Ma tasse de thé

IMG_1792

J’ai apprécié de visiter Kandy, l’ancienne capitale royale du Sri Lanka, et son célèbre Temple de la Dent, où repose la seule relique avérée – une dent – de Bouddha(voir les photos ici : La Dent sacrée)

Mais c’est une émotion beaucoup plus intense que j’éprouve depuis ce matin et mon arrivée près de Nuwara Eliya. Deux nuits à passer ici, à 2000 m d’altitude, dans le village le plus haut perché du Sri Lanka.

IMG_1774(Sur la route de Kandy à Nuwara Eliya)

IMG_1777

IMG_1776(la compagnie Damro est propriétaire de milliers d’hectares de thé)

IMG_1791

IMG_1805La montagne est couverte de plants de thé à perte de vue. Les buissons de thé peuvent vivre 60 ans, mais tous les cinq ans ils sont remplacés pour conserver toujours la même taille (c’est le système des bonzai). Ce sont les femmes, essentiellement d’origine tamoule, qui se consacrent à la cueillette des feuilles de thé, elles ont chacune leur secteur qu’elles connaissent par coeur, qu’elles veillent amoureusement. Et l’une des plus touchantes manifestations de l’âme humaine qu’il m’ait été donné d’entendre, c’est le rire joyeux, les conversations animées de ces femmes au travail dans une montagne si pleine de silence. Et leur immense sourire lorsqu’elles acceptent d’être photographiées.

IMG_1825

IMG_1826

IMG_1820

IMG_1823

Lorsque les petits de l’école élémentaire sortent de classe, ils sont encadrés par un adulte, raccompagnés dans leur village…. comme un berger ramène le troupeau le soir venu.

IMG_1804

IMG_1803

IMG_1813Et au milieu du village du haut, de grands jardins potagers, poireaux, carottes, salades, et autres légumes par milliers. Le thé n’est pas la seule ressource de la montagne sri-lankaise.

IMG_1808

IMG_1802

 

IMG_1817

IMG_1812

IMG_1811

Sur le chemin qui contourne le village haut, les plus âgés des habitants rendent timidement le salut qu’on leur fait, un homme à moto nous interpelle en anglais, curieux de voir des touristes en des lieux où ils ne s’aventurent pas d’ordinaire, il se présente comme le pasteur de la communauté (les Tamouls, majoritaires ici, sont chrétiens ou hindouistes), et nous souhaite une belle visite. Puis des enfants viennent à notre rencontre, tout sourire…

IMG_1818

IMG_1831

IMG_1816.jpeg

Ceux qui rentrent de l’école n’ont pas encore eu le temps d’ôter leurs uniformes. Nous les quittons à regret, et sur le chemin du retour vers le lodge installé au milieu des champs de thé, d’autres nous hèleront, avec de grands signes de la main.

Jamais je ne me serai senti aussi peu étranger. Le rire de ces cueilleuses de thé, le sourire désarmant de ces enfants, leur chaleur spontanée à notre égard, quelle leçon d’humanité !