Emballages/Etalages

L’Arc emballé

Ce qui est bien avec les réseaux sociaux, c’est qu’on a du prêt-à-penser à peu près sur tout.

Ainsi de l’emballage de l’Arc de triomphe de Paris, réalisation d’un projet formé depuis de longues années par Christo et Jeanne-Claude. On a tout lu, tout, n’importe quoi et le contraire. À commencer par de violentes critiques de la Maire de Paris – à qui il y a bien des choses à reprocher… sauf celle-ci ! -, du président de la République qui l’a inauguré, de l’Etat qui jette l’argent par les fenêtres…Tout le monde sait, ou devrait savoir, maintenant que cette réalisation n’a rien coûté au contribuable parisien/français.

Donc je suis allé voir l’objet de tant de passions.

Mardi soir. Mais on ne pouvait accéder à une partie de la place de l’Etoile, a fortiori pas aux abords et sous l’Arc de triomphe, probablement une manifestation officielle, à en juger par la présence de musiciens de la Garde républicaine.

J’ai trouvé ça saisissant, impressionnant, et je ne me suis pas posé la question de la valeur artistique, de la pertinence du « geste » des concepteurs (désolé je ne sais pas parler le jargon des critiques et spécialistes d’art contemporain). J’ai même trouvé ça beau. Je n’avais distingué sur aucune photo ni aucun reportage, la trame bleu blanc rouge, subtile, discrète, de l’emballage.

La très riche Samaritaine

Un peu avant, j’étais passé par la Samaritaine, au droit du Pont Neuf (oui ce Pont Neuf que Christo et Jeanne-Claude avaient emballé en 1985, suscitant les mêmes polémiques, mais sans les réseaux sociaux !).

La Samaritaine de 2021 n’a rien, mais vraiment plus rien à voir avec le grand magasin populaire de la rive droite qu’il fut durant plus d’un siècle. C’était le pendant du très chic Bon Marché de la rive gauche. C’est aujourd’hui la vitrine du groupe LVMH de Bernard Arnault et de ses marques. La belle façade sur la Seine cache désormais un hôtel de luxe.

La structure métallique et une bonne partie de la décoration d’origine ont été préservées et restaurées.

Mais on s’interroge sur la pertinence de cette ouverture d’une nouvelle grande surface du luxe, surtout après la crise sanitaire qui a éloigné pour longtemps de la capitale française les riches touristes chinois, indiens ou arabes qui constituaient l’essentiel de la clientèle des grands magasins du boulevard Haussmann.

La façade sur la rue de Rivoli qui a fait l’objet de multiples recours et causé un retard de dix ans dans la réouverture de la Samaritaine.

Investiture

Rien n’avait été laissé au hasard au soir du 7 mai et de la victoire d’Emmanuel Macron, notamment le choix de la musique qui a accueilli le président élu sur l’esplanade du Louvre (lire Quelle histoire ! )

Le choix des musiques jouées lors de la cérémonie d’investiture à l’Elysée, ce matin, ne doit non plus rien au hasard.

la-poignee-de-main-entre-macron-et-hollande-qui-quitte-l-elysee-20170514-1120-365eee-0@1x

 

D’abord Camille Saint-Saëns et un extrait arrangé de Cyprès et Lauriers – une oeuvre de circonstance célébrant la Victoire de 1918 et dédiée au président de la République de l’époque, Raymond Poincaré.

Puis l’air du champagne de Don Giovanni de MozartOn n’a pas manqué de gloser sur ce choix, pas très orthodoxe selon les tenants d’une tradition guindée. Un appel à faire la fête… trop osé ?

Tant que le vin
Leur échauffe la tête,
Fais préparer
Une grande fête.
Si tu trouves sur la place
Quelque fille,
Tâche de l’amener
Elle aussi avec toi.
Que la danse n’obéisse
À nulle ordonnance,
Tu feras danser
À l’une le menuet
À l’autre la contredanse,
À celle-ci l’allemande.
Et moi pendant ce temps,
De mon côté
À celle-ci et à celle-là
Je veux faire la cour.
Ah ! demain matin
Ma liste devra
Être plus longue
D’une dizaine.
(Air du champagne, Don Giovanni, Mozart)

Et tandis que le nouveau président saluait ses invités dans la Salle des Fêtes de l’Elysée, retentissait l’ouverture d’Orphée aux Enfers d’Offenbach, et son célèbre cancan, qui n’engendre pas précisément la tristesse !

Je ne garde aucun souvenir musical marquant des précédentes cérémonies d’investiture, à l’exception de 2007, lorsque l’épouse d’alors du nouveau président, Cécilia Sarkozy, avait fait jouer Asturias de son arrière-grand-père Isaac Albeniz

Comme je l’ai écrit ici – Ratages officiels – les cérémonies d’investiture, d’installation, ou de couronnement, ont rarement donné lieu à des chefs-d’oeuvre. Il y a quelques exceptions, dans la musique britannique en particulier. De Haendel à Walton, les couronnements, jubilés des monarques britanniques ont été autant d’occasions de célébrations en musique. Comme les Coronation Anthems de Haendel.

81AgEIVs-pL._SL1200_61OL0Gm75YL510sTzoT6ZL

Deux oeuvres de Mozart portent le sous-titre de Couronnement, sa Messe KV 317 qui n’a rien à voir avec un couronnement royal ou impérial, mais avec une commémoration religieuse du Couronnement de la Vierge, et son 26ème concerto pour piano qui n’a pas été écrit en vue d’un couronnement, mais joué un an après sa création, en 1790 à Francfort à l’occasion – mais pas pendant – du couronnement de Leopold II.

En France, il était depuis plus de deux siècles considéré comme acquis que c’était Méhul l’auteur de la Messe du Sacre de Napoléon. France Musique a révélé, il y a quelques mois, que ce n’était pas le cas !

Quant aux musiques royales françaises, ce n’est pas en un billet, ni même en deux ou dix, que je pourrais les éovquer…

En cette journée d’installation du nouveau président de la République, je veux faire entendre ici le Chant des partisansqui a résonné sous la voûte de l’Arc de Triomphe le 8 mai dernier, en présence des deux présidents Hollande et Macron, et qui a manifestement ému le nouvel élu, comme j’avoue l’être à chaque fois que j’entends cet hymne à la Liberté.