L’inconnu d’Istanbul

Qui lit encore Pierre Loti ? Son nom même ne doit plus dire grand chose…Les enfants ont-ils encore dans leurs manuels scolaires des extraits de Pêcheur d’Islande ?

Je me souviens d’avoir  visité sa maison natale à Rochefort (le Rochefort des Demoiselles !)

Exotique, suranné, désuet, l’académicien Loti ? Oui sans doute, mais pour ce qui est de l’atmosphère si particulière, prenante, sensuelle et chaleureuse de Constantinople/Istanbul, un remarquable témoin, et bon écrivain de sucroît !

Il faut aller visiter sa maison perchée tout en haut du gigantesque cimetière qui surplombe la mosquée d’Eyüpau centre de la Corne d’Or.

On prend le bateau de bon matin à l’embarcadère d’Eminönü pour un trajet d’une vingtaine de minutes dans la Corne d’Or.

img_638514601022_10154071269502602_4862227968424361579_n14590280_10154071269527602_8284336530781693018_n

Sitôt débarqué à la station Eyüp, on se dirige vers le vaste complexe de la mosquée Sultan Eyüp. Pas un touriste, peu de locaux. L’activité ne reprend que vers 11 h du matin.

14915579_10154072913432602_7729926918972679930_n14925587_10154072914487602_4277577473243702368_n14732128_10154072915522602_1978671109662418142_n14600916_10154072915517602_2170522639853237149_n14925565_10154072916577602_5746311165885019739_n14910284_10154072917307602_6005715416375061879_n

On emprunte un téléphérique qui passe au ras de centaines de sépultures musulmanes.

14900552_10154072917452602_949219708023908535_nEt on finit par accéder à une modeste demeure en bois, et une terrasse ombragée d’où l’on balaie tout l’horizon d’une ville géante, qui paraît si paisible, presque languide.

14910582_10154072523202602_8683786014044117593_n14937308_10154072523662602_7228694663825529542_n

La demeure de Loti est modeste, dans le ton des habitations de la Constantinople fin de siècle qu’il a tant aimée.

14639894_10154072523002602_2539154919715796856_n14591648_10154072522897602_9182622690271304278_n14925437_10154072522687602_1839158290345779733_n14937428_10154072522557602_8331677641529359611_n

C’est dans ce refuge que Loti écrit deux de ses romans, l’un succédant à l’autre :8169cpl4qrl

Qui sait ? Même moi, je vais peut-être succomber aux sirènes stambouliotes d’un auteur que je n’ai jamais vraiment chéri…

Les premiers jours de Pékin

En 1900, les membres de la société secrète chinoise du Yihetuan,  » Poings de justice et de concorde « , surnommés  » Boxers « , se soulèvent contre la présence étrangère, envahissent les missions catholiques, assiègent les légations étrangères et tuent des prêtres. Les puissances coloniales, présentes en Chine depuis la guerre de l’Opium de 1840, réagissent aussitôt, obligeant l’impératrice douairière Cixi à s’enfuir de Pékin. Voyageur sans pareil autour du monde, Pierre Loti (1850-1923), marin en mission, est témoin de cette répression. Il traverse les campagnes pour se rendre à Pékin où il fait deux séjours en 1900 et en 1901. Au sein de cette  » Babel inouïe « , il en profite pour découvrir une partie de la Chine jusque-là inconnue de l’Occident. Pour la première fois, ces lieux sacrés, temples, palais, jardins somptueux et énigmatiques, dévoilent leurs secrets. Entre l’horreur de la guerre et la splendeur de l’architecture chinoise, Pierre Loti contemple et admire des trésors longtemps ignorés : le temple du Ciel, la Cité interdite, le temple des Lamas, les fabuleux tombeaux des empereurs de Chine… et constate qu’une civilisation disparaît sous ses yeux.

51+EwgI97jL

J’étais déjà venu à Pékin pour un court séjour à la toute fin 2004, et j’avais découvert émerveillé, sous un soleil éclatant et par une température de -10°, une ville qui n’était pas encore ce qu’elle se préparait à devenir pour les Jeux Olympiques de 2008, immense, inhumaine, polluée, avec des gratte-ciel à perte de vue.

Première étape de la tournée de l’Orchestre de la Suisse romande que j’accompagne, Pékin en ce mois d’avril 2016 ressemble à celle que Pierre Loti décrivait il y a plus d’un siècle : des trésors de moins en moins cachés, abîmés par l’invasion de la publicité, un tourisme de masse où la brutalité, le sans-gêne font la loi, le vrai sentiment qu’une civilisation millénaire disparaît définitivement sous nos yeux.

Le paradoxe c’est que la ville n’est pas plus accueillante qu’auparavant au visiteur, au touriste étranger. Dans les hôtels, les lieux touristiques, il est encore difficile de trouver un locuteur anglais, aucun taxi ne comprend un traître mot de la langue de Shakespeare, on se demande même parfois si certains lisent le chinois ! Et l’amabilité, la serviabilité sont des notions encore imaginaires. Quel contraste saisissant avec le Japon, et les souvenirs que j’ai d’une visite à Tokyo à l’été 2013 !

Attendons de voir demain comment le public, les mélomanes pékinois, reçoivent le concert que l’OSR leur propose avec Osmo Vänskä et Renaud Capuçon. On aura peut-être d’heureuses surprises…

Tout juste arrivés hier, nous en avons profité avec une amie journaliste qui ne connaissait pas l’endroit, pour aller au Temple du Ciel, au sud de la Cité interdite et de la célèbre place Tiananmen (que les Chinois orthographient plutôt Qianmen)

IMG_2442IMG_2469IMG_2470

(Ravissant panneau vidéo de publicité au pied de l’enceinte du jardin du temple du Ciel !)

IMG_2467IMG_2444IMG_2447IMG_2456IMG_2449IMG_2457IMG_2448IMG_2451IMG_2452