Harcèlement

Tandis que les feux de l’actualité étaient – à juste titre – braqués sur la violence et le harcèlement que subissent les femmes – lire Les annonces d’Emmanuel Macron – le film que je suis allé voir hier évoque d’autres formes de violence et de harcèlement, tout aussi insupportables, et malheureusement trop souvent recouvertes par le silence de la honte.

marvin-ou-la-belle-education

C’est Pierre Murat, dans Télérama, qui a le mieux écrit ce que j’ai ressenti en découvrant le nouveau film d’Anne Fontaine :

Le nouveau film d’Anne Fontaine (Perfect Mothers, Les Innocentes) est une balade fiévreuse sur un être humilié et offensé chez qui la lumière finit par l’emporter sur l’ombre. Du roman d’Edouard Louis En finir avec Eddy Bellegueule, elle n’a gardé, en fait, que l’enfance qu’elle a stylisée avec aplomb. Avec le personnage du père, surtout, qu’interprète Grégory Gadebois avec une ampleur et une puissance dignes des grands comédiens de jadis (on songe à Harry Baur, par moments). Le père hurle, éructe, ment : la réalisatrice le montre dans sa misère, son abrutissement, son obscurantisme, mais sans le condamner jamais. D’ailleurs, il évolue : lorsqu’il retrouve Marvin, presque célèbre, il balbutie une phrase maladroite sur « les gays ». « Ce n’est pas le mot que tu employais avant », dit Marvin. Il passe alors dans les yeux et le vague sourire du père comme une gêne. Et l’ombre d’un regret…

Le plus troublant et le plus touchant sont les moments intenses qui parsèment ce conte moral. Quand Marvin écoute son prof de théâtre, Abel, révéler à tous ce que lui n’ose dire à personne. Il s’approche de lui, alors, le regarde de longues secondes, comme pétrifié, et finit par lui murmurer « Je suis comme vous », avant d’éclater en longs sanglots sans fin. Anne Fontaine filme cet instant comme une naissance. L’humilié et l’offensé de jadis n’existe plus. Marvin s’est trouvé. Il s’accepte. S’offre à lui-même et aux autres. Il est lui, enfin.

Peu importe, à vrai dire, que le film s’inspire du livre coup de poing d’Edouard Louis – qui a finalement refusé d’être cité et crédité, Anne Fontaine en fait une histoire universelle, celle de l’enfance humiliée, magnifiquement incarnée par deux comédiens, Jules Porier jouant Marvin enfant, avec une justesse, une mélancolie sans fond, et Finnegan Oldfield incarnant l’adolescent Marvin devenu Martin avec une bouleversante intensité.

3342081.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxJules Porier 

5326676.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxFinnegan Oldfield

Toute la distribution est à l’unisson, formidables Grégory Gadebois et Catherine Salée, en parents moins indignes qu’il n’y paraît, Charles Berling, Catherine Mouchet, Vincent Macaigne, Isabelle Huppert (dans son propre rôle). Aucun personnage n’est dans la caricature ou le cliché.

Sans doute un film qui peut remuer des souvenirs enfouis au creux de la mémoire de chacun, un film salutaire, un film à voir !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s