Bine ai venit / Добре дошли / Bienvenue Monsieur le Président

Monsieur le Président de la République,

Tandis que je m’apprête à quitter la Roumanie à la fin de mes vacances, vous y arrivez ce jeudi et serez vendredi en Bulgarie.

img_0437

Permettez-moi d’abord de vous féliciter d’avoir choisi ces deux pays, parmi les derniers à avoir intégré l’Union européenne, pour la première tournée des capitales européennes que vous aviez annoncée dès votre élection. La Bulgarie, et plus encore peut-être la Roumanie, nous aiment nous, la France, les Français.

Savez-vous que, lorsque je suis venu pour la première fois en Roumanie, à l’âge où vous découvriez tout à la fois l’amour et le théâtre, la plupart des adultes que je rencontrais parlaient tous français, qu’ils professaient tous une passion pour De Gaulle (c’était trois ans après sa mort, cinq ans après sa visite historique) ? Aujourd’hui les jeunes Roumains parlent à peine l’anglais… Mais Paris, la France, les fait toujours rêver.

Je sais que vous venez à Bucarest et à Sofia y évoquer la réforme de la directive européenne dite « des travailleurs détachés » (Le Monde : Macron mise sur les divisions des pays d’ex-Europe de l’Estet qu’ici beaucoup redoutent votre idée, et craignent que le développement économique que l’arrimage de ces deux vieilles nations à l’Europe a entrainé – la Roumanie a l’une des plus fortes croissances de toute l’Union – ne soit compromis, voire ruiné par de nouvelles règles. Vous avez certainement raison et vos raisons de déclarer ce que vous avez dit dans la ville natale de Mozart il y a quelques heures : « La directive travailleurs détachés telle qu’elle fonctionne est une trahison de l’esprit européen dans ses fondamentaux. Le marché unique européen et la libre circulation des travailleurs n’a pas pour but de favoriser les pays qui font la promotion du moindre droit social »
Monsieur le Président, même si votre visite est évidemment beaucoup trop courte et ne vous permettra pas de percevoir les réalités de ces deux peuples frères et cousins, dites leur, je vous prie, combien la France leur est attachée.

Aux Roumains, parce que les liens de culture, de langue – le roumain est une langue latine, si proche de la nôtre – sont de toute éternité. Bucarest était même surnommée le Petit Paris durant l’entre-deux-guerres. Tant de créateurs, d’interprètes ont fait le voyage Paris-Bucarest dans les deux sens, Enesco, Ionesco, Cioran, Istrati… Parce qu’on roule encore beaucoup français dans les villes et sur les routes du pays (Renault et sa filiale Dacia, Peugeot tiennent la dragée haute aux constructeurs allemands). Parce qu’aux abords des centres urbains, ce sont les enseignes françaises – Auchan, Carrefour – qui équipent les nouvelles zones commerciales.

Aux Bulgares, qui ont élu en novembre 2016, un président manifestement plus porté vers la Russie que vers l’Europe, parce que la France représente pour toute une jeunesse en quête d’idéal un phare, une idée d’avenir. C’était évident à chaque fois que l’on me demandait d’où je venais. Paris ville lumière !

La Roumanie, j’y suis venu à quatre reprises depuis 1973Malgré la fuite des cerveaux, des médecins, des mathématiciens, des chercheurs, qui a suivi la chute de Ceausescu le 22 décembre 1989, ce pays a fait des progrès considérables. Sans renier son histoire, le charme de ses traditions – oui, il y a encore des voitures à cheval en Moldavie, en Transylvanie ! – la Roumanie s’est puissamment modernisée. Des villes, encore en triste état, au début des années 2000 se sont refait une beauté. Les infrastructures routières, touristiques et hôtelières ont fait des pas de géant. C’est un élan qu’il faut encourager, soutenir. Pour le bien des Roumains eux-mêmes.

La Bulgarie, je l’ai découverte cet été. J’y ai vu des paysages et des campagnes magnifiques, des sites abandonnés aussi, mais des villes fières, propres, écologiques – Paris et bien d’autres villes françaises pourraient en prendre exemple – Des bords de mer exceptionnels comme à Burgas ou Varna. Et une envie évidente de mettre en valeur un patrimoine archéologique et historique encore largement inexploité, inexploré, comme ces centaines de tombeaux thraces. Qui mieux que la France, en Europe, pourrait y contribuer ?

Monsieur le Président, ce soir vous aurez la chance d’assister au concert que donnent Martha Argerich et Daniel Barenboim dans le cadre du Festival de Salzbourg.

81i-IsCDEEL._SL1400_

Vous n’aurez évidemment ni le temps ni même l’opportunité de prendre connaissance de mon message.

Je compte cependant sur vous pour dire haut et fort à nos amis roumains et bulgares qu’ils ne sont pas un problème, ni pour la France ni pour l’Europe, que leurs travailleurs « détachés » ne sont pas de mauvais citoyens européens, que ce qui nous unit à eux est plus fort, beaucoup plus fort qu’une directive mal appliquée ou détournée de ses fins initiales.

Donnez-leur toutes les raisons de croire à l’Europe fraternelle et solidaire que vous avez promue et défendue pendant votre campagne électorale !

Bon voyage Monsieur le Président !

La Bulgarie sans parapluie

On a oublié aujourd’hui la sinistre expression, le parapluie bulgareune méthode mise au point par le KGB soviétique et ses alliés bulgares dans les années 70, pour éliminer discrètement les opposants ou les dissidents, comme Georgi Markov. La Bulgarie était alors le plus sûr allié de l’URSS dans le bloc de l’Est, au point que la tentative d’assassinat du pape Jean Paul II en 1981 fut longtemps attribuée aux services secrets bulgares.

J’avais toujours eu de la Bulgarie la représentation d’un pays peu avenant, destination bon marché – qui l’est restée ! – proposée par les comités d’entreprise liés au Parti Communiste ou à la CGT, concentrations touristiques sur les bords de la Mer Noire. Bref j’avais tout faux.

Une douzaine de jours à parcourir une partie du pays m’a fait découvrir des cités, des contrées, des paysages, une histoire, des populations bien loin des clichés encore véhiculés par certains guides touristiques.

IMG_0717(Hôtel de ville de Burgas)

J’ai déjà raconté ici la frontière à Roussé (De Syldavie en Bordurie), la montagneuse Veliko Tarnovo, l’antique et moderne Plovdiv (Old City), les excursions à Nessebar et Balchik chez la reine Marie.

D’autres images des villages visités, des paysages traversés, de la réalité des bourgs et des villes.

IMG_0343Les alentours de Veliko Tarnovo

IMG_0350Un monastère déserté près de Veliko Tarnovo.

IMG_0372

IMG_0390La jeunesse ne respecte plus rien ! (Veliko Tarnovo)

IMG_0404Une gare quelque part entre Veliko Tarnovo et Plovdiv

IMG_0406

IMG_0414Arrêt à Tryavnaun village encore préservé, avec la première école primaire publique, non confessionnelle (1832)

IMG_0440

IMG_0446

IMG_0430

IMG_0422

IMG_0419

IMG_0437

IMG_0480Les rives de la Maritza à Plovdiv.

IMG_0513

La poste très stalinienne de Plovdiv

IMG_0655

IMG_0514Une fresque commémorative de l’amitié Plovdiv-Leningrad (1980)

Dans le vieux Plovdiv, une belle maison mal entretenue où Lamartine a séjourné au retour de son voyage d’Orient en 1833 , visitée par François Mitterrand en 1989.

IMG_0537

IMG_0613

IMG_0675

Très vertes, couvertes de forêts les routes du nord et du centre laissent place, dans la plaine de Thrace, à des paysages plus secs.

IMG_0673

IMG_0683(Burgas)

IMG_0721

Sozopol, au sud de Burgas, est l’une des plus anciennes cités bordant la Mer Noire. Moins toutefois qu’à Nessebar, la présence historique des colonies successives est visible dans les monuments (ou leurs ruines), les maisons de bois.

IMG_0729

IMG_0743

IMG_0729

IMG_0748

IMG_0756

IMG_0883

En remontant la côte de la Mer Noire vers le nord, on arrive à Varnadont les alentours sont sans grâce particulière, mais qui recèle quelques belles églises et palais (voir les photos ici)

IMG_0875

IMG_0902

Cabines de bain et farniente au programme… Varna n’est pas repliée sur son passé.

IMG_0906

IMG_0904

IMG_0911

IMG_0913

J’ai particulièrement aimé Burgas (lire Une Turandot bulgareplus encore que Varna, une authentique station balnéaire de bord de mer : pas d’urbanisation concentrationnaire comme sur la côte d’Azur, un immense parc maritime, traversé de familles se rendant sur de longues plages bien entretenues. Une belle ambiance dans les rues piétonnes du centre, très propres et bien entretenues – c’est une caractéristique de toutes les villes traversées, Paris pourrait venir s’en inspirer !

Douze jours c’est trop peu pour s’imprégner de la culture et des moeurs d’un pays fier de n’avoir pas renoncé à sa langue, à son alphabet cyrillique, qu’il vaut mieux savoir pratiquer si l’on veut circuler facilement dans le pays !

IMG_0987

 

 

 

Une Turandot bulgare

On ne s’attend à rien, sauf au pire, lorsqu’on voit des affiches pour une représentation d’un opéra aussi spectaculaire que Turandot de Puccini dans une station balnéaire bulgare. Pourtant, à 10 € la (très bonne) place, on ne risquait pas grand chose, une heureuse surprise peut-être ?

Le théâtre d’été est situé au milieu d’un immense parc qui surplombe la mer – c’est ainsi que les longues plages de sable de Burgas ville ont été préservées de toute urbanisation intempestive –

IMG_0710

IMG_0712

IMG_0772 2

IMG_0706

IMG_0776IMG_0777

Dix minutes avant le début de la représentation, le théâtre est loin d’afficher complet. A l’entracte on constatera une demie jauge. Désintérêt d’une population pourtant naguère largement éduquée à la musique, à l’opéra, au théâtre ?

IMG_0783

Je crois bien que, plus encore que La Bohème, Tosca, Manon Lescaut ou Madame Butterfly, Turandot est l’ouvrage de Puccini que j’ai vu le plus souvent en scène (la saison dernière encore à Montpellier – lire Remaniement, amour et cruauté)l’un des  opéras que je connais par coeur, et qui m’a toujours fasciné par son écriture orchestrale et chorale, plus que par les performances purement vocales, même si elles sont impressionnantes, des rôles principaux.

Eh bien cette Turandot bulgare, sans prétendre à l’originalité dans la mise en scène – des plus convenues – n’avait rien à envier à des productions plus prestigieuses. Le rôle-titre parfaitement assumé par une belle et large voix, celle de Gabriela Georgieva 

Calaf était chanté vaillamment par un pilier de l’opéra de Sofia, Boiko Tsvetanov– qui a quand même craqué son Nessun Dorma. Belle révélation avec la Liu de la jeune Maria Tsvetkova, Des choeurs pas toujours homogènes, des voix parfois ingrates pour les ministres Ping, Pang, Pong, le reste de bon niveau et un orchestre tout ce qu’il faut de sensuel et rutilant sous la baguette experte de Grigor Palikarov.

Au disque j’en reviens toujours à deux versions, l’une – Karajan – pour la pure somptuosité orchestrale et chorale, malgré les erreurs de casting pour Turandot et Liu – l’autre – Leinsdorf -justement pour une distribution inégalée

813+8zsm0TL._SL1074_61ahgsd6tyL