Petit dictionnaire incorrect de mots actuels

A l’usage de nos amis journalistes, commentateurs, twittophiles, facebookiens, de nos élus, des lignolinguistes* et même de mes concitoyens, quelques définitions revisitées de mots très usités ces dernières semaines :

Gilet : Vêtement court, sans manches, boutonné devant et ne couvrant que le torse, porté par les hommes sur la chemise et sous la veste (et quelquefois par les femmes), 

Dans la littérature du XIXème siècle, le gilet est l’apanage des jeunes gens bien mis, de bonne famille, c’est encore un élément de chic du costume trois pièces, qui n’est plus guère porté en dehors de cérémonies familiales ou officielles.

Variante : Gilet de sauvetage : Accessoire gonflable ou en matière insubmersible, en forme de gilet, destiné à maintenir à la surface de l’eau celui qui le porte…

Jaune : Un mot redouté des cantatrices, surtout les non francophones, dans l’un des trois poèmes de Shéhérazade de Tristan Klingsor mis en musique par Ravel.

Gilets jaunes : catégorie indéfinie, inclassable, de manifestants, visibles en divers points du territoire, faisant systématiquement la une de tous les journaux télévisés et des chaînes d’info en continu depuis dix jours, usant d’un champ lexical restreint : « ras le bol » et « on ira jusqu’au bout » (personne ne cherchant à savoir de quel bout il s’agit… : une réponse peut-être avec Raymond Devos ?)

Périphérique, dans l’expression La France périphérique : Ensemble des quartiers éloignés du centre villeSynonyme : banlieue.  Concept vaguement condescendant, complètement fumeux, pour désigner… la majorité des Français, ceux qui ne vivent pas dans les centres ville !

Fiscalité écologique : Ségolène Royal, toujours prompte à faire la leçon, reproche au gouvernement et au président de la République de faire de l’écologie punitive, oubliant au passage sa reculade honteuse sur l’écotaxe et le scandale qui s’en est suivi (Abandon de l’écotaxe : un «gâchis» «très coûteux» selon la Cour des comptes). Mais reconnaissons une fois de plus le chef-d’oeuvre lexical qui consiste à associer les mots « fiscalité » et « écologique ». Effet repoussoir assuré !

Soutenabilité Encore un mot appelé à une certaine durabilité (!!). Le Haut Conseil pour le climat, dont le président de la République, doit annoncer la création ce mardi, sera, nous dit-on, chargé d’évaluer la soutenabilité sociale et économique (sic) des politiques publiques. On espère que ne se vérifiera pas l’adage prêté à Clémenceau : « Pour enterrer un problème, on crée une commission »

Sujet Tout est un sujet, les gilets jaunes, la transition écologique, la démocratie, l’Europe. Finalement nous sommes tous sujets… à sujet. Même le cultivé ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, qui s’exprimait ce matin sur France 2, semble ne plus connaître le mot problème. Je n’en peux personnellement plus d’entendre à tout propos, et en toute circonstance, pour évoquer un dossier, une difficulté, un problème : « C’est un sujet »!.

Et puisque certains n’ont pas hésité à comparer les gilets jaunes à de nouveaux sans-culotteson recommande, sans faire de prémonition, l’écoute de cette symphonie concertante mêlée d’airs patriotiques de Jean-Baptiste Davaux (1742-1822), natif comme Berlioz de La Côte Saint André,

Une oeuvre donnée par Le Concert de la Loge lors du Festival Radio France 2016 et enregistrée sur ce disque paru tout récemment :

91DmNA1up1L._SL1500_

*Lignolinguiste : néologisme désignant un pratiquant, voire un spécialiste de la langue de bois !

Tous en choeurs

Voici ce que j’écrivais, le 23 mars 2017, dans un long papier (voir L’Absente) sur la politique culturelle :

« Il y a , dans toutes les couches de la population, dans toutes les classes d’âge, un besoin, un désir, une envie de Culture, qui peine parfois à s’exprimer, qui ne trouve pas toujours à s’assouvir dans l’offre qui est proposée (Le grand public).  

Mais pour répondre à ce besoin, il faut changer nos logiques de production et de diffusion de la culture.

Et commencer par le commencement : combien de lois sur l’éducation artistique, la culture à l’école  jamais suivies d’effet ? Une mesure simple, concrète, applicable partout et pour tous les écoliers de France : une heure de chant choral par semaine en CE 1 dans toutes les écoles. Tout y est : l’apprentissage de l’écoute, de la discipline, du respect du groupe, le partage d’une émotion musicale, un instrument que tout le monde possède et qui ne coûte rien – la voix -. De l’emploi pour des centaines, des milliers d’enseignants et de musiciens ».

Aujourd’hui, les ministres de l’Education et de la Culture annoncent : une chorale dans chaque école en 2019.

600x337_000_sf4t5

Il n’y a sans doute aucune relation entre le voeu que j’exprimais en pleine campagne présidentielle et la décision prise par les ministres aujourd’hui, mais je ne peux que me réjouir de voir enfin aboutir une idée que je porte depuis très longtemps – en fait depuis la fin des années 80, lorsqu’on m’avait confié la présidence de l’école de musique de Thonon-les-Bains, puis durant mon mandat de Maire-Adjoint chargé de la Culture – de 1989 à 1995 -.

Le chant choral a toutes les vertus… et aucune contre-indication ! C’est le meilleur apprentissage de la vie en société pour les petits comme pour les grands. Je me rappelle un séjour, en décembre 2005, à Helsinki, où j’avais été invité à suivre les épreuves du Concours Sibelius. Mon hôte, un honorable fonctionnaire du ministère finlandais des affaires étrangères, m’avait expliqué que tous les Finlandais faisaient partie d’une chorale, du plus jeune âge jusque bien après leur retraite. Lui-même appartenait à la chorale… de son étage au ministère !

Quand on voit le magnifique travail que fait la Maîtrise de Radio France, à Paris, et à Bondy, on peut être optimiste quant à la réussite de la décision de faire bientôt chanter ensemble tous les enfants de France…