Gulbenkian moderne (II)

fullsizeoutput_1801On quitte le bâtiment principal du musée Calouste Gulbenkian sur cette grande toile du préraphaélite Edward Burne Jones, Le Miroir de Vénus (1877).

Non sans avoir visité une exposition temporaire vouée à la peintre portugaise Sarah Affonso (1899-1983), née et morte à Lisbonne, qui a consacré une grande partie de sa vie et de son art à restituer les traditions, les visages et les paysages du Minhola région septentrionale du Portugal, frontalière de l’Espagne.

fullsizeoutput_1804

fullsizeoutput_1802(Sarah Affonso, Jeunes paysannes, 1937)

fullsizeoutput_1805(Sarah Affonso, Varinas, 1924)

fullsizeoutput_1808Le bâtiment de la « Collection moderne » du Musée Calouste Gulbenkian est inauguré en 1983 et comporte la plus vaste collection d’art portugais contemporain, des oeuvres collectionnées par Gulbenkian jusqu’à sa mort en 1956 aux plus récentes acquisitions.

fullsizeoutput_1809

fullsizeoutput_180a

IMG_4697José de Guimaraes (1939-) Les acrobates, 1983

fullsizeoutput_180cNuno Barreto (1941-2009), Relief bleu, 1968/9

fullsizeoutput_180fPedro Calapez (1953-), Passage 10, 2004

fullsizeoutput_1815Amadeo de Souza Cardoso (1887-1918), Caisse enregistreuse, 1917

fullsizeoutput_1814Julio Resende (1917-2011), Les joueurs de dames, 1945. Comme un remake des Joueurs de cartes de Cézanne ?

fullsizeoutput_181d

fullsizeoutput_1817

J’avoue avoir été assez fasciné par ces deux toiles de José Almada de Negreiros (1893-1970), fondateur de la revue Orpheu avec Fernando Pessoa – revue dont l’influence fut inversement proportionnelle à sa durée de vie, deux trimestres en 1915 ! – et surtout client assidu du café littéraire, artistique et politique A Brasileira à Lisbonne.

fullsizeoutput_1827

fullsizeoutput_1825

fullsizeoutput_1826

Aujourd’hui encore sont accrochées aux murs de ce café, rénové en 1971 des oeuvres d’artistes contemporains portugais (António Palolo, Carlos Calvet, Eduardo Nery, Fernando Azevedo, João Hogan, João Vieira, Joaquim Rodrigo, Manuel Baptista, Nikias Skapinakis, Noronha da Costa, et Marcelino Vespeira).comme le furent, en 1925, onze toiles de la nouvelle génération  Almada Negreiros, António Soares, Eduardo Viana, Jorge Barradas, Bernardo Marques, Stuart Carvalhais et José Pacheko