1942), ici sous les doigts de Claire-Marie Le Guay et sous la baguette de #LouisLangrée

8 décembre

Formidable nouvelle que cette nomination de mon amie Nathalie Stutzmann comme « Principal Guest Conductor » du Philadelphia Orchestra.

Souvenir du tout premier disque acheté de Nathalie Stutzmann chanteuse, après une écoute comparée d’un Disques en Lice, la défunte émission de critique de disques de la RADIO TELEVISION SUISSE (RTS), à laquelle participait Gérard Lesne : lui comme moi étions envoûtés par la beauté et le mystère de cette voix androgyne.

9 décembre

Envie d’évoquer aujourd’hui l’une des grandes chanteuses françaises, la soprano Andréa Guiot (née en 1928), originaire de Nîmes; qui n’a pas la notoriété, la célébrité même, que mériteraient son talent et la splendeur de sa voix. J’avais eu la chance de la rencontrer au début des années 90 dans une émission – Disques en Lice – de la Radio Suisse romande, à laquelle l’avait conviée François Hudry. Nous avions passé un merveilleux moment et beaucoup sympathisé. Quelques mois plus tard, je me trouve au festival d’Aix-en-Provence dans la cour de l’Archevêché, assis juste derrière elle. Nous nous saluons comme des amis qui se seraient quittés la veille, et me voilà incapable, de toute la soirée, de me rappeler son nom et de la présenter à la personne qui m’accompagnait ce soir-là… Ici, c’est peut-être la meilleure Micaela de toute la discographie au côté de l’impérial Don José de Nicolai Gedda : la Carmen de Maria Callas était décidément bien entourée !

10 décembre

Je ne me suis jamais rangé dans la catégorie des admirateurs absolus de celle qu’on appelle « la » Callas J’ai même souvent été agacé par la surexploitation médiatique, discographique, d’une légende qui a fini par occulter la vraie personnalité et l’art singulier de la chanteuse » C’est ce que j’écrivais – lire Callas intime – à l’occasion des 40 ans de la disparition de la cantatrice. J’évoquais hier Andréa Guiot (et Nicolai Gedda) partenaires de Maria Callas dans l’enregistrement de Carmen dirigé par Georges Prêtre

Je (re)découvre pas à pas l’artiste exceptionnelle, la voix si singulière, l’incroyable charisme qui se dégage de sa présence sur scène, comme dans cet extrait de Médée de Cherubini, capté le 10 décembre 1953 à la Scala, avec un Leonard Bernstein de 35 ans dans la fosse ! Inouï !

11 décembre

Cette rubrique est malheureusement appelée à se prolonger, si l’on en croit les dernières annonces gouvernementales ! Une si longue, trop longue, attente pour la musique vivante,qu’aucune vidéo, aucun disque, ne remplacera jamais.Soutien et solidarité avec tous les artistes, tous ceux qui font vivre la culture !

Puisque nous sommes encore dans l’année Beethoven, une découverte pour moi, une rareté de ma discothèque :

#Beethoven250 C’est par hasard que j’ai redécouvert quelques symphonies de Beethoven, enregistrés par Karl Münchinger à la tête de l’orchestre de la radio (et non de son orchestre de chambre) de Stuttgart. Depuis que j’ai pu acquérir les symphonies 2, 3, 6, 7 (en attendant d’en trouver d’autres ?), je vais de bonne surprise en émerveillement. Lire la suite : Beethoven 250 : Karl Münchinger, la grandeur classique.

12 décembre

Ne pas désespérer malgré tout…Cette célèbre chanson de LeoncavalloMattinata – écrite en 1904 pour la Gramophone Company, ancêtre d’EMI, dédiée à Caruso, qui en fait le premier enregistrement avec le compositeur au piano, fait partie d’un disque du ténor Franco Bonisolli (1938-2003) dont les frasques firent autant que sa voir d’or pour sa réputation. Un disque réédité dans un coffret Orfeo intitulé : Legendary Voices (lire Légendaires)

13 décembre

La Sainte-Lucie (Sankta Lucia en suédois, Lucia en raccourci) est célébrée le 13 décembre en l’honneur de sainte Lucie de Syracuse. Elle marque, avec l’Avent, le début de la saison de Noël. Traditionnellement une fête importante dans toute la Chrétienté occidentale, elle est aujourd’hui célébrée en Scandinavie et en Europe méridionale, particulièrement en Suède, au Danemark, en Norvège, en Finlande, en Italie, en Islande et en Croatie.La fête correspond au premier jour à partir duquel le soleil se couche plus tard que la veille dans l’hémisphère nord. Le dicton « à la sainte-Luce, le jour avance du saut d’une puce » correspond à cette observation (la forme Luce est employée pour la rime).La fête de Sainte-Lucie est attendue par les petits et les grands au coeur de l’hiver scandinave (lire Etoiles du Nord )

Santa Lucia c’est aussi l’une des plus célèbres chansons napolitaines, écrite en 1849 par Teodoro Cottrau – elle évoque la vue sur le golfe de Naples du haut du Borgo Santa Lucia. Il est assez savoureux de l’entendre ici chantée en suédois !

14 décembre

Le jour où l’on devient grand-père pour la troisième fois et qu’on pense déjà à ce qu’on chantera doucement pour endormir la petite princesse née cet après-midi, on se remémore un disque précieux de sa discothèque et cette sublime Berceuse de Brahms chantée par Victoria de Los Angeles, accompagnée par Rafael Frühbeck de Burgos et le Sinfonia of London (EMI, 1964)

15 décembre

On célèbre en ce mois de décembre les 60 ans de l’Orchestre philharmonique royal de Liège. L’un de mes meilleurs souvenirs, et une fierté aussi, de mes années passées à la direction de l’orchestre, est incontestablement la discographie construite au fil des ans, comme par exemple cette intégrale de l’oeuvre concertante d’Edouard Lalo (ce compositeur que j’avais décrit jadis, dans une pochette de disque, comme L’éternel second).

De Lalo on ne connaît vraiment que sa populaire Symphonie espagnole ou son concerto pour violoncelle. Ce beau coffret est l’occasion de redécouvrir le charme de son Concerto russe, ici sous l’archet sensible d’Elina Buksha, tout juste 30 ans, passée par la Chapelle musicale Reine Elisabeth et la direction idiomatique de Jean-Jacques Kantorow.

Beethoven 250 (XI) : Jochum Amsterdam

Encore un chef trop rarement cité comme beethovénien, et pourtant trois intégrales des symphonies à son actif : Eugen Jochum (1902-1987).

Dans un billet de janvier 2018 (Jochum suite et fin), je regrettais que Deutsche Grammophon, en rééditant le legs discographique du chef allemand en deux forts pavés, ait étrangement omis les enregistrements symphoniques réalisés pour Philips. Oubli réparé par ce coffret de la série Eloquence.

61KiUXEezSL._SS500_

Beethoven à Amsterdam

On retrouve logiquement dans ce coffret l’intégrale des symphonies de Beethoven enregistrée par Philips à la fin des années 60 avec l’orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam par Eugen Jochum pour le 200ème anniversaire de la naissance de Beethoven (1970).

816f+7gQ8DL._SL1500_

J’ai précieusement conservé ce coffret qui fut l’un des premiers de ma discothèque d’adolescent, un cadeau de mes parents. C’est avec Jochum, et les somptueuses sonorités de la phalange amstellodamoise, que j’ai appris mon Beethoven.

J’ai, depuis, arpenté bien d’autres chemins interprétatifs, découvert, aimé nombre de versions plus ceci ou plus cela, mais je suis toujours revenu à ces amours de jeunesse. La Neuvième de Jochum à Amsterdam – le finale ! – continue de me bouleverser à chaque écoute.

Le coffret contient une autre 5ème de Beethoven, que je ne connaissais pas, éditée, semble-t-il, pour la première fois en CD, captée en 1951 avec l’orchestre philharmonique de Berlin.

Ainsi que plusieurs ouvertures de Beethoven captées à Amsterdam.

71HHyYAMwZL._SL1464_

Les pépites

Ce coffret Eloquence n’est pas avare de références, pour certaines devenues introuvables.  Des Mozart plus allants, moins millimétrés que les Böhm contemporains – symphonies 35, 36, 38, 41 à Amsterdam.

Deux Quatrième, Schubert et Schumann, des Wagner et Richard Strauss qu’on avait connus par un double CD Tahra.

41nGlBZU4SL

On retrouve le 1er concerto de Beethoven et le 14ème de Mozart à Bamberg avec au piano la fille du chef, Veronica Jochum von Moltke.

Mais surtout un concert légendaire – qui nous est restitué dans son intégralité – pour célébrer le 1200ème anniversaire de la fondation de l’abbaye bénédictine d’Ottobeuren, le 31 mai 1964, avec une Cinquième symphonie de Bruckner qui est ma référence jamais égalée.

ottobeuren