Le revers des gilets

J’ai tenté l’humour (Petit dictionnaire incorrect de mots actuelspuis essayé de comprendre (Le grand désamour).

16828279

Hier – enfin – nous était livrée par L’Obs l’analyse réalisée par un chercheur de la Fondation Jean Jaurès sur le vrai visage de ces leaders les plus suivis des Gilets jaunes. Edifiant ! A lire jusqu’au bout…

Tous les « gilets jaunes » sont égaux, mais certains sont plus égaux que d’autres

« On a vu et on continue de voir sur tous les plateaux Jacline Mouraud,dont la vidéo Facebook aux 6 millions de vues a contribué à populariser le mouvement. La disponibilité face aux médias de la quinquagénaire a permis de donner un visage à celui-ci. Les chaînes d’information continuent de solliciter ses commentaires et réactions avant et après chaque défilé. En réalité, elle ne représente plus qu’elle-même. Les messages qui mentionnent son nom sur les groupes des « gilets jaunes » visent désormais à l’insulter, à dénoncer ses ambitions personnelles, à s’insurger contre sa volonté de calmer les esprits après les violences observées dans les défilés et à critiquer sa mise en avant dans les médias, à présent considérée comme la preuve que ces derniers cherchent à diviser et à circonscrire le mouvement.

Sa parole semble ne plus avoir aucune valeur en interne, et il ne faut donc plus lui en accorder en externe. Il en va de même pour l’ensemble des initiateurs de son collectif « Gilets jaunes libres », qui affiche certes l’ambition de présenter une liste aux élections européennes mais qui ne rassemble que 2.444 personnes sur sa page Facebook : un chiffre qui devrait inciter les programmateurs de débats télévisés à reconsidérer le poids réel de la parole de Jacline Mouraud ou de celle de Benjamin Cauchy, autre « Gilet jaune libre » plébiscité par les médias.

Même s’ils disent en refuser l’étiquette et s’ils sont manifestement aidés dans leur tâche par une petite équipe de modérateurs et de conseillers, il est évident qu’il y a désormais deux chefs des « gilets jaunes » : Eric Drouet et Maxime Nicolle, alias Fly Rider. Ils enchaînent les médias, administrent les pages Facebook les plus populaires et les plus actives, animent les vidéos Facebook Live les plus suivies, parfois par des centaines de milliers de personnes. Ils donnent les mots d’ordre et nomment les porte-parole autorisés à s’exprimer au nom du mouvement. Chaque semaine, les messages des membres se multiplient à leur intention depuis toute la France pour savoir s’ils donnent la consigne d’aller manifester le samedi suivant, où, quand, comment, avec quel slogan. Ils font la tournée des ronds-points pour remobiliser les troupes et ce sont eux qui, chaque samedi, se chargent de lire face aux caméras des lettres ouvertes au gouvernement.

S’ils préfèrent se définir comme de simples « messagers des revendications du peuple », ils présentent en réalité tous les attributs des leaders 2.0 : débarrassés d’intermédiaires, non élus, jamais officiellement intronisés, mais légitimés par l’audience engendrée par leurs vidéos. A cet égard, leurs appels répétés à ne pas désigner de chefs sonnent de plus en plus comme une volonté d’empêcher un nom qui ne serait pas le leur d’émerger.

D’où Eric Drouet et Maxime Nicolle parlent-ils ? Alors que se profile l' »acte 9″ des « gilets jaunes » [cette analyse a été réalisée avant la mobilisation du 12 janvier, NDLR], il est symptomatique que personne ne soit encore en mesure de répondre à cette question avec certitude. A ce jour, aucune enquête journalistique poussée n’a été publiée sur le passé militant et l’univers idéologique de ces deux individus. Dans la précipitation du direct, plateaux télé et stations radio ont ainsi tendu leurs micros à des invités dont ils ne savaient rien. Ce faisant, ils ont exposé la fragilité de tout un système médiatique qui, dépassé par les réseaux sociaux, a collectivement renoncé à jouer son rôle de filtre journalistique et montré la facilité et la rapidité avec laquelle un petit groupe de parfaits inconnus pouvait désormais s’imposer à l’agenda politique national.

Pour en savoir plus sur les deux leaders, il faut donc là encore se rabattre sur leur activité sur Facebook. Premier constat : ils ont effacé leurs publications antérieures au début de la mobilisation. Si l’on ne peut en tirer de conclusion définitive sur leur appartenance idéologique, on remarquera simplement que ce sont rarement les militants de la gauche républicaine qui sont gênés par leurs prises de position passées. Certains journalistes ont eu le temps de passer en revue quelques-unes de ces publications avant qu’elles ne soient effacées.

Eric Drouet, un « factieux en puissance »

Pour ce qui concerne Eric Drouet, ces journalistes ont pu y découvrir un anti-macronisme virulent et des vidéos anti-migrants. Dans ses vidéos Facebook Live, Drouet fait toujours attention à ne pas livrer le fond de sa pensée, se contentant de relayer des messages et de parler de la stratégie du mouvement. Le calme et la sérénité qu’il dégage sont trompeurs : il le dit d’une façon très douce, presque anodine, mais son but affiché est de renverser un gouvernement élu.

Il s’est ainsi mis plusieurs fois à la faute. Le 3 décembre, en relayant l’intox du pacte de Marrakech sur les migrations. Puis le 5 décembre, en déclarant sur BFMTV « si on arrive devant l’Elysée, on rentre dedans ». Le 24 décembre, il s’attire des critiques en partageant un article qui s’en prend aux « racailles » et à « l’immigration de masse », publié à l’origine sur le site de Vincent Lapierre, un journaliste gravitant entre les sphères antisémites d’Alain Soral et de Dieudonné. Ces dérapages-là ont tous été repris et abondamment commentés. Il a tenté de revenir sur certains de ces commentaires, plaidant l’incompréhension ou l’ignorance.

Un autre dérapage d’Eric Drouet, pourtant révélateur, est cependant passé inaperçu. Le 26 novembre, le chauffeur routier organise depuis la cabine de son camion un Facebook Live dans lequel les membres de « La France en colère !!! » qui le souhaitent peuvent intervenir en vidéo pour poser des questions ou débattre de propositions. Sa retransmission dure depuis déjà deux heures quand il prend l’appel d’un certain Stéphane Colin, qu’il ne tentera jamais d’interrompre ni de contredire. […]

Voici quelques morceaux choisis, des propos tenus par ce Stéphane Colin :

  • « Il faut qu’on se retrouve à 2 millions devant France Télévisions et qu’on attaque nos ‘merdias' »
  • « C’est pas Macron notre ennemi, Macron n’est qu’un pleutre, un pion, c’est nos banques qu’il faut attaquer »
  • « C’est ce qu’on appelle la mafia Khazar, ce sont les sionistes. Ce ne sont pas des juifs ni des sémites, ce sont la mafia Khazar, les sionistes qui sont en train de nous entre-tuer »
  • « Dans le darknet, il est prouvé que nos maîtres avaient prévu ce que vous êtes en train de faire maintenant. Ils savaient qu’au mois de novembre il y aurait une révolution populiste pour faire une guerre civile »
  • « Le plus marrant dans les ‘gilets jaunes’ : il n’y a pas de mecs des cités. Il n’y a pas de Blacks. J’ai pas vu toute cette fratrie qui vend de la drogue ‘h24’ qui ont été assimilés par cette matrice sociétale. Ils n’en ont rien à foutre »
  • « Comment même on peut parler d’un homme politique !? C’est un tique un homme politique, il ne sert à rien ! Il sert simplement à servir la cause de la mafia Khazar, les sionistes ! C’est eux qui tiennent le monde moderne depuis 500 ans »
  • « C’est pas comme ça qu’il faut agir, c’est attaquer nos ‘merdias’. Ça j’en démords pas. Dans chaque région de France si vous avez un bureau, une antenne d’Antenne 2, de France 2, de TF1, de BFM, il faut les attaquer. Prendre leur matériel. J’ai pas dit de les frapper, hein ! Tu leur mets des menottes comme nous traitent les CRS. Tu les mets dans une pièce, menottes, et tu leur dis ‘ferme ta gueule’ ! »
  • « On aurait pas dû aller voter, on aurait dû brûler nos bureaux de votes »
  • « On parle ‘h24’ de réchauffement climatique alors qu’on va vers un vrai refroidissement de notre planète »

Hormis quand son intervenant lui explique que les blocages ne servent à rien, jamais Eric Drouet ne tentera de l’arrêter, d’opposer une contradiction ou même de se désolidariser pendant le quart d’heure que dure sa tirade. Pour le reste, il abonde : « ouais, je sais, je sais » ; « il y a un mec qui l’avait expliqué sur cette émission, c’est les banques qui plaçaient qui elles voulaient au final ».

Alors que son invité enchaîne une dernière envolée sur « la mafia sioniste » et l’attaque nécessaire contre « les merdias », Eric Drouet va plus loin que la complicité passive qu’il affichait jusqu’ici en offrant sa plateforme et sa visibilité à de tels propos. Constatant l’enthousiasme des commentaires en direct des internautes, il va l’encourager à se mettre en relation avec ses nouveaux fans :

« Il y a des gens qui veulent ton nom, il y a des gens qui veulent te parler. Il y en a beaucoup qui sont d’accord […], je leur dis comment tu t’appelles, ils veulent tous te parler. »

Ces propos-là n’ont pas été prononcés sur un plateau de télévision, dans le stress du direct, la chaleur de l’éclairage et la pression de journalistes avides d’extorquer une déclaration polémique à un novice politique peu habitué des médias. Ils ont été tenus au calme, dans un contexte où Eric Drouet était en maîtrise totale : il ne s’agit pas d’un dérapage. Ils sont a minima révélateurs d’une impressionnante absence de culture citoyenne et politique pour qui prétend représenter « le peuple ». Pris au pied de la lettre, ils révèlent le visage d’un factieux en puissance.

Après le message de « fascination » envoyé par Jean-Luc Mélenchon et son arrestation volontaire mise en scène devant l’Elysée avec la complicité des équipes de Russia Today France et de Brut, les seuls « médias libres » de France selon lui, une polémique s’est déclenchée autour de la couleur du vote d’Eric Drouet en 2017. Sur la base d’une confidence faite hors-micro, BFMTV croit savoir qu’il aurait voté pour Jean-Luc Mélenchon. Le vote étant secret et son historique Facebook ayant été effacé, il est impossible de vérifier cette déclaration avec certitude. A chacun de décider si un vote (non revendiqué) en dit plus sur l’orientation politique d’Eric Drouet que l’accumulation de ses actes et de ses propos publics.

Maxime Nicolle, des codes complotistes

La même ambiguïté sur ses inclinaisons idéologiques est entretenue, avec moins de talent, par Maxime Nicolle. Le jeune Breton se présente lui aussi comme apolitique, simple messager d’un mouvement citoyen. Malgré sa notoriété naissante et sa position officielle visant à nier toute proximité extrémiste, Maxime Nicolle a pourtant régulièrement adopté les codes complotistes que l’on retrouve habituellement dans les cercles militants gravitant autour des sites d’Alain Soral et des vidéos de Dieudonné.

Il diffuse plusieurs fake news sur le pacte de Marrakech sur les migrations, il prétend détenir des documents secrets capables de « faire tomber le gouvernement » et de « déclencher une troisième guerre mondiale », il interprète l’attentat de Strasbourg le 11 décembre comme une manipulation du pouvoir pour faire peur aux Français, il dénonce la dette française comme « une invention de Rothschild » destinée à empêcher la redistribution des richesses, il revendique dès la première semaine de novembre vouloir en réalité « la destitution du gouvernement et une transition pour que le peuple retrouve la gestion du pays ». […]

Maxime Nicolle a également profité d’un Facebook Live pour dénoncer un prétendu réseau de riches pédophiles protégés par l’Etat et les médias :

« Les riches multimilliardaires qui ne sont pas condamnés pour pédophilie, leurs petits réseaux où ils achètent des enfants sur le darknet […], c’est jugé vite fait, on en parle pas aux médias parce qu’ils payent à mort. Il y a des riches condamnés pour de la pédocriminalité, tout ça en on parle pas.

[…] Et le trafic d’humains, le trafic d’organes, le trafic d’enfants, tout ça c’est des trucs qui existent, c’est pas des trucs qu’il y a dans les films. Et qui fait ça ? Qui fait ça ? Bah, c’est les gouvernements qui font ça, tranquillement, ou du moins qui laissent passer, on s’en bat les couilles.

Regarde, on est en train de vouloir faire des lois pour ficher les manifestants, contrôler plus les réseaux sociaux, par contre le darknet en France il n’y a pas de souci. On peut acheter un rein, acheter un gosse… »Ce bref aperçu des propos de Maxime Nicolle devrait suffire à se faire une idée assez précise de son positionnement idéologique. On pourrait objecter que, peu porté sur la théorie politique, il pourrait ne pas avoir conscience de la très forte connotation partisane de ses propos. Maxime Nicolle ferait-il de l’extrême droite sans le savoir ? Comme pour Eric Drouet, nous avons procédé à un examen attentif de son compte Facebook. S’il en a effacé les publications avant que les journalistes ne s’y intéressent, des outils existent pour permettre de faire apparaître certains des « likes » et des commentaires qu’il a pu laisser par le passé sur des pages Facebook ouvertes au public. Qu’y trouve-t-on ?

  • Le 7 décembre 2015, il like une série de photos de Marine Le Pen participant à une soirée électorale à Hénin-Beaumont à l’issue du premier tour des élections régionales de 2015.
  • Le même soir, il commente la vidéo du discours de Marine Le Pen, arrivée largement en tête de ce premier tour, d’un satisfait « Et hop ça avance ^^ ».
  • Entre les deux tours de la présidentielle 2017, il like une vidéo postée par le compte de Marine Le Pen dans laquelle Nicolas Dupont-Aignan annonce son ralliement à la candidate du Front national.
  • Avant la présidentielle de 2017, il like une vidéo de Marine Le Pen présentant ses « 10 mesures immédiates » qu’elle « mettra en œuvre dès son élection ».
  • Au lendemain du Brexit, il like une vidéo de Marine le Pen s’exprimant au nom du groupe Europe des Nations au Parlement européen à l’occasion de la séance plénière extraordinaire consécutive au vote britannique pour la sortie de l’Union européenne.
  • En 2017, serviable, il commente une vidéo de Marine Le Pen du 17 mai 2016 pour signaler que le son ne fonctionne pas.
  • Le 5 décembre 2016, il like une publication de Marine Le Pen se réjouissant de la victoire du camp du chef de l’extrême droite italienne Matteo Salvini à l’occasion d’un référendum organisé par le Premier ministre d’alors, Matteo Renzi.
  • Plus proche de nous, le 5 mars 2018, il like une publication de Marine Le Pen saluant « le réveil des peuples » symbolisé par l’arrivée en tête aux élections législatives italiennes de la coalition emmenée par le chef de l’extrême droite, Matteo Salvini.
  • Dernière trace disponible avant son accession à la renommée, il like le 31 octobre 2018 une publication de Marine Le Pen félicitant le gouvernement d’extrême droite autrichien pour sa décision de se retirer du pacte de l’ONU sur les migrations.
  • Lorsqu’il s’éloigne des pages d’extrême droite, Maxime Nicolle like une vidéo de BFMTV montrant une déclaration de Jean-Luc Mélenchon refusant de condamner la violence des salariés d’Air France lors de l’affaire de la chemise arrachée.
  • Lorsqu’il s’éloigne de la politique, Maxime Nicolle commente un article de « TéléStar » évoquant le boycott d’une cérémonie officielle par la sœur d’une victime de l’attentat du Bataclan en demandant de façon énigmatique : « La vraie question, c’est pourquoi n’ont-ils rien fait… ! » Il enchaîne en 2017 avec un like sur une vidéo titrée « (Attentat de Nice) Grosses contradictions entre la version officielle et la réalité ! »
  • Lorsqu’il s’éloigne de la France, Maxime Nicolle like une vidéo de Vladimir Poutine menaçant et humiliant l’un de ses ministres au cours d’une réunion publique.

Eric Drouet et Maxime Nicolle ne resteront peut-être pas les leaders incontestés des « gilets jaunes ». Cependant, tant qu’ils le seront, on pourra affirmer que le mouvement est de facto piloté par des sympathisants d’extrême droite.

Il serait impossible de tous les citer ici, mais il existe d’autres leaders du mouvement en province parmi les administrateurs des groupes Facebook locaux. Tous se présentent également comme des citoyens apolitiques, ce qui ne veut pas dire sans coloration idéologique. En fouillant dans leurs comptes Facebook, on trouve également, pas chez tous mais chez beaucoup d’entre eux, du contenu anti-Macron et anti-migrants, des propos racistes, une proximité avec des groupuscules d’ultra-droite, des appels à prendre les armes après le Bataclan, des commentaires homophobes sur la Gay Pride, des photos de Jeanne d’Arc, des likes sur les pages de Dieudonné.

Rien de tout cela n’est neutre politiquement, mais rien de tout cela ne pose problème aux « gilets jaunes ». La seule faute impardonnable qui vaut défiance et soupçons est d’avoir exercé des responsabilités syndicales et d’avoir été candidat sur la liste d’un parti politique, quel qu’il soit, FN/RN compris. »

L'Obs

Fondation Jean-Jaurès

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s