Partir revenir

Glorieux nonagénaires

La violoniste Ida Haendel est morte le 30 juin, à 91 ans. Ce matin c’est le compositeur italien de célèbres  musiques de film, Ennio Moricone, qui est parti au même âge canonique.

J’aurais bien voulu, je devrais peut-être (au nom de quoi ?), me répandre en éloges funèbres, par définition dithyrambiques, sur ces glorieux disparus. D’autres l’ont fait tellement mieux que moi. Et pour tout dire, ni la violoniste, ni le compositeur n’ont jamais fait partie de mon panthéon personnel, encore moins de mon jardin secret.

J’ai certainement été trop peu attentif au talent d’Ida Haendel, dont la longévité artistique a été telle que la plupart des médias n’ont rien trouvé de mieux pour honorer sa mémoire que de publier des photos où la marque des ans n’est pas des plus flatteuses… Je vais réécouter ces disques que j’avais classés sous le nom d’Ancerl, ces enregistrements réalisés pour Supraphon avec la fine fleur des chefs tchèques au tournant des années 50.

51V6c5Q9HdL._AC_

Quant à Ennio Morricone, si je reconnais bien volontiers la prolixité et la versatilité de son talent – l’homme aux 500 musiques de film ! – si je fredonne comme tout le monde les mélodies immortelles des films de Sergio Leone, je n’ai pas avec son oeuvre le rapport d’admiration, d’affection, que j’ai avec celles d’un Bernard Herrmann ou d’un Nino Rota – sans parler des grands de Hollywood, les Korngold, Waxman, Steiner, etc.

 

Le retour de Roselyne

La rumeur insistante annonçait ce retour depuis ce matin. Roselyne Bachelot revient au gouvernement comme ministre de la Culture.

1136_gettyimages-1209089003

Je ne vais pas ménager mes compliments à la nouvelle titulaire de cette charge ministérielle qui a tellement souffert ces dernières années d’être insuffisamment ou maladroitement incarnée. Roselyne Bachelot, la musique, elle connaît, les affaires publiques, elle connaît et ne s’en est pas trop mal sortie au ministère de la Santé. C’est tout de même la seule ministre que j’ai vue régulièrement et fréquemment au concert et à l’opéra. Lourde tâche que celle qui l’attend, mais elle n’a rien à perdre et la Culture tout à y gagner.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s