Musiciens du dimanche et des autres jours

Avant mon récent voyage, je n’étais allé qu’une seule fois en Chine, à Pékin. Pour le passage de l’an 2005. Il faisait très beau et très froid. J’avais déjà observé qu’en dépit de la température polaire, les jardins et les parcs étaient le terrain de jeu de dizaines de groupes de gymnastique, de tai shi, de chanteurs, de danseurs.

Le phénomène s’est encore amplifié, et ce qu’on a vu à Pékin (dans l’enceinte du Temple du Ciel) comme dans les jardins de Shanghai semble attester de la vivacité de ces traditions. Même si les jeunes n’y participent guère. Où et comment s’amusent-ils ? Je n’ai pas de réponse…

IMG_2451IMG_2452(Pékin, temple du Ciel)

À Shanghai, le fait que le dimanche 1er mai et le lundi 2 mai étaient fériés cette année a sans doute amplifié (Premier mai en rouge) le phénomène.

IMG_2819IMG_2714

(Le monde en images : Shanghai)

Dernière vue de Shanghai la nuit du Bund vers Pudong.

Les géants

Impressionnant finalement de visiter en moins de deux semaines les deux pays les plus peuplés du monde et trois mégalopoles à côté desquelles Paris ou même Londres font figure de villages : Pékin, Shanghai et maintenant Bombay.

IMG_2961

Il faudra refaire défiler les souvenirs et les photos à tête reposée lorsque l’excitation et les fatigues d’une tournée seront retombées.

Autant Shanghai donne le sentiment d’une planification et d’un développement méthodiques et organisés, autant Bombay confirme un sentiment déjà perçu l’an dernier, d’une immensité en mouvement perpétuel, peu regardante sur l’état du patrimoine… et des humains. Malheur/Bonheur sont plus que jamais des notions aux contours flous.

Quelques photos prises dans la vie trépidante de Bombay l’attestent.

IMG_2933

IMG_3018IMG_2943IMG_3019IMG_3022IMG_2942IMG_2947IMG_2948IMG_2928IMG_3025IMG_3026IMG_2945

Emportés par la foule

« Day off » ce mardi, comme on dit en bon français, pour permettre à l’orchestre (https://jeanpierrerousseaublog.com/2016/04/27/les-premiers-jours-de-pekin/) de récupérer d’un long voyage et de se préparer dans les meilleures conditions à des concerts devant des publics inconnus.

Et pour beaucoup, la découverte des quelques trésors – finalement assez rares – de la capitale chinoise, comme la Cité interdite, où ont été tournées des scènes du Dernier Empereur et d’un Turandot de Puccini dirigé par Zubin Mehta

51rWHkCunIL

81d-2UmSbNL._SL1500_.jpg

En moins de douze ans, l’évolution est impressionnante, certes la première fois c’était au coeur de l’hiver et la gigantesque place Tian’anmen était déserte, l’immense complexe de palais, de demeures et de jardins que forme la Cité interdite comptait de rares touristes qui pouvaient encore pénétrer dans les différents bâtiments admirer mobilier, trônes, objets décoratifs, etc.

Aujourd’hui, la plus grande place de Pékin – qui est aussi l’une des plus vastes au monde – est soigneusement quadrillée, barrières et forces de police partout, interdiction de la traverser pour les non-Chinois, et aux abords de la Cité, puis dans toutes les cours intérieures, une foule incroyable, des dizaines de groupes, d’écoliers et de lycéens revêtus de survêtements (leurs uniformes sans doute) d’un goût exquis. Inutile d’attendre le moindre geste de politesse, de courtoisie de ces hordes qui bousculent, heurtent sans complexe le pauvre touriste qui se risquerait à se mettre en travers de leur chemin. Tous sont vissés à leur perche à selfie et dès que quelque chose semble photographiable, tous se piétinent, se cognent, se pressent sans pitié. C’est la loi du plus fort… Triste et bruyant spectacle !

IMG_2485D’un côté le musée national d’histoire, de l’autre le Palais du Peuple !IMG_2486IMG_2487IMG_2488

IMG_2492IMG_2498IMG_2502IMG_2530IMG_2537IMG_2507IMG_2505

D’autres photos de la Cité interdite à voir ici : (https://lemondenimages.me/2016/04/28/cite-interdite/)