L’art et la critique

« La critique est aisée mais l’art est difficile« , la citation bien connue est tirée d’une pièce (Le Glorieux) de Philippe Néricault Destouches (1680-1754).

Facebook a ceci d’amusant (ou d’irritant) que s’y livrent de farouches combats à propos d’artistes, de musiciens, de solistes, qu’on défend, promeut, assassine, réduit à néant, tour à tour, avec une verve, une ardeur, une mauvaise foi aussi, des plus réjouissantes…

Depuis que les réseaux sociaux existent, tout le monde s’érige en critique, chacun a un avis définitif sur les qualités, ou surtout les défauts, de telle pianiste à la plastique avantageuse, de tel chef spécialiste des coups de timbales baroques, de tel contre-ténor capable de faire de Farinelli une pop star, j’en passe et de meilleures…

Il est vrai que la critique professionnelle n’a plus guère de place dans les grands journaux, portion congrue dans Le Monde, Le Figaro (pour la France), La Libre ou Le Soir (pour la Belgique). Le plus souvent, la critique doit céder la place à l’annonce de l’événement. Plus vendeur, plus people sans doute…

Du coup n’importe qui s’improvise, s’affirme critique, crée un site, un blog et y va de ses commentaires en toute liberté, y compris la liberté de démolir, de dézinguer à bon compte, fautes d’orthographe incluses. Les artistes en sont meurtris, touchés, et poursuivent ces plumitifs d’une vindicte compréhensible.

Je ne porte pas de jugement, je constate une situation qui ne sert ni les artistes, ni la musique mais qui fait le jeu d’un marketing qui ne recule devant aucun argument pour « vendre » tel ou tel joli minois.

Finalement, on doit en revenir à cette notion fondamentale que rien ne vaut l’expérience du concert, du contact direct avec l’artiste.

Je ne prendrai que deux exemples tout récents pour moi, deux pianistes, qui ont exactement le même âge, l’un bénéficiant déjà d’un important soutien de sa maison de disques, Decca, l’autre poussée par une rumeur extraordinairement favorable. L’Anglais Benjamin Grosvenor, l’Italienne Beatrice Rana.

Je les ai l’un et l’autre entendus « en vrai », Grosvenor pas plus tard que le 17 mai dernier à Liège. Voici des musiciens exceptionnels, de grands artistes, qui n’ont besoin ni d’esbroufe ni de poses glamour pour s’imposer.

Et comme par hasard, ils ont en commun la simplicité, l’humilité, la gentillesse qui ne sont qu’aux plus grands…

ImageImage

Une réflexion sur “L’art et la critique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s