Les mots justes

Mon amour des mots, des langues, n’est pas récent. Plus d’une chronique en témoigne (AcadémiqueHautes figuresLe lièvre au pays des malices).

61Ym1AS3lJL

L’un des derniers-nés de la collection Le goût des mots est tout sauf l’oeuvre d’un redresseur de torts, contrairement à ce que le titre pourrait suggérer.

« Le langage exact reste la condition nécessaire d’une pensée claire. Les mots sont des outils de précision, utilisez-les à bon escient, veillez à leur sens, à leurs différences, à leurs distinctions subtiles. Ne soyez ni puriste, ni laxiste, soyez exact » (Alfred Gilder)

En quatorze chapitres, l’auteur ne rate aucun de nos tics de langage, mots employés de travers, locutions creuses et verbeuses, clichés pénibles, néologismes malvenus, barbarismes, pléonasmes, oxymores incongrus, tournures ambiguës, contresens. mais toujours avec un humour ravageur, et finalement bienveillant.

Pris au hasard, en ces temps de grève des transports publics et de bouchons monstres :  » « Trafic ou circulation ?

Les automobilistes ne sont pas des trafiquants, ni la circulation automobile une activité illégale. Aussi est-ce une drôle d’idée d’avoir, au milieu du XIXème siècle, emprunté à l’anglais traffic le sens de « mouvement général des trains » puis de « circulation des véhicules ».

Trafic voulait d’abord dire « négoce, commerce », puis il signifia, en mauvaise part, profit qu’on tire de certaines choses, commerce clandestin, immoral, illicite : trafic d’esclaces, d’armes, de drogues.

Pour désigner le mouvement des voitures, des trains, des bateaux, des avions, c’est bien le mot circulation qui s’impose »

 

Inattendus

Ces deux derniers jours auront été pour moi l’occasion de rencontres et de situations plutôt inattendues.

Comme nombre d’automobilistes distraits ou peu attentifs aux changements de limites de vitesse sur des tronçons qu’on croit connaître par coeur, j’ai dû récupérer les points perdus de mon permis de conduire, au cours de l’un « stage de sensibilisation à la sécurité routière » (sic). Deux jours pleins dans une salle de classe.

Je m’étais préparé à une plongée dans l’ennui. Et ce fut le contraire qui survint, du fait de la composition de notre groupe de « stagiaires » – 15 hommes, une femme, de tous âges, conditions et origines -, de l’humour et du savoir-faire des « animateurs » aussi. Assis entre un jeune chef d’entreprise coiffé en permanence d’une kippa, à la tchatche contagieuse, et une sublime jeune femme, que peu avaient reconnue comme la réalisatrice de Polisse et Mon Roi, j’ai finalement aimé ce condensé d’humanité, le fonctionnement du groupe, les réactions, les emballements, la diversité des points de vue. Je n’ai pas appris grand chose qui change la nature de ma conduite automobile (je fais attention aux limitations !), mais j’ai adoré ces moments finalement rares d’échange avec des personnes qu’on n’aurait jamais l’occasion de côtoyer autrement.

Ce café pris avec Gutemberg – c’est son prénom ! – qui rit lui-même de s’être fait prendre à 2 heures du matin à dépasser le 30 km/h prescrit au centre de Paris… par des policiers qui  partagent la même salle de gym que lui, ou cet autre avec un trentenaire qui semble revenu de tout, révolté par l’injustice de notre société. Et la majorité du groupe qui trouve injuste de perdre des points pour d’infimes excès, ou l’usage d’un téléphone nécessaire à leur métier (comment fait celui qui vient dépanner des gens coincés dans un ascenseur s’il ne peut répondre à l’appel au secours sur son téléphone ?), le retraité au fort accent de titi parigot qui, deux jours durant, ne cessera de râler contre le système français, les incohérences de la politique de sécurité routière, ou cet autre qui fait un stage pour la 4ème année consécutive parce qu’il n’arrive décidément pas à respecter les limitations de vitesse. Quant à M. la seule femme du groupe, au début taiseuse et comme repliée sur elle-même, elle finira par apostropher les quelques machos de l’équipe (« normal que les femmes aient moins d’accidents, elles n’aiment pas les grosses voitures »!), par leur rappeler que le droit, la morale, et la philosophie ne sont pas nécessairement synonymes. Et le tout s’achèvera dans de grands éclats de rires. M. a en tout cas de la matière pour un nouveau scénario…

La journée d’hier s’achevait par un concert attendu, lui, depuis longtemps par ses fans : Jonas Kaufmann chantait les Wesendonck-Lieder de Wagner au Théâtre des Champs-Elysées, avec l’Orchestre National de France dirigé par Daniele Gatti. Le ténor était bien là, mais on peut bien avouer qu’on est resté sur sa faim. Même si les instants de pure grâce n’ont pas manqué dans cet admirable cycle qu’on est plus souvent accoutumé à entendre chanté par une voix de femme. Mais les meilleurs ont aussi leurs faiblesses et leurs fatigues. Par chance il existe un très beau disque de ce cycle :

71QmalNmmAL._SL1086_

Académique

Académique, définitions :

  • Qui relève d’une académie et, en particulier, de l’Académie française : Récompenses académiques.
  • Qui ne s’écarte pas des règles et des usages traditionnellement admis dans certains milieux officiels ou littéraires : Employer un langage peu académique.
  • Se dit d’une œuvre littéraire, artistique (de son auteur), dont la conformité à la tradition littéraire, artistique, supplée à un certain manque de naturel et d’originalité ; compassé, conventionnel : Mise en scène trop académique.
  • En Belgique et en Suisse, synonyme de universitaire : Année académique (Source : Larousse)

Un souvenir d’abord, en rapport avec la dernière de ces définitions. La rentrée académique à l’Université de Liège. Incontournable. Événement politique, mondain, diplomatique plus encore que scientifique ou universitaire. La prochaine ne faillira pas à la tradition : http://events.ulg.ac.be/ra2015/

Et une découverte, hier, dans ma librairie favorite de la rue de Bretagne : deux ouvrages, bon marché (12 €), joliment présentés, repérés dans le rayon « langue française » que je n’avais plus visité depuis quelques semaines, et qui prouvent que l’auguste et austère Académie française s’est mise à la communication (ne disons pas la « com » pour ne pas risquer l’excommunication !).

J’avais loupé le premier volume sorti il y a un an, un deuxième vient d’être publié (sans doute en raison du succès du premier) :

61WEK7SqXpL 71sGEv33uRL

On a si souvent moqué la lenteur des travaux de la Commission du dictionnaire de l’Académie française qu’on est comme étonné que celle-ci ait pu produire ces deux livres. Explication de l’académicien Yves Pouliquen : « …Une initiative dont le succès fut immédiat : Dire, Ne pas dire mit en relation des dizaines de milliers d’internautes qui, appréciant les propositions critiques qu’on leur présentait, devinrent rapidement de très précieux coopérants ».

On connaissait les Grévisse, Bescherelle et l’excellente collection Points/Le Goût des mots, qui gardent leur pertinence.

Avec ces deux ouvrages, extrêmement bien composés, très faciles d’accès, on est dans le vif du français quotidien, la langue que nous parlons en famille, au bureau, à l’école, dans les médias, entre amis. Et, contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, l’Académie française ne nous fait pas la leçon, ne dit pas le bien et le mal. Elle corrige certes, conseille, enseigne, et surtout nous donne envie d’abord de mieux parler français*. Et sur un ton, avec une gourmandise, qui n’ont rien… d’académique !

Au hasard, cette expression si fréquente, dans tous les milieux et toutes les générations : Pas de souci !. Qu’en disent nos académiciens ?  » On entend trop souvent dire il n’y a pas de souci ou, simplement, pas de souci, pour marquer l’adhésion ou le consentement à ce qui est proposé ou demandé, ou encore pour rassurer, apaiser quelqu’un, souci étant pris à tort pour difficulté, objection. Selon les cas on répondra simplement oui, ou bien l’on dira Cela ne pose pas de difficulté, ne fait aucune difficulté; ou bien Ne vous inquiétez pas, rassurez-vous.

Autre usage qui a le don de m’irriter : de par (« de par sa belle voix, ce producteur était tout indiqué pour animer la matinale de la chaîne »). Explication du Quai Conti : La locution de par se rencontre dans des formules figées d’usage vieilli, comme de par le roi, de par la loi, où elle a son sens premier de de la part de, au nom de. On la trouve également au sens d’en quelque endroit de, notamment dans la formule de par le monde – C’est un homme qui a beaucoup voyagé de par le monde – On évitera de l’employer au sens de du fait de, étant donné.

Une mine, on vous dit…

*français ou Français ? Minuscule ou majuscule ? Je lis sans arrêt, même sous d’excellentes plumes, une orthographe fautive. On veut donc rappeler que lorsque « français » est utilisé comme adjectif (la cuisine française) ou comme substantif (le français entendu comme la langue française), c’est avec une minuscule, lorsqu’il désigne celles et ceux qui ont la nationalité française (le Français est connu pour son mauvais caractère), c’est avec une majuscule. Il est donc entendu que les Français parlent le français !