Emballages/Etalages

L’Arc emballé

Ce qui est bien avec les réseaux sociaux, c’est qu’on a du prêt-à-penser à peu près sur tout.

Ainsi de l’emballage de l’Arc de triomphe de Paris, réalisation d’un projet formé depuis de longues années par Christo et Jeanne-Claude. On a tout lu, tout, n’importe quoi et le contraire. À commencer par de violentes critiques de la Maire de Paris – à qui il y a bien des choses à reprocher… sauf celle-ci ! -, du président de la République qui l’a inauguré, de l’Etat qui jette l’argent par les fenêtres…Tout le monde sait, ou devrait savoir, maintenant que cette réalisation n’a rien coûté au contribuable parisien/français.

Donc je suis allé voir l’objet de tant de passions.

Mardi soir. Mais on ne pouvait accéder à une partie de la place de l’Etoile, a fortiori pas aux abords et sous l’Arc de triomphe, probablement une manifestation officielle, à en juger par la présence de musiciens de la Garde républicaine.

J’ai trouvé ça saisissant, impressionnant, et je ne me suis pas posé la question de la valeur artistique, de la pertinence du « geste » des concepteurs (désolé je ne sais pas parler le jargon des critiques et spécialistes d’art contemporain). J’ai même trouvé ça beau. Je n’avais distingué sur aucune photo ni aucun reportage, la trame bleu blanc rouge, subtile, discrète, de l’emballage.

La très riche Samaritaine

Un peu avant, j’étais passé par la Samaritaine, au droit du Pont Neuf (oui ce Pont Neuf que Christo et Jeanne-Claude avaient emballé en 1985, suscitant les mêmes polémiques, mais sans les réseaux sociaux !).

La Samaritaine de 2021 n’a rien, mais vraiment plus rien à voir avec le grand magasin populaire de la rive droite qu’il fut durant plus d’un siècle. C’était le pendant du très chic Bon Marché de la rive gauche. C’est aujourd’hui la vitrine du groupe LVMH de Bernard Arnault et de ses marques. La belle façade sur la Seine cache désormais un hôtel de luxe.

La structure métallique et une bonne partie de la décoration d’origine ont été préservées et restaurées.

Mais on s’interroge sur la pertinence de cette ouverture d’une nouvelle grande surface du luxe, surtout après la crise sanitaire qui a éloigné pour longtemps de la capitale française les riches touristes chinois, indiens ou arabes qui constituaient l’essentiel de la clientèle des grands magasins du boulevard Haussmann.

La façade sur la rue de Rivoli qui a fait l’objet de multiples recours et causé un retard de dix ans dans la réouverture de la Samaritaine.

Hautes figures

Je l’ai lue. Puis je l’ai écoutée. Entendue. Et enfin rencontrée. Il était tellement aisé d’aimer sa pensée et sa personne. Et la voilà partie…
C’est ainsi que Christiane Taubira rend le plus poétique et doux des hommages à Françoise Héritier, l’anthropologue disparue mercredi, le jour de son 84ème anniversaire (lire son papier dans Le Monde Un esprit libre et opiniâtre).

J’avais bien aimé la sensualité et la légèreté qui se dégageaient de ce Goût des mots.

71L0vqQ7qgL

Françoise Héritier poursuit ici son exploration tout en intimité et en sensualité de ce qui fait le goût de l’existence.
Elle nous invite à retrouver nos étonnements d’enfance, quand la découverte des mots, à travers leur brillance, leur satiné, leur rugosité, s’apparentait à celle de la nature et des confitures.
À travers les mots, c’est le trésor caché s’établissant en nous entre les sons, les couleurs, les saveurs, les touchers, les perceptions et les émotions qu’elle nous convie ici à redécouvrir.
À chacun, à son tour, à partir de quelques mots, de trouver la richesse de l’univers intime qu’il porte en soi. (Présentation de l’éditeur).

L’autre haute figure de notre mémoire vive, qui nous a quittés hier, est Robert Hirsch.

Eric Ruf, administrateur de la Comédie-Française : »Il a incarné cette maison. Si vous demandez aux gens de citer un grand acteur de la Comédie-Française, beaucoup vont vous dire Robert Hirsch. C’était un acteur rare, singulier, capable de tout jouer, il y avait de la folie en lui qui en faisait un caractère comique et tragique en même temps, il était l’acteur protéiforme par excellence. »

C’est d’ailleurs à l’occasion d’un hommage au doyen de la troupe Louis Seigner, que Robert Hirsch livre cette séquence-culte en 1974 :

Cette autre séquence de 1956 démontre l’incroyable versatilité des dons du comédien disparu :

On peut retrouver Robert Hirsch dans une partie des grands rôles qu’il a interprétés au Théâtre-Français dans ces DVD, notamment l’inénarrable Bouzin du Fil à la patte.

612ZP7nsQ2L._SL1000_

51V71HeqNiL._SL1000_

On espère que les chaînes du service public auront à coeur de rediffuser quelques-uns de ces trésors.

Brouillons de culture

Un titre accrocheur, une quatrième de couverture bien tournée. Et comme le sujet est quasiment absent de cette campagne présidentielle, j’achète et je commence à lire. Jusqu’à ce que je comprenne qu’il s’agit d’un bouquin à charge exclusive contre le quinquennat finissant, venant d’un représentant d’une droite la plus conservatrice et étriquée qui soit. Normal, diront ceux qui s’arrêtent aux clichés, qu’attendre d’autre d’un élu de Versailles ?

Et pourtant d’accord sur un point avec lui : « Sans véritable ambition culturelle, toute entreprise de réforme de la société française et de lutte contre la violence, y compris terroriste, est promise à l’échec »

41s3lu5hzgl-_sx306_bo1204203200_

Se tourner vers le dernier opus de Christiane Taubira ? Au moins la langue ne me décevra pas…

41fdupdqx0l-_sx335_bo1204203200_

Céder à la facilité, en tout cas au plaisir d’une lecture rapide, avec ce faux roman à clés dont on a entendu grand bien ?

41fq5ps9ol-_sx339_bo1204203200_

Décembre 2016. Trente ans après s’être perdus de vue, deux anciens camarades d’études se retrouvent à l’occasion d’une émission de télévision. La fille en noir  est écrivain, Guillaume Fronsac un marquis de l’aristocratie d’État devenu banquier d’affaires.
De 17h à minuit, au cœur d’un Paris hanté par le terrorisme mais où la beauté de l’histoire française se révèle à chaque pas, ils vont se juger, se jauger, se confier, se séduire peut-être. À travers la confrontation de leurs existences, de leurs désirs, de leurs illusions perdues, se dessine le tableau d’un pays abimé par l’oubli de sa grandeur littéraire, enkysté dans la décomposition politique et le cynisme de son oligarchie. Comment échapper au déclinisme et aux ruines mentales de la République des Lettres ? En allant jusqu’au bout de la nuit (
Présentation de l’éditeur)

On se doute que toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé n’est nullement fortuite !

Et puis, cette fois sans risque d’être déçu, retrouver une plume coruscante, acerbe, virtuose, et chaque jour, à petite dose, feuilleter ce journal de Matthieu Galeyréédité intégralement.

51zaq0iobpl

Pour la politique culturelle on repassera…